jeudi 4 mars 2021

Et si c'était vrai...


Lauren est dans le coma, c'est indéniable. Mais elle est aussi dans le placard d'Arthur, un peu comme un fantôme, cela est tout aussi indéniable... Arthur, en tout cas, est bien obligé de l'admettre : il la voit, l'entend, la comprend et finit même par l'aimer. Mais que peut-on espérer d'un fantôme que l'on est le seul à distinguer ? On ne tombe pas amoureux d'un mirage, on ne force pas son meilleur ami à dérober une ambulance pour kidnapper un corps dans le coma, on ne ment pas à la police pour sauver une ombre, et pourtant...
1. Et si c'était vrai...
Marc Levy - 2000



Il y a longtemps, j’ai vu un film qui portait ce titre et qui m’avait assez plu. Une histoire rigolote à propos d’une fantôme qui hantait son propre appartement, alors que ce dernier était occupé par un jeune homme. Vous vous imaginez bien les situations amusantes que cela peut amener, oui. Un très bon souvenir, et un bon moment.
C'est plus tard que j’ai appris que nous devions cette histoire à Marc Lévy. Comme j’aime bien cet auteur, il me fallait découvrir ce roman, et c’est à l’occasion d’un passage dans ma médiathèque que j’ai pu me lancer dans cette lecture.
Très vite, j’ai retrouvé l’atmosphère légère et agréable du film que j’avais visionné. Mais très vite, je me aussi suis rendue que livre et film n’avaient pas grand-chose à voir l’un avec l’autre. En effet, le film ne reprend qu’une petite moitié du roman, la partie rigolote et amusante, pour évincer rapidement la partie plus sensible et à fleur de peau du roman.
Ainsi, j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir qu’Arthur n’était pas juste le locataire se retrouvant dans l’obligation d’aider un fantôme pour la sauver. Le jeune homme a une histoire, profonde, et un autre fantôme hante sa vie : la mémoire de sa mère, qu’il a beaucoup aimée et sur les traces de laquelle il se rend, pour enfin avancer.
Cette seconde partie du roman était plus triste et moins rythmée que le début, mais tout aussi appréciable et très intense. Il s’agit de l’histoire d’un homme qui se cherche et apprend à vivre, grâce à un fantôme. C’est très poétique et cela amène une jolie morale.
Comme toujours, le style de Levy est sympathique, et l’auteur nous entraîne où il le souhaite, avec une facilité impressionnante. Ce roman se dévore et s’apprécie, tout simplement.


mardi 2 mars 2021

À toi ma sœur


À Londres, une jeune femme enquête envers et contre tous pour découvrir la vérité sur la mort de sa sœur. Un suspense terrifiant et bouleversant sur la force indestructible des liens fraternels. Quand la police découvre le corps de Tess, vingt et un ans, et conclut au suicide, Béatrice se révolte : jamais sa petite sœur chérie, si débordante de vie, n'aurait mis fin à ses jours. Alors, qui l'a assassinée ? Contre l'avis de la police et de sa famille, Béatrice se lance seule dans une dangereuse enquête, où les suspects sont nombreux. Serait-ce son professeur d'université dont elle attendait un enfant ? Et surtout, qu'est arrivé à ce bébé qui s'apprêtait à naître ? Autant de mystères que Béatrice s'acharne à résoudre. Mais à trop vouloir se rapprocher de la vérité, elle risque de se brûler les ailes : au bout du chemin, l'assassin l'attend...
À toi ma sœur (Sister)
Rosamund Lupton - 2010



