jeudi 2 décembre 2021

L'héritière des abysses


Ana Dakkar est en première année à l'académie de Harding Pencroft, réputée pour former les meilleurs biologistes et explorateurs marins. Depuis la disparition de ses parents au cours d'une expédition secrète, elle a pour unique famille Dev, son frère aîné. Alors qu'Ana et ses camarades s'apprêtent à passer les épreuves de première année, une explosion soudaine détruit l'académie HP, tuant élèves et professeurs dans le même temps.
Les survivants ont à peine le temps de pleurer leurs proches que le professeur qui les accompagne leur fait une bouleversante révélation : Ana est la descendante du célèbre capitaine Nemo, et la raison pour laquelle l'académie HP a été attaquée. À présent, Ana et ses amis sont les seuls à pouvoir retrouver les trésors cachés par Nemo et éviter que l'ennemi ne découvre les multiples secrets de Jules Verne, dont les personnages et inventions sont visiblement bien loin de relever de la fiction...

L'héritière des abysses
Rick Riordan - 2021



Merci à la Masse critique de Babelio et à Albin Michel.

Je suis très heureuse d'avoir pu découvrir ce livre, car j'aime énormément cet auteur. Après m'être régalée avec Percy Jackson, il était temps que je redécouvre l'étendue du talent de Rick Riordan dans une toute autre histoire... qui finalement a une thématique assez proche : l'eau semble omniprésent chez cet auteur.

Cette fois, on quitte la mythologie et le fantastique pour partir sur quelque chose d'a priori plus terre à terre. La découverte du Nautilus, de Nemo et des romans de Jules Verne. Ana Dakkar, notre héroïne, vient de voir son école réduite en cendres et doit gagner une base navale secrète à la recherche de ses origines. Cela aurait pu faire un bon thriller, mais l'auteur a décidé d'y inclure quelques éléments de science-fiction, pour mon plus grand plaisir.

La recette fonctionne, j'ai été happée dans l'histoire et je voulais vraiment découvrir le fin mot de l'histoire. Mais ma lecture a été inégale : parfois, je voulais savoir ; d'autres fois, je voulais vraiment savoir avidement ! Peu importe, me direz-vous, au final je souhaitais juste qu'on me laisse tranquille avec mon plaid et mon livre. L'auteur sait vraiment nous embarquer dans son univers.

Maintenant, reste à savoir s'il s'agit d'une nouvelle saga ou non. À la fin, j'ai eu cette sensation d'appel à une suite... mais en même temps, cela pourrait très bien s'arrêter là. Je ne sais pas ce qui est prévu, et s'il y a une suite, je serai évidemment au rendez-vous. Mais si vous êtes indécis quant à l'entrée dans une nouvelle saga à rallonge, sachez que ce livre est un tout à lui seul. Et que j'ai adoré !




mardi 30 novembre 2021

Sérum


1773 : MESMER INVENTE L'HYPNOSE
1886 : FREUD INVENTE LA PSYCHANALYSE
2012 : DRAKEN INVENTE LE SÉRUM
Une injection. Sept minutes pour accéder au subconscient d'Emily Scott. Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques. Quelques jours pour empêcher le pire.
Mais quand les morts suspectes se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel ?

Sérum (Sérum T1)
Henri Loevenbruck & Fabrice Mazza - 2012



Je suis frustrée ! Cette fin n'en est pas une et me hurle d'attraper le second tome, qui n'est pas encore en ma possession ! Ça me tue, je me fais toujours avoir... Mais passons !

Ce concept de roman série me plaît assez, mais je pense que je vais piquer quelques colères contre moi-même. En effet, un tome est un bout de l'histoire. Il se lit vite, que dis-je, il se dévore en un rien de temps, et il nous faut ensuite attendre le tome suivant. Comme une série TV, en somme. Sauf que c'est bien plus agréable, car il s'agit de lecture et non de télé !

L'histoire est surprenante à souhait. En lisant le résumé, je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre. En commençant le livre, j'ai compris que je ne saurais pas tout de suite et qu'il me faudrait attendre un tome, ou deux, voire trois... ou plus ? À la fin de ce tome, je ne suis pas plus avancée qu'au début, et je peux donc affirmer que les auteurs ont vraiment compris comment rendre le lecteur fidèle.

Le style est rapide et incisif. Pas de place aux descriptions ici, les auteurs vont droit au but. Et j'aime beaucoup, car cela donne un rythme effréné au bouquin. Les personnages ne me déplaisent pas non plus. Lola (bon sang, mais c'est quoi ce nom ?!) est une femme dans la quarantaine, très bon flic, qui doit gérer une vie familiale complexe et un boulot qui lui prend tout son temps. Son fils est impressionnant à souhait, et son ami Draken est... particulier. Très particulier. Trop particulier ?

Bref, de bons personnages, une intrigue mystérieuse, des événements imprévisibles, et une trame intrigante. Que demander de plus ?



Sérum »



dimanche 28 novembre 2021

Saulnier et la petite morte


Pierre Saulnier, lieutenant de police à l'ancienne ne supporte rien ni personne, encore moins ses collègues qui le lui rendent bien. Usé et désabusé, il traîne sa vie comme on traîne un vieux boulet et noie parfois sa triste existence dans l'alcool.
Pourtant, en ce matin frileux de décembre, Saulnier est loin d'imaginer qu'il est sur le point de se lancer dans une enquête bien particulière, une enquête qui va bouleverser sa vie...
Qui aurait cru qu'une Petite Morte....

