jeudi 22 juillet 2021

Enclave


Dans le roman d’Ann Aguirre, Enclave, les humains se sont réfugiés dans des colonies souterraines. Cette nouvelle raconte ce qui les a menés jusque-là. C’est l’histoire d’un garçon qui influencera le destin de milliers de gens et qui offrira son cœur à la personne qui, au fond, avait le plus besoin de lui.
0.5. Les origines (Foundation)
Ann Aguirre - 2012



Et une petite nouvelle de plus ! Oui, car cela fait longtemps que je n’ai pas posté d’articles, et qu’une nouvelle c’est toujours sympa, même si c’est bien trop court. Et aussi parce que je dois lire Enclave pour une discussion qui se déroulera début avril, alors autant lire le tome 0.5 d’abord, pour se mettre dans l’ambiance.
J'avoue avoir bien apprécié cette nouvelle. L’écriture est fluide, l’histoire intéressante. Le monde nous est présenté vaguement, mais avec suffisamment d’informations pour que l’on s’en fasse une idée et qu’on commence à se poser quelques questions. J’avoue que voir les mots « Virus », « contagion », « bunker » regroupés sur quelques pages a attisé ma curiosité suffisamment pour que j’aie envie de me jeter sur le roman.
Concernant les personnages, je ne sais pas s’ils sont pertinents. Je ne sais rien du tome 1, car j’ai tendance à lire les résumés en lecture rapide et diagonale pour ne retenir que l’information « Veux lire » ou « Veux pas lire », alors je ne sais pas si on reparlera d’eux plus tard. J’ai tendance à penser que non... Mais ils étaient suffisamment élaborés pour que je réalise que l’auteur sait mettre de la personnalité dans ses personnages. Alors, encore une fois, oui, je veux lire cette saga !






La guerre. Les épidémies. En un mot : l’apocalypse. La surface de la terre est devenue inhabitable.
Les rares survivants se sont réfugiés dans le monde d’En-Dessous, à l’abri d’enclaves souterraines reliées par des tunnels. Trèfle a toujours connu la loi de l’enclave. Elle y a toujours obéi sans discuter.
Elle est devenue Chasseuse. Le rêve de sa vie. Avec Del, son coéquipier, elle se voit investie d’une nouvelle mission : protéger l’enclave de la menace constante des Monstres anthropophages qui errent En-Dessous. Mais si Trèfle est docile, elle n’est pas aveugle. Et le courage qu’elle mettait au service de la loi qui régit la vie dans son enclave va l’entraîner à se rebeller. Car au nom de cette loi, les Anciens condamnent des innocents. Après le massacre d’une enclave voisine, Trèfle fait une découverte qui lui glace le sang : les Monstres sont devenus intelligents.
Pourtant, les Anciens ignorent ses avertissements. Pire, pour la faire taire, ils s’en prennent à l’un de ses amis. Trèfle n’y tient plus. Elle prend sa défense. Mais en se dénonçant pour un crime que personne n’a commis, elle est bannie avec Del. Cet exil vaut une condamnation à mort. Malgré cela, Del va lui apprendre que les mensonges des Anciens vont encore plus loin que ce qu’elle croyait, et que l’espoir brille peut-être au bout du tunnel…

1. Enclave (Enclave)
Ann Aguirre - 2011



Après avoir lu la nouvelle, je me faisais une très grande joie de découvrir enfin cette dystopie ! En effet, savoir ce qu'il a bien pu arriver à des gens qui ont survécu sous terre à une apocalypse qui a décimé leurs ancêtres, il faut avouer que c'est quand même très accrocheur.
Alors, nous voilà dans l'enclave Collège, à suivre Trèfle, lorsqu'elle devient officiellement une Chasseuse, avec un coéquipier tout à fait intriguant, Del. J'ai beaucoup aimé cette entrée en matière, et comment vivaient les Collégiens. Mais au moment d'explorer les tunnels avec les Chasseurs, qui doivent apporter de la nourriture à l'enclave, j'ai eu une petite pointe de déception. Pourquoi a-t-il fallu intégrer la présence de Monstres ? Et encore, des Monstres pourquoi pas. Mais pourquoi les faire agir comme des zombies ? Pourquoi intégrer quelque chose d'aussi simple, d'aussi facile dans ce roman ?
Mais passons, car le monde créé reste original, bien que la vie des Collégiens semble assez répétitive. Jusqu'à ce que Trèfle soit bannie ! Et là, c'est l'aventure pour la survie dans les Tunnels, la découverte du monde d'Au-Dessus, et enfin quelques rares réponses au sujet de la vie des gens à la surface. Mais très peu, trop peu à mon goût. Car je comprends que dans un post-apocalyptique, on parle de la vie « après », mais c'est quand même intéressant de savoir pourquoi les gens en sont arrivés là, quelle a été cette apocalypse exactement !
Cela m'a manqué, mais j'ai eu la chance de lire la nouvelle précédent ce tome, donc je savais déjà ce qu'il s'était passé (même si j'ai toujours quelques interrogations), et le final de ce roman laisse présager que je vais enfin avoir les réponses à mes questions dans la suite ! J'ai hâte !






When rebellion destroys the underground world in which Thimble and Stone have grown up, they take Stone’s son and try to escape the chaos. Along the way, they must evade the Freaks, beings who feed on human flesh. Leaving behind the roles of Builder and Breeder which they were assigned at birth, they wander the underground tunnels, looking for safety yet afraid to go “topside” where legend has it that the light and water will burn their skin from their bones.
Their journey takes them upward to an unimagined world of tinned food, comfortable furniture, and books. Away from their regimented society for the first time, and still facing imminent danger, Thimble and Stone acknowledge the forbidden attraction which both have denied for years.