Voici un livre qu'il me tardait de découvrir ! Cela fait plusieurs années maintenant qu'une amie me l'avait conseillé, et entre-temps, j'ai même eu l'occasion de lire le second livre de cette autrice, Juste après, qui était juste phénoménal. Bref, je savais que, en parcourant cet ouvrage, je ne m'ennuierais pas.
Dès la première page, l'autrice nous embarque dans son histoire. Bea est interrogée sur l'affaire concernant sa sœur, Tess, et relate, un peu comme un témoignage pour les autorités et aussi comme une lettre adressée à sa sœur, les événements clefs qui lui ont permis de découvrir la vérité. Entre passé et présent, la frontière est mince, mais toujours plus ou moins bien tracée, sauf lorsque l'autrice voulait que ce soit volontairement flou. Cette technique est bien amenée, car le mystère reste entier jusqu'au bouleversement final. On le voit venir, mais on ne réalise pas tant qu'on n'y est pas. Du grand art.
Les personnages ne sont pas en reste non plus ! Bea ne lâchera jamais l'affaire et veut découvrir ce qui est arrivé à sa petite sœur. Bornée et têtue, elle ne laissera personne lui dire quoi penser ou quoi faire. Et c'est ça que j'ai aimé dans son personnage ! Elle reste campée sur ses positions et croit en sa sœur, même si c'est parfois de manière déraisonnée. Tous les personnages secondaires tiennent également leur place, bien que j'aie trouvé les policiers un peu trop gentil, et la mère un peu trop distante. Mais cela est une question d'affinité.
Cette histoire, c'est aussi celle d'une complicité entre deux sœurs, dont l'une part trop vite, et dont l'autre se demande comment elle peut-elle faire son deuil, si ce n'est en réhabilitant complètement sa mémoire. Les émotions que nous fait ressentir ce roman sont puissantes, et les frissons ne nous lâchent pas une seconde dans notre lecture.
Je le savais que ce roman serait un régal.


dimanche 28 février 2021

Tu es Pierre


Pierre, militaire à la retraite, fait la connaissance, sur un site libertin, de Nuitdesoie.
Séduit par l'écriture de cette femme dont la quête diffère de celles qui peuplent d'ordinaire cette sorte de site, Pierre se retrouve entraîné dans une spirale délicieuse faite d'échanges épistolaires et coquins via la toile. De la magie des mots qui opère entre ces deux êtres solitaires découle une évolution des sentiments pas si inattendue qu'il y paraît.
Entre amours anciennes et rêve virtuel, voici Pierre, militaire à la retraite et Nuitdesoie, mélange de songes.

Tu es Pierre
RoseLys DesDunes - 2013



Tout d'abord, je souhaite remercier les Éditions Hélène Jacob pour m'avoir permis de découvrir ce roman dans le cadre de notre partenariat.
J'ai décidé de me lancer dans la lecture de cet ouvrage à cause du résumé et du thème de la rencontre sur l'internet. J’étais assez curieuse de pouvoir observer l’épanouissement d’une relation au sein d’échanges épistolaires. Alors, si le premier chapitre m’a beaucoup intéressée, j’avoue que les quelques chapitres suivants m’ont un peu déçue, car ce n’était pas vraiment ce que j’en attendais.
Le premier chapitre correspond tout à fait à ce que présente le résumé, et j’ai beaucoup aimé les explications de Pierre concernant sa rencontre avec Nuitdesoie, ainsi que ses premiers échanges avec elle. Le petit jeu amoureux consistant à faire attendre l’autre en ne lui répondant pas tout de suite est aussi présent et m’a fait sourire. Mais à peine ce premier chapitre terminé, l’intrigue part dans le passé, pour nous mettre dans la confidence des relations passées de Pierre.
Je ne vais pas dire que cela n’était pas intéressant ou mal écrit, juste que ce n’était pas ce que j’attendais de ma lecture. Certes, découvrir le passé de militaire de Pierre, ainsi que les sentiments qu’il pouvait avoir en rentrant de mission, de retrouver sa femme changée, tous ces points étaient sympathiques, mais j’ai été très heureuse de retrouver le présent dans les derniers chapitres, et surtout cette envie qu’avait Nuitdesoie de rencontrer son amoureux potentiel dans la vraie vie.
Le final m’a bien plu et apporte une dose d’espoir et de bonheur quant à ces deux personnages. En bref, cette petite histoire nous présente la probabilité qu’un couple puisse se former sur la toile, se découvrir peu à peu, et le jeu qui peut apparaître autour de cette relation si particulière. L’attente, les non-dits, les possibles mensonges. Tout est évoqué pour notre plus grand plaisir.


mercredi 24 février 2021

Le sauveteur de touristes


Je suis le sauveteur de touristes. C'est mon métier, une sorte de détective privé ne travaillant que sur des affaires de touristes en perdition. Les cas les plus courants sont les emprisonnements pour trafic et consommation de drogues illégales, mais les plus intéressants sont les disparitions, volontaires ou non.
Cette histoire est celle de ma première enquête. Elle m'entraîne à New York, Bangkok, Goa, Tanger et Alice Springs, à la recherche d’Émilie.
Émilie, la fille qui peut détruire notre monde.
Si elle le veut.