Saulnier et la petite morte
Catherine Coss - 2013



Que dire de ce roman ? Tout d'abord qu'il est court. Trop court selon moi, car j'ai beaucoup apprécié l'univers dans lequel nous a plongé Catherine Coss et j'aurais donc aimé que cela dure plus longtemps et que l'on puisse avoir plus de détails sur cette histoire très intéressante. Non pas que le roman manque de détails, bien au contraire ! Pour un livre aussi court, je suis surprise d'avoir des descriptions aussi justes et aussi claires. Non, j'aurais juste voulu qu'il soit plus long pour mon plaisir.

D'une part, nous avons Saulnier, un personnage particulier, un flic ayant vécu des choses difficiles dont je ne peux pas vous parler sans divulgâcher l'histoire ; d'autre part, nous avons Marion, la victime, qui se trouve dans une situation assez incroyable et abracadabrante (et là encore, mystère ! foncez lire le livre, vous saurez !), et qui compte sur l'aide de Saulnier pour résoudre ce fâcheux ennui (ce qui n'est pas peu dire). Saulnier se prend d'affection pour cette petite, et veut découvrir qui s'en est pris à elle.

Cette histoire est donc l'histoire de cette enquête, mais pas seulement. Car il ne s'agit pas ici uniquement de découvrir qui est l'instigateur. Non, ceci est une excuse, et finalement l'enquête en elle-même est très simple, car c'est plus la chance qui permet de résoudre l'affaire que le travail de l'enquêteur. Mais passons ! Car ce livre, c'est avant tout la quête de Marion : celle de faire renaître ce vieux flic, lui faire redécouvrir la vie, lui réapprendre à vivre et profiter des choses simples.

Au travers de courtes scènes, ayant pour but de nous faire passer un message simple et apaisant, nous suivons les deux compères, attachants et « mignons » de par leur attitude l'un envers l'autre, et nous apprenons, nous aussi, à profiter de l'instant présent, à lire tout simplement cette petite histoire, très bien ficelée et bien écrite, à l'apprécier pendant, et même après notre lecture.




vendredi 26 novembre 2021

Les yeux d'Iris


Un meurtre et un suicide.
Trois hommes. Trois femmes.
Des retrouvailles.
Un pacte.
Tout se paye, même l'amitié.

Les yeux d'Iris
Magali Collet - 2021



Merci aux Éditions Taurnada.

C'est la première fois que je lis Magali Collet, et j'avoue que j'ai bien aimé ce que j'ai découvert. Un style rapide, incisif, sans fioriture, qui nous amène exactement où elle veut nous emmener. C'était très appréciable. Mais il y a un gros bémol tout de même : c'était bien trop court, j'en aurais voulu plus, bien plus, car j'étais bien avec ce livre, moi ! Mais bon... tant pis, je lirai d'autres livres de cette autrice.

Dans cette histoire, j'ai été induite en erreur dès le début. On nous parle d'Iris, le titre évoque Iris, on nous présente Morgane et Fred, respectivement la sœur et le frère d'Iris. Du coup, je me suis focalisée sur Iris, et je pensais que tout tournerait autour d'elle. En fait, pas tout à fait. Elle est là, tout le temps, il y a toujours un petit quelque chose qui nous la rappelle, mais l'histoire qui doit nous intéresser est tout autre.

Cette histoire d'amitié et de pacte m'a fait froid dans le dos. Les faits sont tels que l'on ne peut que comprendre ce besoin de vengeance, mais on espère que les choses tourneront mieux que ce qui est prévu... enfin, ça, c'est sans compter sur ce que l'autrice nous a réservé. Elle a réussi à caser des péripéties et du mystère dans une histoire somme toute assez simple, ou du moins qui aurait dû nous sembler simple...

J'ai beaucoup aimé également les flashbacks, qui nous permettaient de mieux contextualiser les raisons qui ont poussé les personnages à faire ce pacte. Comme je vous le disais, ça fait froid dans le dos. Et j'ai espéré qu'ils y arrivent, tout en espérant qu'ils utiliseraient des moyens plus légaux. Ce final, je ne m'y attendais pas. L'autrice est quand même très sadique, je pense. À voir si ça se répète dans ses autres romans. Ils sont dans ma PÀL, ça tombe bien !




mercredi 24 novembre 2021

Genèse


Traqués par l'empereur et par Entropia, Matt, Tobias, Ambre et les leurs doivent fuir et rallier des terres inconnues pour s'emparer du dernier Cœur de la Terre avant qu'il ne soit détruit. Mais le monde souterrain qu'ils découvrent ne grouille pas seulement de dangers. Il recèle d'incroyables révélations.
La guerre est proche. Les sacrifices nécessaires.

Genèse (Autre-Monde T7)
Maxime Chattam - 2016



Je suis à la fois heureuse et en deuil. Heureuse, car j'adore cette saga et j'ai trouvé cette conclusion tellement belle et parfaite. Mais en deuil, car c'est terminé. Et j'ai ressenti cette peur de la fin lors de ma lecture : j'ai mis beaucoup de temps à lire ce texte. Non pas car il est moins bon que les précédents, mais vraiment car j'angoissais de terminer et de tomber en dépression sévère à la fin de ce texte. Je crois que j'ai mis près de deux semaines pour le terminer tant c'était difficile de dire au revoir à cet autre monde...

Pourtant, tout est parfait. C'est la dernière ligne droite, les événements s'enchaînent, les péripéties sont là, des mystères apparaissent et se résolvent. À la fin, la boucle est bouclée, et on devrait être serein car ils y sont. Ça y est. Et tout est beau, et pur et permet de lancer cette nouvelle vie. L'histoire est ouverte, car tout est à faire pour nos héros. Et pourtant, on les quitte alors que leur vie ne fait que commencer.