1.5. Endurance (Endurance)
Ann Aguirre - 2012



Je me faisais une joie de lire cette nouvelle, mais finalement je suis assez mitigée. Je suis habituée à lire en anglais, mais j’ai trouvé cette lecture moins fluide. Peut-être à cause du style, que j’ai trouvé un peu haché, des termes très spécifiques à l’enclave ou bien des noms des personnages qui avaient aussi été traduits en version française par Œillet et Sable et dont il m’a fallu retrouver la correspondance. Bien sûr une fois la correspondance faite, plus aucun problème, mais malgré tout, je n’ai pas adhéré complètement.
Peut-être aussi à cause du fait que je n’avais pas trouvé ces personnages si importants que ça. Je les ai appréciés, mais sans plus. La preuve, j’avais même oublié leurs noms au début de cette nouvelle. Du coup, je me suis vraiment demandé ce qui allait bien pouvoir nous être raconté là-dedans. Et finalement, c’était assez sympa de voir « la fin de l’enclave » et leur fuite dans le dédale des Tunnels, malgré les Monstres. Mais rien non plus de réellement palpitant ou excitant. Juste sympa.
Bref, je ne pense pas que la lecture de cette nouvelle m’ait apporté grand-chose, à moins que l'on ne retrouve ces personnages plus tard... Qui sait ? Du coup, vivement le tome 2 pour avoir un peu d’actions !






La vie de Trèfle a bien changé. Dans l’enclave, elle était une chasseuse, forte et combattive, indispensable à la survie de la communauté. Pourtant, à Salvation où elle s’est réfugiée avec Del, son partenaire de chasse, elle n’est plus qu’un fardeau. Elle ne sait ni coudre, ni cuisiner. Elle n’aime pas aller à l’école. Et pour ne rien arranger, Del prend ses distances. Mais aux alentours de la petite ville tranquille, le danger rôde toujours. Les Monstres ne sont pas loin. Et ils sont de plus en plus intelligents. Ils observent. Ils attendent. Ils ont un plan. Le combat approche. Bientôt, Trèfle va retrouver une raison de vivre.
2. Salvation (Outpost)
Ann Aguirre - 2012



J'ai tardé à me lancer dans ce second tome de la saga Enclave, et je le regrette. J'avais en effet peur que l'histoire tourne un peu trop autour du point faible du tome 1 : les Monstres. Il s'agissait alors pour moi de la solution de facilité pour introduire un méchant dans l'histoire. Mais je me trompais, car dans ce second tome, leur présence est vraiment très bien traitée, et ils commencent à se montrer plus mystérieux. Ils sont de plus en plus intelligents, et à Salvation, on ne les appelle pas les Monstres, mais les Mutants. Cela fait toute la différence. On commence en effet à comprendre qu'ils sont là pour une raison précise, la même qui a amené le monde au point où il en est.
Même si je déplore de ne toujours pas avoir d'informations sur le pourquoi du comment ils en sont arrivés à cet univers très particulier, pourquoi les gens vivent dans des Enclaves ou des villes fortifiées, ou pourquoi les Mutants existent, j'avoue que j'aime de plus en plus le monde créé par l'autrice. Il est effroyable, saisissant, et demande une attention de tous les instants.
Trèfle, Del, Bandit et Tenga sont des personnages qui ont vraiment connu la vie en dehors de Salvation, et qui ont connu la perte et le désespoir. Il leur fallait donc s'adapter à leur nouvelle vie, et si cela est assez aisé pour Tenga ou Del, ce n'est pas vraiment le cas des deux autres. J'ai beaucoup aimé les voir s'adapter, comprendre que la vie qu'ils ont connue n'est pas la seule et qu'il est possible que les choses soient plus douces.
J'ai également beaucoup souri en voyant la relation entre Del et Trèfle s'améliorer. La jeune fille n'a vraiment aucune expérience, et cela se ressent, mais elle apprend, et plutôt vite. Del est très patient, et c'est assez agréable à lire. Bandit, lui, m'a émue. J'ai toujours une petite préférence pour les bad boys dans mes lectures, et j'espère toujours secrètement et ouvertement que Trèfle lui offrira plus qu'un baiser et un au revoir... Tenga m'a semblée un peu plus fade quant à elle. Un coup « je ne veux plus entendre parler de Trèfle, car elle me rappelle ma vie d'avant », et ensuite « je m'étais trop inquiétée, viens manger chez moi »... Elle bouchait un peu les trous, en fait, mais j'ai quand même apprécié son personnage.
L'histoire enfin correspond à ce que j'en attendais : leur adaptation à Salvation, la découverte de nouvelles personnes, des liens qui se créent, des péripéties, des pertes et finalement ce final que j'attendais et qui me fait trépigner d'impatience. Mais quid de ce monde ? Va-t-on enfin en apprendre plus dans la suite ?
Ce tome est donc clairement bien meilleur que le premier. Il se lit à une vitesse incroyable et enchaîne péripéties sur péripéties. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde lors de ma lecture. Je veux connaître la suite. Je ne pourrais pas attendre aussi longtemps pour lire le troisième tome, je pense.


mardi 20 juillet 2021

La Sélection


Dans un futur proche, les États-Unis et leur dette colossale ont été rachetés par la Chine. Des ruines est née Illeá, une petite monarchie repliée sur elle-même et régie par un système de castes. Face à la misère, des rebelles menacent la famille royale. Un jeu de télé-réalité pourrait bien changer la donne...
Pour trente-cinq jeunes filles du royaume d'Illeá, la « Sélection » s'annonce comme l'opportunité de leur vie. L'unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre une vie de paillettes. L'unique occasion d'habiter dans un palais et de conquérir le cœur du jeune Prince Maxon, l'héritier du trône. Mais pour America Singer, qui a été inscrite d'office à ce jeu par sa mère, être sélectionnée relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure ; quitter sa famille et entrer dans une compétition sans merci pour une couronne qu'elle ne désire pas ; et vivre dans un palais, cible de constantes attaques de rebelles...
Puis America rencontre enfin le Prince. En chair et en os. Et tous les plans qu'elle avait échafaudés s'en trouvent bouleversés : l'existence dont elle rêvait avec Aspen supportera-t-elle la comparaison face à cet avenir qu'elle n'aurait jamais osé imaginer ?