Le sauveteur de touristes
Éric Lange - 2015



Avant de vous faire part de ma chronique, je souhaite remercier le forum Livraddict et les Éditions Taurnada pour m’avoir permis de découvrir cet ouvrage.
Il faut dire que le résumé est particulièrement tentant, car extrêmement mystérieux. La situation qui nous est décrite est suffisamment atypique pour avoir capté mon attention, et en plus de cela assez réelle et crédible pour me donner envie de me lancer. Pourtant, j’avais un peu peur de tomber dans une histoire de course contre la montre pour sauver un touriste qui aurait lieu dans le monde entier et avec des explications très « cliché ».
Eh bien, non, l’histoire qui nous est proposée n’a rien d’attendu. Au contraire ! Le personnage principal est un journaliste mis au rebut car il n’a pas su contenir ses ardeurs face à un de ses supérieurs qu’il a agressé physiquement. Un héros qui n’en est pas un et qui a ses humeurs. J’aime ça, ça commence bien. Il se fait ensuite recruter par une femme « de la haute », riche et dont la nièce a disparu en Thaïlande. Le décor est planté.
On peut s’y attendre, mais en même temps, ce n’est pas le banal ancien flic qui est embauché comme privé pour courir le monde. Ce journaliste a des contacts, et sait y faire pour avoir l’information qu’il souhaite, quitte à être parfois un peu limite avec la loi. Tom, c’est son nom, ne s’impose aucune limite et n’a aucun scrupule pour découvrir la vérité. Et c’est tant mieux, car sinon il ne pourrait pas aller au bout de cette affaire. Le courage est de mise, et il fallait un personnage qui ose, de sorte à aller au bout des choses.
Car l’intrigue, le pourquoi du comment, est particulièrement énorme. Je ne peux rien vous en dire car cela serait divulgâcher, et il faut découvrir l’histoire, mais d’un thriller, on passe dans une ambiance très légèrement SF, à la limite de l’imaginaire, mais expliquée de manière tellement précise qu’elle en devient crédible. En tout cas, j’avais envie d’y croire, car c’était une idée qui m’a beaucoup plu quand j’ai commencé à l’entrevoir. Quant à ce final... Une suite centrée là-dessus ne serait pas de refus !
Petit bémol du roman, car il y en a un : les chapitres sont très longs, et cela avait tendance à m’ennuyer un peu. Chacun d’eux commence en effet par une mise en place du contexte. Un nouveau chapitre commençait lorsque Tom se rendait dans un nouvel endroit, et donc avoir un résumé de toutes les coutumes ou habitudes locales avait fortement tendance à ralentir le récit alors qu’il aurait gagné à être plus percutant encore en apportant cette sorte d’urgence, qui fait qu’on ne peut pas se résoudre à poser le livre pour se faire une petite pause. En soi, les descriptions étaient intéressantes mais ont eu cet effet négatif de faire retomber la pression à chaque fois, et c’est dommageable. Peut-être qu’il aurait fallu les éparpiller plus dans le récit...
Mais cela n’ôte en rien le plaisir que j’ai eu à parcourir ce roman. Il était bien construit et présentait une intrigue solide qui m’a fortement intéressée. Je ne regrette pas d’avoir découvert cet auteur, et cette maison d’édition !


lundi 22 février 2021

L'envers du Paradis


Jusqu’ici, ma vie était normale, ou presque... J’étais une jeune fille insouciante faisant son entrée au lycée. Mon meilleur ami, Sébastian, était toujours à mes côtés, et ma mère me couvait encore à outrance. Le seul petit bémol à ce tableau parfait, si je puis dire, était sans doute le fait que mes nuits étaient de plus en plus cauchemardesques, éveillant une vive douleur à mon poignet droit, porteur d’une cicatrice énigmatique.
Mais ça, c’était avant que l’âme de Sébastian quitte son corps et soit dérobée.
Avant que j’offre la mienne pour sauver celle de mon ami.
Avant de croiser leurs yeux, où dansaient les flammes des enfers et la lumière du paradis.
Avant que l’on m’apprenne à voler de mes propres ailes...