Je suis vraiment contente d'avoir découvert cette saga qui m'a fait rêver, frissonner. J'étais tellement dedans que je pouvais en parler à quiconque commençait à parler littérature. Une vraie addict. Mais c'est tellement bon. J'ai toutefois eu très peur à plusieurs reprises, pour quelques personnages. J'ai même cru que c'était fini pour certains, et pour d'autres j'étais tellement révoltée... Mais cela ne rajoute que de la crédibilité à l'histoire. Tout le monde ne pouvait pas survivre.

Je vais juste conclure sur cette scène finale. Je l'ai espérée pendant les dernières pages, mais sans y croire. Pour moi, Maxime Chattam était trop sadique pour aller dans cette direction. Mais il l'a fait. Et j'ai refermé mon livre en souriant. C'était parfait. Je sais, je me répète. Par contre, je vais attendre un peu avant de lire Ambre, histoire de me laisser rêvasser un peu sur ce second cycle qui est définitivement plus complexe et intéressant que le premier. J'espère, d'ailleurs, qu'un troisième cycle arrivera un jour... même s'il s'agit d'autres personnages... Possible, non ?






lundi 22 novembre 2021

Petit-Pierre et les étoiles


Comme ses camarades de classe, Petit-Pierre est initialement ravi de découvrir le tout nouveau projet lancé par sa super maîtresse à l’approche de Noël.
Seulement, il se rend vite compte qu’il lui sera difficile de réaliser ses rêves, des rêves qui ne correspondent pas du tout à ceux de ses meilleurs amis. Pour ne rien arranger, sa copine Lola est bizarre en ce moment et se fâche avec tout le monde à l’école.
Les choses semblent bien mal engagées pour Petit-Pierre et ses compagnons…
À moins qu’une petite gargouille déterminée et une sortie magique en Ardèche ne parviennent à tout changer ?

Petit-Pierre et les étoiles (Petit-Pierre T2)
Nathalie Bagadey & Camille Loiselet - 2021



Merci à Nats Éditions.

J'avais adoré Petit-Pierre et la gargouille ! Une histoire avec une gargouille aussi mignonne (terrible), ça ne peut qu'être génial. J'avais ri, frissonné. Cela m'avait dépaysé. Alors, j'étais vraiment pressée de lire cette suite, même si je ne savais pas en lisant le tome 1 qu'il y en aurait une.

Une nouvelle fois, j'ai beaucoup aimé ma lecture. Pourtant, ce texte est bien moins centré sur Grgr. Sa présence est presque anecdotique, vu que l'accent est mis sur Petit-Pierre et le montage de la pièce de théâtre. J'ai trouvé cette aventure vraiment très sympa, et surtout très bien documentée (les étoiles !). Je me suis un peu évadée dans cette intrigue tellement simple et éducative.

Simplement, je l'ai dit : Grgr a manqué. Certes, la gargouille est présente mais comme figurante, et j'ai eu l'impression que le duo avait un peu été tronqué. Mais après, c'est un peu normal, cela va dans le sens de l'évolution de Petit-Pierre. Mais, pour la prochaine histoire, je veux un peu plus de grargouille quand même !

En bref, un super texte très mignon et très éducatif. J'ai appris des choses et je me suis amusée. Que demander de plus ?






samedi 20 novembre 2021

Quelque part avant l'enfer


Anna est miraculée. Après un accident et deux semaines de coma, elle est toujours en vie. Est-ce la promesse d’un nouveau départ ? Une chance avec son fils et son mari de tout recommencer ? Mais de l’autre côté, l’espace d’une infime seconde, alors que sa vie était suspendue à un fil, elle a vu le tunnel… une lumière noire, et un homme lui promettant de la tuer... Il la poursuit encore. Pourquoi l’a-t-il choisie comme témoin de ses crimes ?
Parfois, il vaut mieux ne pas revenir...

Quelque part avant l'enfer
Niko Tackian - 2014



Ce roman est plein de surprises ! La première, et non la moindre, c'est la préface qui est d'un de mes auteurs préférés, Franck Thilliez. Déjà, ça donne une idée du niveau de l'histoire ! Avec une telle note, je ne pouvais qu'adorer me plonger dans ce roman. Et, effectivement, c'était un excellent moment. Ce n'est pas la première fois que je lis une histoire concernant les Expériences de Mort Imminente, et j'avoue que je me régale à chaque fois d'en apprendre toujours plus.

Dès les premières pages, on ne peut que succomber. L'intrigue est accrocheuse, le style est simple et extrêmement fluide, tout a été fait pour m'empêcher de poser le livre. Je tournais les pages comme une folle furieuse pour savoir ce qui allait se passer ensuite. Oui, c'était un succès.

Toutefois, j'ai compris à peu près vers le milieu du roman où Niko Tackian nous emmenait... Bon, je n'étais pas sûre du tout, mais je le sentais venir, un peu comme Anna voyait au travers de ses visions ce qui allait advenir des filles. Ça n'a rien retiré à mon plaisir de lire ce livre, je vous rassure. J'aime avoir raison !

Quant aux personnages, ils sont tous très bien calibrés. Anna m'a émue, Alain m'a surprise. Le petit Nathan m'a attristée, le pauvre... Tout est fait pour que l'on doute de chacun d'eux, et c'est le cas. Très vite, j'ai soupçonné tout le monde, avant de tomber juste. Bref, on reste dans l'incertitude du début à la fin, et c'est vraiment bon.