1. La Sélection (The Selection)
Kiera Cass - 2012



Cela fait un moment que Cookies me tanne pour que je lise ce roman. C’était un de ses coups de cœur, et j’avais pourtant peur de ce que j’allais y découvrir. Mais un jour j’ai lu un roman qui dans le contexte y ressemblait, sans être identique. J’ai fait de moi-même l’amalgame, et me suis dit qu’ayant adoré Le joyau, je ne pourrais qu’aimer La sélection. Le style est différent, l’histoire est différente. Mais des similitudes m’ont permis de me confirmer à moi-même que, oui, j’allais forcément aimer.
L'ambiance de ce roman est incroyable, inqualifiable. Cette impression de prestige, de royauté, de lumière, de splendeur… Tout est simplement magique. J’avais l’impression de suivre America et de faire partie avec elle de la Sélection, et de vivre comme une princesse. Je vous jure, cette atmosphère est parfaitement maîtrisée et donne envie de s’y trouver. Enfin, au premier abord ! Car là où les très riches sont très bien lotis, pour les pauvres, c’est une autre affaire.
Dans ce monde dystopique, les castes sont réparties numériquement. Des Un, les plus opulents, aux Huit, les plus pauvres. On ne compte même pas les Neuf et suivants qui ne sont même pas considérés comme des citoyens du royaume. Au plus des voleurs et criminels à abattre. Ce phénomène de castes m’avait choquée quand j’avais appris leur existence en Inde, au collège. Et de voir ici matérialisé un monde reprenant ce concept me révolte encore plus. D’imaginer que l’on puisse classer la population et interdire aux uns et autres de se marier entre différentes castes ou de faire un métier d’une autre caste… Tout bonnement impossible pour mon esprit chauvin.
Mais l’autrice a été maligne et propose tout de même une vision un peu enrichie, avec la possibilité d’évoluer vers une caste supérieure… ou d’être abaissé à une inférieure. Ce monde m’a passionnée, car je l’ai trouvé très bien conçu et suffisamment horrible pour que cela détonne avec les richesses du palais, de la famille royale, ou de cette aberration que peut être la Sélection. Comment Maxon pourrait-il trouver l’amour parmi des filles de castes inférieures qui ne cherchent qu’à atteindre un niveau supérieur ?
C'est un peu le point fort de cette histoire : America, Cinq, qui fait prendre conscience au prince Maxon de ce qu’est son peuple et de ce qu’il doit vivre en permanence, au quotidien. L’humanité de ces deux personnages ne fait aucun doute, et la profondeur de leur être et de leurs sentiments était tellement forte que je me plaisait à suivre leurs dialogues, leurs débats, leur première rencontre qui débouchera probablement sur une belle histoire d’amour – sinon pourquoi écrire ce livre, n’est-ce pas ? J’ai eu un vrai coup de cœur pour eux : pour America, tellement forte et qui ne mâche pas ses mots, et pour Maxon, tellement gêné qu’il en devient attendrissant.
Je ferais un petit clin d’œil à Amberly, la reine et mère de Maxon, qui me semble un personnage très fort et sympathique. On ne la voit que peu, mais elle m’a fait une forte impression, et j’espère sincèrement qu’on la verra plus souvent dans la suite, car je sens qu’elle est un personnage qui aura son rôle à jouer. Finalement, peu d’événements se succèdent, mais les sensations de plénitude que nous fait ressentir cette histoire m’ont donné envie de ne pas refermer mon livre. Je voulais rester au palais, avec America, et je veux lire la suite, très vite.






Before thirty-five girls were chosen to compete in the Selection...
Before Aspen broke America's heart...
There was another girl in Prince Maxon's life...

1.5. Le Prince (The Prince)
Kiera Cass - 2013




Depuis le temps que tout le monde me parlait de cette saga, il fallait que je me lance. Une lecture commune est prévue, j’ai une nouvelle qui pourrait me donner l’eau à la bouche... Allez, il est temps ! Le problème, c’est qu’on m’apprend après que cette nouvelle divulgâche le tome 1 si on ne l’a pas lu avant. Pourtant, c’est un tome 0.5... car ça parle d’avant la sélection, mais qu’il faut considérer comme un tome 1.5... Allez comprendre...
Peu importe, même si je suis auto-divulgâchée sur certains détails, je ne pense pas que ces quelques pages suffisent à tout savoir du tome 1, sinon ce serait vraiment n’importe quoi. Tout ce que je peux vous dire, c’est que cette nouvelle m’a mis l’eau à la bouche. Un prince, trente-cinq candidates. Il est le gros lot qu’elles veulent toutes. On propose à des jeunes roturières de devenir une princesse lors d’une Sélection. Cela semble idyllique. Quelque chose me dit qu’il y a anguille sous roche. Cela ne peut pas être utopique, et je pense que certaines ne sont pas là de leur plein gré. À voir !
Mais une chose m’a beaucoup surprise dans cette nouvelle. C’est que l’histoire semble se passer de nos jours. Télévision, caméra, émission de télé-réalité (ou presque, n’ayons pas peur des mots). Encore une fois, on m'apprend après coup qu'il s'agit d'une dystopie et que l’autrice a réinventé le monde actuel. Ouf, car je commençais à penser qu'elle ne savait pas que la France n’est plus une monarchie depuis quelques centaines d’années ! Cela m’a fait sourire, n’y voyez aucune critique !
Allez, oui, j’avoue. Cette saga promet d’être intéressante et palpitante. Très bientôt mon avis sur le tome 1, promis !