1. Résurrection
Mélanie Wency - 2013



Merci aux Éditions Hélène Jacob.
Cela faisait un moment que cette saga me faisait de l’œil. Je suis une très grande fan des histoires un peu ésotériques et angéliques, alors, évidemment, elle ne pouvait qu’être faite pour moi. Surtout que la couverture est absolument magnifique et que le résumé est très accrocheur. Seulement, après avoir lu ce premier tome, j’en ressors un peu mitigée.
Non pas que l’intrigue ne soit pas intéressante ou originale. C’est clairement le cas. L’histoire de Kassia est prenante : elle est une élue, un ange qui s’ignore, et qui a un pouvoir absolument gigantesque. Mais, là, je réalise... Rien de vraiment transcendant, je l’admets... En fait, je voulais comprendre comment Kassia pouvait tout ignorer de sa nature jusqu’à cet âge-là ? Comment peut-on être aussi naïve, et ne pas voir tous les petits indices qui étaient pourtant à sa portée et qu’elle s’expliquait sous la forme d’une potentielle maladie ?
Hélas, c’est ce côté naïf qui transparaît dans ce roman du début à la fin, et Kassia n'arrive pas à le vaincre. Elle se laisse porter, et j’ai l’impression qu’elle ne réfléchit pas à ce qui l’entoure et tout ce qu’il se passe. C’est frustrant de lire un roman et de voir que l’héroïne attend que son ange et son démon fassent tout pour elle, de la voir accepter un pacte sans même se poser la question des conséquences, de faire confiance, de perdre confiance, de faire confiance, sans cesse, sans réfléchir. J’ai passé toute ma lecture à souffler : « Mais réfléchis un peu ! ».
Cette naïveté, autant chez l’héroïne que dans les dialogues, parfois un peu enfantins, est le gros point noir de cette histoire, et c’est vraiment très dommage. Car l’histoire tient la route, malgré tout, même si parfois on ne sait pas trop où nous portent les événements. C’est un peu comme pour Kassia, on attend de voir où cela nous mène. Cela fonctionne si on a des personnages forts. Or, hormis Kyrian pour qui je pense que l’on peut être optimiste pour l’avenir, les personnages sont un peu mous eux aussi...
Du coup, ma chronique est assez négative, car je pense que cette histoire avait du potentiel, mais que le travail n’a pas été mené à terme. Il manque de personnalité et d’assurance, car le lecteur a besoin de savoir où l’on va, plutôt que de s’interroger sur le bien-fondé de telle ou telle situation, ou de s’énerver sur la passivité de Kassia. Mais parce que j’ai aimé le personnage de Kyrian, et parce que je suis très curieuse, je lirai la suite !


samedi 20 février 2021

Le fils du diable est un ange


À une époque moyenâgeuse où se mêlent magie et sortilèges, Kaouk, enfant de la honte et du déshonneur, s’est juré de déjouer les plans machiavéliques de Mortador. Or, ce dernier est un redoutable sorcier, épaulé de surcroît par le sanguinaire Volcos et une armée de renégats.
Le chemin de Kaouk sera jalonné d’embûches, de batailles épiques et de rencontres inattendues...
C'est ainsi qu'il fera la connaissance d’une magicienne vivant au Royaume des Lépreux, dont les visions lui parleront de mystérieuses Entités susceptibles de l'aider à rendre aux villageois opprimés leur liberté perdue.
L’amitié de Nand, un farfadet malicieux, et la tendresse d’Opaline, son amie d’enfance, suffiront-elles à lui insuffler la force nécessaire pour mettre fin aux exactions du tyran ?
Entre Bien et Mal, pardon et vengeance, Kaouk devra faire des choix qui bouleverseront son destin à jamais...