Le bémol de ce roman, maintenant, car il y en a un : c'est sa taille. J'aurais aimé qu'il soit monstrueusement énorme, car il était tellement agréable à lire, que j'aurais voulu que ma lecture dure quelques jours de plus. Oui, bon, d'accord... Ce n'est pas vraiment un bémol, je l'avoue... Mais il fallait bien que je trouve un point négatif, non ?




jeudi 18 novembre 2021

Mourir sur Seine


Sixième jour de l'Armada. Un marin est retrouvé poignardé au beau milieu des quais de Rouen. Quel tueur invisible a pu commettre ce crime impossible ? Quel étrange pacte semble lier les matelots du monde entier ? De quels trésors enfouis dans les méandres de la Seine sont-ils à la recherche ? Quel scandale dissimulent les autorités ?
Une implacable machination qui prend en otage huit millions de touristes. Une course effrénée contre la montre avant la parade de la Seine.

Mourir sur Seine
Michel Bussi - 2013



Merci à l'édition spéciale de la Masse critique, ainsi qu'aux Éditions des Falaises.

Quel plaisir de retrouver Michel Bussi ! J'ai une certaine affection pour cet auteur et ses ouvrages. Chacun d'entre eux est un plaisir, et je ne me lasse pas de tous les découvrir les uns après les autres. Comme toujours, dès les premières pages, j'ai été captivée. Le style est percutant d'entrée, et on ne peut que se plonger dans l'histoire. Et pourtant, j'avais un peu peur. Je ne savais que vaguement ce qu'était l'Armada, et je me suis demandé si je n'allais pas être perdue. Mais avec Michel Bussi, tout est toujours décrit de manière très claire, et toutes les informations sont données, de manière disséminée et au moment opportun, pour que même les plus ignorants du contexte ne soient pas perdus.

C'est ce que j'apprécie avec cet auteur : la simplicité de lecture. Tout est limpide, que ce soit la description du contexte, mais aussi celle de l'action. On s'imagine chaque scène au travers des mots de l'auteur, comme s'il ne nous donnait pas des pages à lire, mais un écran retransmettant ce qu'il a imaginé. Mais ce n'est pas tout ! Ce que j'aime aussi, c'est le côté surréaliste qu'il met en place dans chacun de ses romans. Je l'attendais et, ici, il s'agit (entre autres) d'un homme qui, trois heures après sa mort, vivait encore. J'aime, c'est beau !

Bien sûr, vous imaginez bien que ce n'est pas « que ça » ! Tout ce qu'il y a autour ne démérite pas. Il y a toute une histoire, je dirais même presque une « mythologie » autour de l'intrigue mise en place. J'ai adoré la façon dont les événements se démêlaient, dont les mystères se résolvaient. Presque cinq cents pages que je n'ai pas vu passer, tellement chaque scène présentée a son importance. Rien n'est laissé au hasard, que ce soit au niveau des personnages, ou de l'intrigue, ou même des retours en arrière.

J'ai même été prise au piège. Dès le départ, j'ai eu une hypothèse sur un des personnages. Je ne vais pas mentir, c'était pourtant très gros, mais l'auteur l'a clairement fait exprès pour nous perturber : tous les détails étaient là pour orienter notre réflexion. Je ne peux pas révéler de quoi il s'agit car cela divulgâcherait tout le monde. Mais je me suis encore fait avoir par Michel Bussi, dont le talent tient définitivement du génie.

En bref, cette histoire est du pur Michel Bussi. Une impression de surréalisme, une histoire captivante, des personnages qui ont une réelle personnalité, et des centaines de pages remplies de mots pour donner un pavé imposant : tous les ingrédients sont là pour nous faire passer des heures de pur plaisir.




mardi 16 novembre 2021

Les anges gardiens


Fredrika Bergman devrait profiter de son congé maternité, mais elle ne supporte plus de rester inactive. Alors, quand le corps démembré d'une jeune femme est retrouvé dans une forêt proche de Stockholm, l'inspecteur Bergman décide de rejoindre son équipe, chargée de ce cas. Et elle aura besoin de tout son sang-froid pour faire face aux découvertes macabres que l'enquête va mettre au jour. Car ce n'est pas un seul cadavre, mais toute une série qui est déterrée dans la clairière. Plusieurs pistes mènent à Thea Aldrin, une vieille femme murée dans le silence depuis qu'elle a été condamnée pour le meurtre de son mari trente ans auparavant. Mais Fredrika se trouve soudain au cœur de la tourmente : le nom du père de son enfant, Spencer, apparaît dans l'affaire. Quel rôle joue-t-il dans cette sombre histoire ? Que sait-il du passé de Thea ? Et pourquoi a-t-il menti ? Autant de questions qui se posent à la jeune maman avant qu'elle n'affronte le tueur de la forêt.
Les anges gardiens (Fredrika Bergman T3)
Kristina Ohlsson - 2011



Merci à Louve, au forum Mort-Sûre et aux Éditions J’ai lu.

Si certains éléments de ce roman sont bons, il ne s’agit pas du roman du siècle. Toutefois, il se laisse lire malgré quelques passages un peu longs, notamment dû au fait que ce livre est un tome 3 d’une saga dont je n’ai pas lu les deux premiers tomes. De ce fait, la compréhension des intrigues secondaires était assez difficile.

Entre le flic veuf dont je ne sais pas comment la femme est morte, le collègue qui a un frère dans un institut spécialisé et la vie de famille de la protagoniste principale, j’ai bien des interrogations ! Mais je lirai les premiers tomes pour résoudre ces mystères, alors pas d’inquiétude. Toutefois, vous, lisez-les dans l’ordre, je pense que cela simplifiera grandement votre lecture…

Concernant l’enquête en elle-même, il n’y a rien à dire. L’intrigue est très bien menée et l’enquête vraiment bien ficelée. J’ai eu quelques surprises sur certains éléments ou personnages, dont je ne m’attendais absolument pas à découvrir… ce que j’ai découvert. Pour d’autre par contre, l’évidence était là dès le début, mais cela ne m’a pas du tout rendue triste, au contraire !