La Sélection de trente-cinq candidates s'est réduite comme peau de chagrin, et désormais l'Élite restante n'est plus composée que de six prétendantes. L'enjeu pour ces jeunes filles ? Convaincre le Prince Maxon, le Roi et la Reine ses parents, qu'elles sont les mieux à même de monter sur le trône d'Illeá, cette petite monarchie régie par un strict système de castes et déchirée par deux factions de rebelles qui veulent la faire tomber.
Pour America Singer, la donne est encore plus compliquée : ses sentiments pour Maxon viennent se heurter à son amour d'enfance pour Aspen, garde royal qui hante les couloirs du palais, et à son sens aigu de la justice trop souvent déçu par les décisions royales... Entre intrigues de cour, dilemmes tragiques et loyautés divisées, America navigue à vue dans la tourmente, en quête de la décision qui changera à jamais sa vie...

2. L'Élite (The Elite)
Kiera Cass - 2013



Quel plaisir de retrouver cette ambiance princière au sein de ce second tome. J'avais eu un franc coup de cœur pour le premier tome de cette saga, que j'ai dévoré en un rien de temps. C'est bien simple, à peine commencé, déjà terminé. À croire que le livre n'est pas assez long, n'a pas assez de pages pour me contenter. Même impression dans ce second tome. Tout va trop vite, et à peine retrouvé-je les personnages que je suis déjà obligée de refermer le roman.
Je pensais, en commençant, retrouver les personnages là où je les avais quittés. Une grande partie des candidates a été évincée pour ne laisser place qu'à l'élite, mais cela s'est apparemment passé il y a un petit peu de temps. Une ellipse temporelle a eu lieu car, dans mes souvenirs, Maxon et America n'étaient pas aussi proches. Ils ont visiblement passé du temps ensemble pour avoir une telle attitude l'un envers l'autre, ce qui permet de donner un beau contraste avec le thème global de ce tome : le doute.
America doute de l'amour sincère de Maxon, Maxon pense qu'America n'est plus intéressée, le roi semble vouloir évincer America, et la reine commence à douter des réactions d'America. Autrement dit, c'est Dallas ! Et j'adore ça. Le protocole et la bienséance n'empêchent pas les petits conflits internes qui pimentent une histoire toujours aussi incroyable. America est tout simplement divine dans ses convictions, et j'adore ses rébellions... et je pense que je ne suis pas la seule... n'est-ce pas, Maxon ?
Encore une fois, l'atmosphère est incroyable, et je me prends à m'imaginer ces balades dans le palais et les jardins, je m'imagine les robes somptueuses des candidates... Bah oui, je suis une fille, et les princesses et le romantisme, ça me fait rêver ! Mon petit cœur ne s'en remet pas, et, une fois n'est pas coutume, je me lance immédiatement dans la suite !






An epilogue to The One, which takes place two years later on Maxon's birthday.
2.5. Le garde (The Guard)
Kiera Cass - 2014




J'ai terminé le tome 2 il y a deux petites heures, donc il me fallait me faire plaisir en faisant une pause et en lisant cette nouvelle ! Alors, bien sûr, je ne vais pas mentir, Aspen n'est pas mon personnage préféré. Je redoutais donc un peu ma lecture, car je n'ai envie que d'une chose : qu'il s'écarte du chemin de Maxon !
Je sais, il était là avant et il a prouvé qu'il aimait America de tellement de façons... Mais il est aussi celui qui lui a dit de partir et de s'inscrire à la Sélection. Et ça, j'aurais pas apprécié !
Mais j'avoue que cette nouvelle tombe bien car elle m'a un peu réconciliée avec lui. Cela lui a permis de s'expliquer et de se montrer sous un jour plus humain. Maintenant, au moins, je comprends pourquoi America l'aimait : il est comme elle, la comprend, vient du même monde. J'ai adoré les petites attentions qu'il avait pour Anne, Lucy et Mary. Rien que pour ça, il a toute ma sympathie.
Sauf que, maintenant, c'est bon : laisse la place à Maxon !






La sélection prend un ultime tournant. Quant à America, sa vie a changé pour de bon. Et elle est décidée à se battre. Pour Maxon. Mais d'autres concurrentes se sont dangereusement rapprochées du prince. La seule solution : riposter.
3. L'élue (The one)
Kiera Cass - 2014



Et voilà, ça y est je suis désespérée et triste, car la conclusion est arrivée, et ce n'est pas du tout ce que j'espérais... C'est horrible, insupportable, inimaginable ! Ah, ah, ah ! Vous y avez cru, hein ?!
Je suis sous le charme de cette saga ! L'histoire d'America et Maxon est fantastique, magnifique, royale. J'ai eu le cœur qui battait, les mains moites, j'avais peur que Maxon ne prenne pas la bonne décision, que la dernière lubie d'America soit la goutte d'eau. J'avais peur qu'ils passent à côté l'un de l'autre.
Cette saga m'a réconciliée avec les histoires à l'eau de rose, et je me sens comme une midinette. J'ai des étoiles et des cœurs dans les yeux tant cette histoire est simplement parfaite !
Tout monte crescendo, et ce tome prend une tournure tellement différente. Les machinations du roi m'ont révoltée, et j'espérais sincèrement que Maxon prenne son courage à deux mains pour le faire taire, et pour lui faire comprendre qu'America vaut bien mieux que le numéro de sa caste.
J'ai aimé la complicité et l'amitié des Sélectionnées, et j'ai été surprise par chacune d'elles. Élise, par son sens de l'honneur qui la fait passer pour tellement froide ; Celeste, pour sa gentillesse cachée et sa camaraderie ; Kriss, par la fourberie de son secret.
Le style est toujours aussi agréable et entraînant... Tout est tout simplement parfait. Sauf la longueur de ces romans. Ils devraient tous faire au moins mille pages pour me contenter. Mais maintenant, je n'ai plus que mes yeux pour pleurer et je m'en vais donc refermer l'histoire d'America et Maxon en lisant La reine.