Les péripéties et retournements de situation étaient au rendez-vous, et tous les personnages étaient incroyablement justes lors de cette enquête particulièrement intense. J’ai beaucoup apprécié notamment les petits interrogatoires répartis lors du roman, et qui nous offraient une sorte de bilan de parcours, histoire de nous remettre les idées en place et nous aiguiller lors de l’enquête.

Toutefois, j’ai trouvé le livre un peu long et je pense que certains éléments auraient pu être traités plus rapidement car ils n’avaient finalement rien à voir avec l’enquête. Beaucoup de fausses pistes, donc, et même si j’aime bien, quand il y en a trop ça peut finir par nous embrouiller.

En bref, je vous conseille la lecture de ce roman, mais après avoir lu les premiers tomes quand même ! Ne faites pas la même erreur que moi !



« La fille au tatouage
Les otages du Paradis »



dimanche 14 novembre 2021

Les brumes d'Avallach


Après le décès de sa mère, Emma, dix-sept ans, quitte les États-Unis pour rejoindre la seule famille qui lui reste sur la petite île de Skye en Écosse. Là-bas, elle rencontre Calum, un étrange jeune homme. Tour à tour prévenant et glacial, il semble cacher un secret inavouable. Ce que l’adolescente ignore, c’est qu’en se rapprochant de lui elle les met tous les deux en danger de mort.
Emma découvrira que les légendes des brumeux Highlands sont plus réelles et dangereuses qu’elle ne l’aurait imaginé. Et qu’avec Calum ils sont peut-être le dernier espoir de deux mondes que tout oppose.

Les brumes d'Avallach (Les brumes d'Avallach T1)
Marah Woolf - 2011



Merci à Marah Woolf.

En recevant ce colis, j'étais très contente. Le livre est absolument magnifique et, en plus, il était dédicacé. Devant la beauté de cette couverture, je me suis dit que j'allais passer un excellent moment. Et ce fut le cas. Cette histoire est tout simplement rafraîchissante !

La mythologie mise en place par Marah Woolf est vraiment intéressante, et j'ai beaucoup aimé découvrir ces êtres particuliers. Chaque détail est donné au fur et à mesure de l'histoire, de sorte à nous permettre de nous imprégner de ce nouveau monde progressivement, pour notre plus grand plaisir. Mais j'avoue que j'ai été plusieurs fois impatiente d'en savoir plus. Le suspense est parfois intenable !

Les personnages aussi sont finement détaillés. Emma est une jeune fille touchante et tout à fait crédible dans son rôle ; sa famille également, même si j'ai eu envie de donner quelques baffes à Ethan pour son idiotie de vouloir la séparer de Calum. Quant à ce dernier, il m'a un peu ennuyée avec son « je t'aime, moi non plus », mais on lui pardonne, car il cherche tellement à protéger Emma que cela en devient attendrissant.

L'histoire, enfin, est très bien menée et vraiment crédible. Le style de l'autrice y fait beaucoup, on se prend à tourner les pages très rapidement et l'on ne veut pas faire de pause dans notre lecture, tellement elle est passionnante. Mais la fin, par contre... est vraiment cruelle ! Pourquoi nous faire ça ?!




vendredi 12 novembre 2021

Neverland


L'ennemi a détruit le deuxième Cœur de la Terre, séparé Matt, Ambre et Tobias.
Alors qu'Entropia et ses créatures monstrueuses poursuivent leur entreprise de destruction, Matt découvre Neverland, la forteresse secrète et mystérieuse des Fantômes, les jeunes rebelles de l'empire d'Oz.
L'Alliance des trois arrivera-t-elle à se reformer à temps pour sauver les enfants d'Europe ?

Neverland (Autre-Monde T6)
Maxime Chattam - Année



Oh lalala, j'aime tellement cette saga !

Bon, j'avoue, ce tome m'a paru plus long. Ah ! la bonne blague, normal, il fait deux cents pages de plus que chacun des précédents. Mais c'était tellement du bonheur d'avoir ces deux cents pages de plus. J'aime tellement ces personnages, cette histoire.

Dans ce texte-là, j'ai eu une impression d'hommage aux premiers tomes. L'arrivée au Neverland m'a fait penser à l'arrivée à l'Île des Manoirs, l'histoire de Gaspar à Malronce et au Répauroden, la quête du troisième Cœur de la Terre, forcément, au troisième opus... Puis Entropia qui était là, Oz et son (faux-)empereur jamais loin. C'est tellement bien fait, tellement bien construit. On se rappelle tout ce qui est arrivé à nos personnages pour qu'ils en arrivent là, subtilement, logiquement... Un peu comme le calme avant la tempête.

Car ce tome a été calme, au début. C'est à la fin que ça s'est accéléré et que je me suis dit : allez, dernière ligne droite, cette fois on y va. Tellement agréable et tellement triste à la fois. J'ai envie de lire cette suite, mais je redoute en même temps. Car, quand ce sera fini, j'aurais quoi à lire ? Et pourtant, ce dernier tome est à côté de moi, là, tout de suite. Ose, ose pas. Ose. Je sais que je vais aimer !



« Oz



mercredi 10 novembre 2021

Mirrorland


Cat est partie s’installer à Los Angeles, loin de sa ville natale d’Édimbourg, et de sa sœur jumelle, El, dont elle est sans nouvelles depuis de longues années. La première partie de sa vie semble effacée de sa mémoire. Mais le jour où elle apprend la disparition inquiétante de sa sœur, elle décide de rentrer en Écosse.
La police locale l’attend en effet pour l’interroger. Peu après son arrivée, des messages apparaissent en divers endroits de la maison, tels des indices dans une chasse au trésor. Tous font référence à Mirrorland, le pays imaginaire que les deux sœurs s’étaient inventé dans leur enfance, à la fois terrain de jeu et refuge personnel.
Qui sème ces indices ? Qu’est-il véritablement arrivé à El ? Cat comprend alors qu’elle devra déverrouiller sa mémoire pour comprendre le présent.

Mirrorland
Carole Johnstone - 2021



Merci à la Masse critique de Babelio et aux Éditions Fleuve.

Ce livre est une tuerie. Je dois avouer que le résumé m'avait bien emballée. Ces sœurs jumelles qui ne s'étaient pas vues depuis douze ans, dont l'une a disparu et l'autre revient sur ses traces. Ce monde qu'elles s'étaient inventé étant enfants. Pourquoi ? Pour fuir quoi ? Ce Mirrorland, qui fait écho aux sœurs miroir. Tout un tas de petits détails qui m'ont complètement happée et que je voulais découvrir.

Le début de ma lecture fut pourtant laborieux. Carole Johnstone a décidé de nous perdre dès le début, en passant du présent au passé, du maintenant aux souvenirs. Ce n'est pas une maladresse, loin de là. Je pense qu'elle cherchait un côté flou, un peu comme si se mêlaient les deux temps, de sorte à nous faire mieux plonger dans son récit. Chez moi, ce genre de chose, ça crée surtout de la confusion, car je dois m'y habituer. Mais c'était la chose à faire, car cette histoire est trop particulière pour la conter de manière classique.

Passée cette présentation tout à fait floue et perturbante (pour moi), j'étais dans l'histoire à fond, car j'ai tout aimé : le nœud de l'intrigue, la disparition, les questions que l'on se pose sur le sort d'El, les personnages tous si bien pensés et inquiétants pour certains... j'ai aimé qu'on ne comprenne tout qu'à la fin, sur les dernières pages, j'ai aimé qu'on ait tout sous les yeux mais qu'on n'ait finalement rien compris, j'ai aimé qu'un des personnages ait toujours dit ce qu'il pensait, qu'il avait raison et que personne ne le croyait. D'ailleurs, en y repensant, deux disaient la vérité. Et d'autres. Bref.

Et surtout, surtout, j'ai aimé les relations entre les personnages. Ces relations ambiguës qui créaient de la distance, des rapprochements, de la haine à l'amour, une ligne tellement ténue. J'ai adoré l'histoire d'El et Cat, ces jumelles si surprenantes, si liées et pourtant si éloignées. J'ai aimé l'évolution de cette relation au fur et à mesure de ces pages, et cette réconciliation à distance, si belle et si sereine (malgré l'horreur des événements).

J'ai tout aimé dans ce texte, lisez-le !




lundi 8 novembre 2021

Lieurs d'univers


Plus que jamais, les combats font râge pour mener à bien la rébellion contre l’Ursupatrice.
Pourtant, les Semblables que sont Naya et Naïri s’interrogent sur le destin qui les unit et la suite à donner à leur mission, alors qu'Irïan semble lui aussi avoir son rôle à jouer...

Lieurs d'univers (Irïan T3)
Saïph Riguel - 2021



Merci à Nats Éditions.

Je pense que je n'ai pas de chance avec cette saga. J'avais trouvé Semblables tellement inventif que j'avais eu une pointe de déception sur Le miroir qui était une continuité du premier, certes bonne, mais sans inventivité. Dans ce tome, il y a de l'originalité et de l'inventivité, mais j'ai été un peu mal à l'aise sur l'évolution de la relation de Naya et Naïri. Je m'explique.

Depuis le début, le terme de Semblable résonnait dans mon esprit comme « similaires », comme « jumeaux », donc dans ma tête je les avais assimilés comme frère et sœur. Alors, ça n'engage que moi et mon cerveau bizarre, mais pour le coup le fait de lire que Naya et Naïri se rapprochent, ça m'a bien perturbée quand même. Je n'ai pas adhéré à ce point.

Pourtant, c'était le côté un peu inventif, ils sont les lieurs d'univers, il y a toute une mythologie qui est développée derrière leur existence, et c'est le petit plus qui manquait au tome 2 pour passer de « mitigée » à « ah oui ! ». Là, on l'a, donc c'est bien. Même si pour moi, ç'a été bizarre.

Et sinon, que dire ? Voici la conclusion d'une trilogie qui n'est pas banale. Cette fin est logique, dans la continuité des tomes précédents, on y croit tout à fait et ça fonctionne bien. Simplement, je pense que cette fin souffre un peu du découpage car, une fois la guerre terminée, le final représente presque un bon tiers du tome ! Et évidemment, si on remet dans le contexte que, au début, il s'agissait d'un diptyque, le découpage aurait été plus avantageux.

Du coup, je conseillerais à chacun de lire les trois tomes à la suite, histoire que tout soit parfaitement cohérent. Car, imaginez ! On a l'originalité du tome 1, qui est indéniable, puis on a le tome 2 qui continue à mettre en place l'univers et fait avancer l'histoire avec des péripéties en tout genre, et ce tome 3 qui conclut la saga en ramenant de nouveaux enjeux. Et là, on a un ouvrage unique et cohérent. Je pense que c'est la meilleure façon de profiter à fond de cette histoire hors du commun. Tentez donc le coup !






samedi 6 novembre 2021

Les enfants de Karia


Depuis plusieurs mois, les enfants de la petite ville de Karia disparaissent mystérieusement. Les villageois effrayés parlent d’une sorcière et d’êtres revenus d’entre les morts…
Kenan, un jeune Redresseur de Foi est envoyé pour mener l’enquête.