Avant que ne commence l'histoire d'America Singer, une autre fille est venue au palais pour tenter d'obtenir la main d'un autre prince.
3.5. La reine (The queen)
Kiera Cass - 2014





Dernière nouvelle de La Sélection et, celle-ci, je l'attendais. J'adore la reine Amberly, et j'espérais que Kiera Cass nous offre un moment particulier avec elle. Mais je dois reconnaître que je suis un peu déçue de ce qui nous a été proposé.
J'espérais en effet que cette nouvelle se passe pendant la Sélection de Maxon, afin de voir America par les yeux de la reine, et qu'une sorte de consentement soit prononcé quant au futur choix de Maxon. La reine était tellement réservée que j'aurais voulu rentrer un peu dans son intimité à ce moment-là, et non lors de la Sélection de Clarkson.
Ce n'est pas que je n'ai pas aimé découvrir cette période de la vie d'Amberly, simplement j'ai peur qu'avec le tome 4, cela fasse un peu trop répétitif de ne pas se concentrer à 100 % sur America et Maxon. Mais bon, c'est le choix de l'autrice, et c'est malgré tout un joli moment qui nous a été offert.
Notamment, j'ai beaucoup aimé la discussion entre Amberly et les autres Sélectionnées, qui tentaient de découvrir à quel point elle était mordue. C'était une jolie façon de nous montrer à quel point cette femme est forte et sait ce qu'elle veut, jusqu'au bout.
En bref, une nouvelle qui est en demi-teinte pour moi car ce n'est pas ce que j'y attendais. Toutefois, l'énoncé des fais, le style entraînant, et l'imagination de l'autrice ne peuvent que nous séduire !


 
 





Il y a vingt ans, America Singer est entrée dans la Sélection et a gagné le cœur du prince Maxon. Maintenant, le temps est venu pour la princesse Eadlyn de suivre les traces de ses parents en ayant sa propre Sélection. Eadlyn ne s'attend pas à ce que sa Sélection soit aussi belle que celle de ses parents. Mais, alors que la compétition commence, elle découvre que trouver son propre bonheur n'est peut-être pas aussi difficile qu'elle le croyait.
4. L'héritière (The heir)
Kiera Cass - 2015



Dernier tome (pour l'instant) de la saga, et je dois avouer que je suis profondément surprise. Je ne m'attendais pas à un tel changement de style et d'univers, et je ressors donc de ma lecture assez déboussolée... et pas forcément dans le mauvais sens du terme !
Je savais que ce tome porterait sur la fille d'America et Maxon, Eadlyn : le titre le laissait largement supposer, et La sélection sans une Sélection ne rimerait à rien. Ce à quoi je ne m'attendais pas était Eadlyn. Comment une personne peut-elle être aussi arrogante, imbue de soi et odieuse à ce point avec les gens qui l'entourent ? Son égocentrisme et son égoïsme lui donne l'impression que le monde entier tourne autour d'elle et que tout le monde est à son service. Une vraie tête à claques. Dès les premières pages, je l'ai détestée. Je préfère de loin ses frères !
Mais je n'irai pas jusqu'à dire que je ne la comprends pas : elle est l'héritière du trône d'Illeá et va devenir la première Reine sans roi. Cela doit être un lourd fardeau à porter sur ses épaules, et il est important qu'elle se montre forte. Ce qui me gêne est qu'elle le fait au détriment des autres, et qu'elle soit suffisamment manipulatrice pour mentir à ses parents quant à ses réels projets concernant la Sélection.
Toutefois, au-delà de ça, je trouve que l'idée d'avoir une héritière avec un tel tempérament était très bonne. Après tout, avec Maxon et America, et même avec Amberly, on avait droit à des personnages en proie au doute. Si cela avait encore été le cas, cela aurait été répétitif, et il est clair que ce n'était pas le souhait de l'autrice, qui nous a proposé une deuxième Sélection complètement inédite, originale.
Je salue l'effort, et j'ai réellement hâte de connaître la suite. Cette fin est en effet tout simplement horrible. À peu près autant que le comportement d'Eadlyn, c'est dire !


dimanche 18 juillet 2021

Kaleb


À dix-neuf ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu’on ne peut s’empêcher de l’aimer. À la folie. À la mort.
Sachez que ce qu’il vous fera, il n’en sera pas désolé. Ce don qu’il tient d’une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu’au jour ou sa propre puissance le dépasse et ou tout bascule… Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller ?