Les enfants de Karia
Anthony Holay - 2015



Merci à Anthony Holay.

Je ne vais pas mentir, j’ai préféré Incubes. Ce titre a des qualités, certes, mais, vu le thème abordé, je m’attendais à un petit peu « plus ». Cette nouvelle se situe dans un genre « dark fantasy ». Or, qui dit dark fantasy dit fantasy. Et quand je lis de la fantasy, j’ai besoin que le contexte soit présenté de manière générale, décrit minutieusement, voire complètement décortiqué. Tous les lecteurs de fantasy le savent, ce genre inclut de très nombreuses et longues descriptions et, clairement, dans une nouvelle de quarante-quatre pages, cet aspect ne peut pas apparaître.

Après, je vais quand même saluer l’effort d’Anthony Holay car, pour l’ambiance, on y est tout à fait. Il est juste dommage que les éléments du monde fantasy soient présentés ou n’interviennent que lorsqu’on a besoin d’eux pour faire avancer l’histoire. Pour simplifier à l’extrême, j’avais cette impression que, pour une difficulté, on sortait une solution du chapeau. Évidemment, ce n’est pas si simple que dans ma description, mais c’est un peu l’effet que j’ai eu, car je n’ai pas pu, en une si courte nouvelle, avoir le temps de m’installer dans l’histoire. À peine l’avais-je commencée qu’elle était déjà terminée.

Après une telle chronique, vous allez tous croire que je n’ai pas aimé. C’est une erreur, car j’ai trouvé l’approche intéressante, dans la mesure où cette nouvelle est accessible à tous et permettra peut-être aux lecteurs qui ne connaissent pas la fantasy d’y rentrer en douceur. En plus, même si quelques facilités ont été utilisées, l’histoire tient debout et est cohérente du début à la fin. Les personnages ne sont pas plats, même si certains manqueraient un peu de reliefs mais, dans la globalité, je n’ai rien à dire contre eux où leurs actions.

Finalement, maintenant que ma lecture est terminée, je n’en sais pas assez sur le monde qui m’a été présenté et rien ne m’a « marquée » au point de m’en souvenir encore dans quelques décennies. C’était en somme un très bon moment, mais qui aurait dû durer plus longtemps à mon sens.





 

jeudi 4 novembre 2021

Mauvaise étoile


Texas, 1964. Après l'assassinat de leur mère, Elliott et Clarence ont passé le plus clair de leur adolescence dans des maison de correction et autres établissements pénitentiaires pour mineurs. Le jour où Earl Sheridan, un psychopathe de la pire espèce, les prend en otage pour échapper à la prison et à la condamnation à mort, les deux adolescents se retrouvent embarqués dans un périple douloureux et meurtrier. Alors que Sheridan sème la terreur dans les petites villes américaines bien tranquilles qui jalonnent leur route, une sanglante et terrible partie se met en place entre les trois protagonistes. Loin de se douter de la complexité de celle-ci, les policiers, lancés à leurs trousses, et en particulier l'inspecteur Cassidy, ne sont pas au bout de leurs surprises.
Mauvaise étoile
R.J Ellory - 2011



Cette lecture a été plus que saisissante. Elle a été prenante, et je pense qu'elle restera très longtemps dans ma mémoire. Toutefois, je ne peux pas la conseiller à tout le monde, car certaines scènes sont particulièrement violentes. Enfin, rien de pire que ce que l'on voit à la télévision, mais l'accumulation peut être assez difficile à digérer.

Ce livre nous raconte l'histoire de deux demi-frères, Digger et Clay, dont on suit les pas depuis leur naissance, jusqu'à... la fin.

Digger, l'aîné, est en pleine recherche de lui-même et attend impatiemment le « modèle » qui lui permettra de se lâcher et devenir ce qu'il aspire être depuis qu'il est tout petit : un vrai grand méchant. Clay, le cadet, est plus réfléchi et a compris qu'il est enfermé dans une spirale infernale dont il aimerait qu'elle cesse. Il n'aspire quant à lui qu'à pouvoir enfin vivre, et arrêter d'être ballotté d'orphelinats en maisons de redressement. Alors, quand Earl croise leur chemin, l'un est extasié, l'autre horrifié.

Le principe de ce livre est de démontrer ce qu'il se passe lorsque plusieurs mauvaises étoiles se rencontrent. Est-ce que cela peut se terminer bien ? Naturellement, non. Mais la volonté de certains de s'en sortir peut peut-être jouer dans la balance.

L'intrigue est réellement bien tournée. J'ai été prise dans l'histoire dès les premières lignes, et mon intérêt ne s'est pas essoufflé au fur et à mesure des pages. Je pense que la plume de R.J Ellory, à la fois caustique et saisissante, y est clairement pour quelque chose. Cet auteur a l'art d'utiliser l'humour noir de la pire façon qui soit, pour attirer le lecteur dans les méandres de l'horreur. Je découvre cet auteur et je le lirai à nouveau. J'ai trop aimé son style pour passer à côté de ses œuvres en rayon et ne pas m'y arrêter !

Les personnages enfin sont terribles. Digger et Earl sont terribles dans leurs pensées morbides et leur envie de toujours voir le mal autour d'eux alors qu'il n'en est rien. Clay et Bailey sont touchants, et on espère tout le long de ce livre que leur mauvaise étoile les laissera enfin tranquilles... Cassidy, lui, est particulièrement courageux et intelligent. Il est le seul à pouvoir avoir une petite chance de faire pencher la balance, à condition qu'il puisse agir suffisamment rapidement. Chaque personnage est recherché, a sa propre histoire et tente d'exister dans le monde désespérant et triste qu'a peint l'auteur.

J'ai hâte de découvrir un nouveau livre de cet auteur !




mardi 2 novembre 2021

Oz


Cap sur l’Europe ! Pour tenter de vaincre Entropia, l’Alliance des Trois s’embarque pour le vieux continent. Objectif : mettre la main sur le Cœur de la Terre. Mais c’est un pays hostile qui les attend, où les Cyniks ont asservi les enfants. Obstacles, pièges, trahisons, les jeunes héros parviendront-ils à leurs fins ? Ou le chaos mortifère d’Entropia aura-t-il raison d’eux ? La quête de Matt, Ambre et Tobias est loin d’être terminée…
Oz (Autre-Monde T5)
Maxime Chattam - 2012



Mais non, mais non, mais non ! ça ne peut pas se terminer comme ça, je ne suis pas d'accord ! Maxime Chattam nous avait déjà fait le coup, mais là c'est pire car je ne vois aucun espoir, c'est trop injuste ! Ah euh, hum, pardon, je m'emballe. J'ai terminé Oz et je suis toujours aussi conquise. Cette histoire est juste complètement dingue.

De voir l'Alliance des Trois et des centaines de Pans partir à l'assaut de l'Europe, ça ne pouvait que me plaire. Un bateau géant, des enfants ingénieux qui s'entraident jusqu'à trouver un second Cœur de la Terre, cela ne pouvait que bien se terminer. Ou mal. Je ne divulgâcherai rien, vous n'avez qu'à lire le livre.

Après, je ne vais pas mentir, dès le début, je me suis dit que cette mission ne pourrait pas aboutir à la fin de ce livre. Il en reste deux derrière, soyons logiques ! Mais il y a une avancée, et surtout j'ai entrevu un peu d'espoir concernant les Ozdults d'Europe. Oui, bon, très mince, l'espoir, mais quand même. On est ici dans les extrêmes : tout est plus fou, plus terrible. Les Pans sont réduits à l'état de rien, les Ozdults sont des fous furieux. Laissez-moi rêver que ce petit monde puisse suivre l'exemple américain...

Dans ce livre, on a des péripéties, les cartes sont redistribuées, et surtout les Pans grandissent. Ils se rendent compte que les morts continuent de pleuvoir, mais qu'en plus tout ne peut pas se résoudre juste car on le veut vraiment. Certaines choses ont des conséquences, et il faut apprendre à vivre avec, simplement. Par contre, moi, je ne peux pas vivre avec cette fin. Elle est abominable, et j'espérais, en commençant le tome suivant, que l'auteur nous avait fait une farce et que tout s'arrangerait bien vite.

J'avais tort, la situation est grave. Vivement que ma journée de travail se termine, que je puisse enfin reprendre ma lecture !






samedi 30 octobre 2021

Entropia


La guerre est finie. Entre Pans et Cyniks, condamnés à s’entendre, l’équilibre reste fragile. Pendant ce temps, au nord d’Eden, surgi d’on ne sait où, un impénétrable et mystérieux brouillard stagne comme une muraille. Entropia et ses pièges attendent désormais l’Alliance des trois… Cette deuxième époque entraîne le lecteur à la découverte du véritable ennemi des Pans : Entropia, essence même de la Grande Tempête qui a ravagé la planète. Les véritables enjeux d’Autre-Monde se dessinent peu à peu pour nos trois héros en quête de qui s'est vraiment passé.
Entropia (Autre-Monde T4)
Maxime Chattam - 2011



Cette saga est juste démente. À peine ai-je fini Le Cœur de la Terre que j'ai enchaîné sur ce nouveau cycle d'Autre-Monde. Entropia, un nom bien mystérieux pour une menace encore plus grande. Alors, j'avoue, Maxime Chattam monte d'un cran dans ce tome : tout est plus effrayant, l'ennemi est bien plus impressionnant. Et pourtant, quand j'ai terminé Le cœur de la terre, je pensais que nos amis en auraient fini avec les tempêtes et les éclairs. Mais là !

Ce qui est bien, c'est qu'on est dans la continuité directe du tome précédent. Matt est toujours le même, il veut bouger et découvrir le monde ; Ambre est un peu plus distante, mais elle a ses raisons. Elle n'est plus la même et doit se contrôler. Toby est quant à lui toujours aussi attachant. Mais, même si la vie à Eden est sympa, je les voulais sur les routes, en danger. Car sinon il n'y a pas d'histoire.

Mais je ne m'étais pas attendue à ça. Pourtant, à un moment, j'ai eu peur qu'il y ait une sorte de répétition. Qu'Entropia en veuille aussi à Matt. Autant, maintenant, on comprend pourquoi le Raupéroden et Malronce en avaient après lui, mais là il n'y avait aucune raison... Et finalement, tout s'enchaîne de manière totalement logique.

Avec ce tome, je me suis enfermée dans mon cocon et j'ai apprécié chaque page... sauf celles où il y a des araignées géantes. C'est interdit d'avoir autant de pattes. Et d'être aussi hideuse. Et pourtant, je vais devoir en supporter encore... Car au moment où j'écris cette chronique, Oz est non seulement terminé, mais j'ai aussi commencé Neverland. Comment dire ? Je suis accro.



Oz »