1. C'est si bon d'être mauvais
Myra Eljundir - 2012



Hallucinant, incroyable, stupéfiant ! Je pourrais multiplier les adjectifs tellement cette lecture a été pour moi ahurissante ! Cette histoire est un bain de fraîcheur, ou de noirceur, à vous de décider ! J'avoue que le résumé est quand même très explicite. Et pourtant, je ne savais pas trop si j'allais adhérer : j'ai eu l'impression en lisant des chroniques que, pour Kaleb, ça passe ou ça casse. Avec moi, c'est clairement passé !
Et pourtant, au début j'ai été surprise. Kaleb m'apparaissait comme un vrai psychopathe, sacrément violent et en même temps tellement calliente. Il me faisait froid dans le dos, un vrai serial killer. Ou un bourreau des cœurs. Au choix encore une fois ! Et au fil des pages, on se rend compte que ce garçon a de sacrés ennuis, et qu'il ne s'en doute pas encore lui-même. Ce roman m'a fait frissonner pour Kaleb, pour ses proches, pour chacun des personnages mêlés de près ou de loin aux EDV. Proche du thriller, du roman à fort suspense, le fantastique a clairement une part importante, et est pourtant utilisé avec une subtilité et un dosage remarquables.
Chaque personnage, passé comme présent, est important, a son rôle à jouer, a une part de mystère. Je décerne d'ailleurs une mention spéciale, tout de même, à l'histoire de Mary Ann et David, personnages qui m'ont bouleversée et captivée à la fois ! Puis chaque mystère est révélé en temps voulu, et certains m'ont laissée bouche bée. J'ai été surprise ! Et un bon nombre de fois !
Quant à cette fin ! Non, mais c'est pas possible de jouer autant avec mes nerfs, il me faut le tome 2, et vite ! Bref, vous l'aurez compris : si vous n'avez pas encore lu ce livre, vous n'avez plus aucune excuse !






Magnétique et sensuelle, Abigail est l'arme la plus redoutable du réseau SENTINEL. La jeune succube se nourrit de votre énergie vitale et vous consume dans l'extase. Inutile de lutter : l'attraction qu'elle suscite est irrésistible. Même si faire l'amour avec elle, c'est s'unir à la mort.
Kaleb Helgusson est plus dangereux encore, car il porte désormais l'empreinte du Mal. Quand leurs routes se croisent, Abigail a beau le repousser, l'empathe l'attire comme un aimant. Au terme d'un affrontement passionnel sans merci, ils découvriront avec effroi ce que la combinaison de leurs dons peut accomplir. Mais seront-ils capables de maîtriser leurs désirs les plus sombres ?

2. Le mâle dans la peau
Myra Eljundir - 2013



Cette saga est très certainement une des plus incroyables que j'aie lue ! Le premier tome était hallucinant, car il m'avait fait rentrer dans la tête d'un vrai psychopathe. Tout m'avait plu. La noirceur de Kaleb, les complots terrifiants qui se cachent derrière la traque aux EDV, le mystère autour des origines de Kaleb. Je pensais que, dans le tome 2, nous serions dans une continuité pure et simple.
Eh bien, oui, nous sommes dans la continuité. Mais rien n'est pur, et rien n'est simple. Car Kaleb se révèle encore plus noir et cruel que jamais, et son duo avec Abigail est d'une telle violence que j'ai été scotchée dans l'histoire. Même l'atmosphère du livre est différente : plus sanglante, plus violente que jamais. Les détails sont de plus en plus crus, et j'ai même ressenti certains moments de légers malaises devant les descriptions que l'autrice en faisait. Non, je ne dis pas que ce livre ne peut pas être lu par les âmes sensibles... Les détails sont plus marqués que dans le tome 1, mais c'est surtout l'ambiance qui a changé. Et ce n'était pas pour me déplaire.
On ressent comme une gradation. Le premier tome nous mettait en bouche. Là, on y est. Kaleb est mauvais, très mauvais. Mais pire que cela, il est manipulé, et cela pourrait bien le mener à sa perte. Car voyez-vous, il est de ces « méchants » dont on espère toujours qu'ils redeviendront gentils. Quand il fait du mal, on lui trouve mille et une excuses pour justifier ses actes. On se persuade qu'il ne fait pas vraiment ça, que c'est une erreur, que ce n'est pas sa faute. On frissonne pour lui et on espère qu'il gagne !
Ce genre de livres a le don de me retourner le cerveau ! Il est quand même inconcevable de donner du crédit à de tels actes, et pourtant en lisant ce livre, on apprécie ce qu'il s'y passe, et on se surprend à en demander plus ! Heureusement que ce n'est qu'un livre, car sinon je finirai par m'inquiéter pour ma propre santé mentale ! Sacré Kaleb, que vas-tu encore nous inventer dans le prochain et dernier tome ?






La prophétie du volcan prédit l'avènement d'une nouvelle ère, initiée par l'Élu... Or qui, de Kaleb, Abigail, le colonel Bergsson ou encore Mary-Ann bouleversera à jamais le destin des enfants du volcan ? Et si la mort est la clef, tous ne sont-ils pas des morts en sursis ? Seul le Livre du volcan peut apporter des réponses à Kaleb et lui permettre de survivre au volcan qu'il a réveillé. Mais le tenir entre ses mains peut se révéler plus destructeur que tout...
3. Tout est bien qui finit mal
Myra Eljundir - 2013



Je suis soufflée, hallucinée. Il n’y a pas de mots pour décrire ce que je ressens, là, tout de suite, alors que je viens de terminer ce livre. Pourtant, en le commençant, j’ai un peu déchanté. Rembobinons.
Trois jours plus tôt. Ravie de lire enfin le dernier tome de Kaleb, dont les deux premiers tomes étaient tellement magiques et noirs, horrifiants et superbes que je ne pouvais attendre de finir enfin cette trilogie. Alors, j’ai attrapé mon livre et, hop, le sourire aux lèvres, ai commencé à lire.
Mais ce n’était pas l’histoire de Kaleb. C’était le Livre du Volcan, c’était l’histoire des aïeuls de Kaleb, et cela prenait de la place. Beaucoup de place. Tellement de place que Kaleb en devenait un personnage secondaire. Alors, oui, j’ai été agacée... au début. Puis je me suis penchée sur cette histoire. Sur ces histoires qui finalement m’ont captivée, sur cette mythologie hallucinante qui m’a amenée à comprendre. Tout comprendre.
J'ai été émue aux larmes, j’ai ressenti la souffrance des clairvoyantes, j’ai ressenti l’horreur que les enfants du volcan avaient été contraints de vivre, génération après génération, et j’ai été effarée de voir Kaleb découvrir tout cela, et réaliser quel était son rôle, quel était son destin. Et j'en ai même oublié qu'il ne s'agissait que d'une histoire... Oui, à ce point !
Ce roman est sublime. Certainement le plus achevé et le plus réussi des trois. L’autrice nous amène exactement où elle le souhaite, et donne même de sa personne dans ce roman, afin de nous rapprocher plus encore de Kaleb, et nous faire vivre cette histoire auprès de lui, au milieu des enfants du volcan, prêts à tout pour suivre Kaleb dans sa quête.
Je suis tellement triste que cela s’arrête là. Je n’ai pas lu une histoire de cette trempe depuis longtemps. Et je pense que beaucoup de sagas vont me sembler fades après ça…


vendredi 16 juillet 2021

Une autre vie


Femme au foyer, Julia mène une vie bien rangée à Londres avec son mari et son fils. Lorsqu’elle apprend la mort de sa jeune sœur, Kate, victime d’une agression à Paris, près du canal de l’Ourcq, elle est sous le choc. Les deux sœurs, dont les relations n’ont jamais été faciles, s’étaient perdues de vue. Ne parvenant pas à faire son deuil, Julia décide d’aller à Paris afin d’en savoir plus sur la vie que menait Kate. Là, elle apprend que cette dernière fréquentait assidûment les sites de rencontre en ligne. Le doute s’insinue alors dans son esprit : et si la mort de sa sœur n’était pas due à une simple agression mais à une mauvaise rencontre ? Ne pouvant se débarrasser de cette idée obsédante, Julia décide de se faire passer pour Kate sur le site Internet d’escorts que celle-ci utilisait. Mais, à l’âge des bilans, des remises en question, des ambitions laissées derrière elle, Julia ne réalise pas qu’elle est en train de jouer un jeu dangereux à double titre. Si elle a en effet raison sur les circonstances de la mort de sa sœur, elle prend tous les risques. Et en goûtant à une autre vie, plus excitante, que va-t-il rester de la sienne ?
Une autre vie (Second life)
S.J Watson - 2015



Ce n'est pas la première fois que je lis un livre de cet auteur, et j'avais donc envie de retenter l'expérience avec Une autre vie, qui était disponible à ma bibliothèque. J'ai mis du temps à le lire, mais ce n'est pas parce qu'il ne me plaisait pas. Bien au contraire.
Il y a plusieurs parties dans ce livre. Non pas les parties officielles, mais celles que j'ai trouvées de moi-même : la découverte et la mise en place, d'abord. C'était basique, comme tout thriller qui se respecte. Assez long pour qu'on connaisse les personnages, mais assez court pour qu'on ne sache pas tout. La romance ensuite. Je n'ai pas aimé. Je n'avais pas confiance en ce Lukas, et je ne comprenais pas qu'on puisse se retrouver prise à ce jeu si facilement. Comme si Julia n'avait pas de jugeote. Ou bien qu'elle était désespérée. Ce qui semblerait logique, vu ce qui lui est arrivé.
Puis la partie thriller. La crainte grandissante que Lukas ne révèle tout, que Julia ait des ennuis, qu'elle soit agressée ou tuée. J'ai adoré cette partie. C'était ma préférée, j'avais tellement peur pour elle, et en même temps je trouvais génial que l'auteur gère aussi bien l'effet crescendo qu'il a voulu mettre en place. J'ai trouvé ça vraiment très réussi. Et puis vint la révélation, un peu trop rapide, mais qui prend tout son sens sur quelques pages. Je ne l'ai pas vu venir, et pourtant quand elle a commencé à paraître, j'ai douté. J'ai eu l'intuition que l'auteur m'avait menée en bateau, mais sans comprendre où ni comment. Il m'a bernée, ce qui est plutôt rare, dans ce genre de roman !
Du coup, je ne peux que vous conseiller de lire ce titre. Il est terrifiant, ennuyant, intrigant et addictif en même temps. Un peu de tout, il y en a pour tous les goûts. Quoi de mieux ?


mercredi 14 juillet 2021

Un service explosif


Comme tous les mardis, Harold passe la soirée avec Léa, dans leur restaurant favori. Pourtant, cette fois, ce moment d’ordinaire agréable sera gâché par une nouvelle serveuse – portant de détestables baskets bleues –, qui, en plus de fournir un mauvais service, renversera le contenu d’une assiette chaude sur Léa. Certain qu’elle l’a fait exprès, Harold s’énerve, exige qu’on licencie la malheureuse – mais mignonne – Elsa.
Dès lors, un affrontement s’engage entre nos deux protagonistes, source d’une cascade de malentendus et de situations rocambolesques impliquant des trahisons, un passage aux urgences, des tongs par moins cinq degrés et même un entretien d’embauche le jour de la Saint Valentin...
Y a-t-il de la place pour l’amour, dans tout ça ?

1. Un service explosif
Iman Eyitayo - 2019



Merci aux Éditions Plumes Solidaires.
Voici un titre d'Iman Eyitayo que j'ai adoré. Un service explosif est, comme son titre l'indique, vraiment explosif. Au début, je me demandais un peu qui était le personnage principal, vers où allait l'autrice. Mais, au final, il est vite apparu que la nouvelle joue sur ça : tout est dans les apparences, on ne sait pas ce qui est avéré, ce qui est inventé ou supposé. Du coup, même le lecteur est laissé dans le flou.
L'autrice maîtrise très bien son texte et nous emmène où elle le veut, quand elle le veut. On ne découvre le pot-aux-roses que lorsqu'elle veut bien qu'on comprenne, appuyant sur les révélations grâce au rythme utilisé. En plus de tout ça, on peut ajouter une plume toujours aussi agréable, et on ne peut passer qu'un bon moment. Mais un peu trop court, le moment ! Car j'aurais vraiment voulu en avoir plus !






Harold et Elsa ont survécu à leurs diverses rencontres explosives, jusqu’à un fameux 14 février qui a tout changé... et les a poussés dans les bras l’un de l’autre. Ils entreprennent alors de se découvrir, de partager leur quotidien, de se donner une chance.
C’est sans compter sur quelques difficultés notables, sources de tensions, de situations rocambolesques et d’incompréhensions : entre leurs personnalités différentes, leurs familles pour le moins envahissantes, et leurs activités professionnelles, arriveront-ils à trouver de la place pour l’amour ?
Survivront-ils à ce démarrage explosif ?

2. Un démarrage explosif
Iman Eyitayo - 2020



Merci aux Éditions Plumes Solidaires.
J'avais adoré le premier tome de cette saga de nouvelles, et j'attendais donc avec impatience cette suite. Mais maintenant, je vais avoir quelques soucis, car je me sens obligée de tuer l'autrice. On ne fait pas un tel cliffhanger, non ! C'est interdit par le monde mondial de la Terre ! Je ne suis pas d'accord, je ne valide pas. Je refuse, et je considère donc que ce livre n'existe pas. Jusqu'à la sortie du tome 3.
L'histoire est dans la continuité de la précédente. On retrouve Elsa et Harold dans les débuts de leur relation, et l'on est surpris par la perspicacité du jeune homme et par la tournure que prennent les événements. On a l'impression que cette histoire d'amour ne peut que durer et est en train de se construire des bases très solides. Alors, forcément, quand les premiers soucis arrivent, on ne comprend pas tout et on est frustré de notre lecture. Car tout commençait si bien, et tout finit encore une fois par exploser...
Même si je râlais en début de chronique au sujet de cette fin, je dois avouer qu'elle est parfaitement bien trouvée. Elle nous permet de continuer à en vouloir encore plus. Autrement dit, à rester des addicts en manque. Bravo, Iman, de faire de nous de tels êtres dépendants ! Je ne te félicite pas !






Après un démarrage plus qu’explosif, un nouvel imprévu vient chambouler la dynamique déjà fragile du couple : Elsa se voit obligée de quitter Paris en urgence, laissant un Harold dévasté derrière elle.
Avec la distance, leurs émotions à vif et leurs familles toujours aussi envahissantes, réussiront-ils à trouver un équilibre ? Leur relation survivra-t-elle à ce nouveau défi ?

3. Un séjour explosif
Iman Eyitayo - 2021



Merci aux Éditions Plumes Solidaires.
Troisième opus de cette saga de nouvelles que j'aime tant ! Après un démarrage très explosif du couple Elsa et Harold, il fallait que la suite soit tout aussi explosive et stressante. Ce fut le cas encore une fois. J'ai cru que j'allais moi-même faire exploser leur vie en allant les voir et les taper pour qu'ils arrêtent un peu leur cinéma. Enfin, surtout Harold. Mais qu'il est bête !
Bon, j'arrête de divulgâcher. De toute façon, sans lire, vous ne pouvez rien comprendre. Cette suite est à la hauteur des deux tomes précédents et permet même d'élever à un niveau supérieur la relation d'Elsa et Harold. On se doute que rien ne se passera comme prévu, vu que la famille s'en mêle (plus ou moins volontairement), d'un côté comme de l'autre, ce qui risque de les éloigner.
J'ai trouvé très ingénieuse la façon qu'avait l'autrice de mettre en avant la relation à la famille des deux protagonistes. Cela permet de voir ce qui peut fonctionner pour notre petit couple, et ce qui est voué à l'échec dès le début. En tant que lecteur, on comprend tout de suite où ça va aller, mais on espère, jusqu'à la dernière page, que cela n'arrivera pas, qu'il y a une solution.
Et finalement, on ne peut qu'être d'accord avec cette dernière scène, cette décision difficile à prendre mais qui est logique, au vu de tout ce qu'on nous a raconté avant. L'autrice est très habile et a su m'embarquer dans son histoire au point de me faire compatir. Mais je ne vous dirai pas pour qui je compatis. Ça, c'est à vous de le découvrir en lisant la saga !






Écrasés par leurs différences, les incompréhensions et leurs familles envahissantes, le couple formé par Harold et Elsa aura finalement cédé.
C’est sans compter sur le destin qui leur réserve une toute dernière surprise...

4. Un dénouement explosif
Iman Eyitayo - 2021



Merci aux Editions Plumes Solidaires.
Quatrième et dernier tome de la saga. J'en attendais beaucoup car la fin du tome 3 m'avait rendue réellement triste. Triste car l'issue m'avait émue, mais en même temps cette fin était logique vu le comportement d'Harold. Alors, je me demandais comment l'autrice allait se sortir de cette affaire... Surtout quand on voit cette couverture.
Ce tome se passe sur un temps plus long, en tout cas c'est l'impression que j'ai eue. Le but étant de conclure, il fallait que l'autrice se concentre sur des moments clefs permettant de finaliser un peu l'histoire. Alors, j'ai eu une légère impression de décousu, mais qui passe super bien car cela correspond très bien à l'histoire énoncée.
Dès le début, on réalise un changement de comportement de la part d'Harold. Puis on fait une découverte sur la dernière sœur d'Harold... Et là, on voit une sorte de coalition se mettre en marche qui débouchera sur une issue vraiment sympa. En tout cas, moi, j'ai trouvé cette issue bien plus sympa que les happy ends classiques. C'est plus concret, plus beau... plus tout.
Cette saga m'a énormément plu. Les textes sont courts et se lisent très bien ; le ton est léger et agréable, ce qui nous permet de passer un moment vraiment sympathique. J'en redemande, à vrai dire. J'espère que l'autrice fera d'autres textes du même genre !


Articles tendances