1. Le fils du diable est un ange
Kate Oliver - 2014



Avant tout, je souhaite à nouveau remercier Harald et IS Édition pour ce partenariat. Deux titres, deux genres différents, et je suis conquise par mes lectures. Cela présage d’autres titres excellents !
Avec un titre pareil, je ne pouvais qu’être attirée. Avec ce résumé, je ne pouvais qu’être intéressée. La couverture, quant à elle, a ce qu’il faut de mystique pour finir de me tenter. Il était donc naturel que je sois intriguée par ce titre. La fantasy est sympa, surtout quand elle est belle, mystérieuse et entraînante.
Ce roman est une sorte de mixture de tout ce que j’aime : de la dark fantasy, avec un univers oppressant et des personnages nombreux, dont chacun est le héros à sa manière. Tous ont leur rôle à jouer et même si on ne sait pas forcément qui sera responsable de quoi, et comment, on découvre l’entrelacs d’événements qui les lie et qui donne tout son sens à l’histoire. C’est ce que j’aime dans ce type d’univers : ce côté « effet papillon » qui fait qu’une petite décision peut avoir des conséquences terribles, ou merveilleuses.
Le réalisme de cette histoire est parfaitement mené, et même si on comprend vite qui est le méchant et qui est le gentil, en somme qui est le diable et qui est l’ange, il est particulièrement intéressant de voir leur progression tout au long des intrigues jalonnant cet ouvrage. En plus, les personnages ont tous leur personnalité propre et un tempérament qui colle parfaitement à leurs actions : on sent que l’autrice a bien réfléchi à chacun d’entre eux et leur a créé leur vie entière. Elle ne s’est pas contentée d’intégrer des personnages en fonction des besoins. Ils sont là car il y a une raison à leur présence.
Le seul petit bémol dans ce roman consiste selon moi à cette manie qu’avait l’autrice de présenter le personnage et son enfance après l’action courante. Certes, il faut introduire chacun de ces éléments car ils sont déterminants pour expliquer les raisons du comportement et des choix de chacun, mais cela avait tendance à ralentir le récit, et c’était assez frustrant de devoir terminer « l’explication » pour revenir à « l’histoire ». Toutefois, à la décharge de l’autrice, ces précisions étaient suffisamment bien calibrées pour ne pas m’ennuyer outre mesure.
En somme, un excellent roman de fantasy. Ni trop court ni trop long, parfaitement calibré tant dans la taille que dans l’énoncé des faits et des événements, ou dans la profondeur des personnages. Pas de fausse note, même si j’aurais aimé être un peu plus surprise quant au final, mais c’est un détail. Un roman à lire !


jeudi 18 février 2021

Errances d'un esprit malfaisant


« Hugo. Trente ans. Célibataire. Professeur de mathématiques. » Voilà une présentation officielle de ma vie. Certes succincte, claire et honnête, mais... incomplète. Un résumé en une ligne de mon existence aurait mérité une petite description supplémentaire : « Hugo. Trente ans. Célibataire. Professeur de mathématiques. Tueur. » Comme vous pouvez le constater, je ne suis effectivement pas un homme comme les autres. Je me diffère par ma grande passion : le meurtre.
Pour moi, tuer n’est pas forcément un besoin ou une drogue dure, mais plutôt un plaisir passionnel que j'exécute froidement. À part moi-même, je n’apprécie personne, que ce soit au sein de ma famille, de mes élèves, de mes collègues de travail ou enfin de mes partenaires sexuels, hommes ou femmes, que je méprise et aime maltraiter. Un soir, j'ai décidé de m’installer devant mon ordinateur pour me raconter. Sous mes doigts d'assassin, je vais porter un regard cru, cynique et sans concession sur la société dans laquelle j'évolue, tout en complétant mon récit par les crimes abominables que j'ai commis et le plus appréciés. Que vous soyez choqués ou pas, une chose est sûre : vous allez adorer détester mes ignobles confessions...

Errances d'un esprit malfaisant
Frédéric Rochigneux - 2013



Avant toute chose, je souhaite remercier très chaleureusement Harald, de IS Édition, pour sa confiance quant à notre nouveau partenariat. J’espère que mes chroniques seront à la hauteur de la qualité des écrits que vous m’avez confiés.
Ce titre m’avait interpellée depuis que j’avais vu mon amie Cookies en faire la chronique sur son blog. Une histoire apparemment atypique d’un tueur en série, Hugo, partageant ses opinions sur la société. J’avoue que je m’attendais à un thriller, et j’ai finalement eu le droit à un roman qui oscille entre la fiction, légèrement thriller, et le document, qui donne un avis éclairé et somme toute assez objectif sur notre société actuelle.
J'ai beaucoup apprécié ma lecture, car l’auteur a su me secouer un peu, en me faisant adhérer à certaines de ses pensées, ce qui n’était pas vraiment pour me rassurer… Alors, non, je n’ai toujours pas des envies de meurtres (ouf !), mais je trouve que la démarche est bien menée, même si l’utilisation du tueur en série n’est finalement qu’un prétexte pour donner son opinion en attirant et secouant le lecteur par des opinions parfois un peu limites. Un quidam ne peut pas se permettre de juger de la beauté du meurtre gratuit, mais Hugo le peut.
Étant un assassin, il n’a pas d’interdits moraux et peut se permettre en toute impunité de raconter ses premiers pas dans le monde des meurtres, son adoration d’émissions de téléréalité ridicules, son opinion quant à la peine de mort – ce qui va même jusqu’à la forme de la sentence employée – ou même ses frasques et débauches. Il va même jusqu’à se considérer comme un être supérieur entouré de débiles profonds... Oui, c’est bien de nous dont il parle.
Le style est quant à lui très agréable et assez caustique. J’aime beaucoup le cynisme dont fait preuve le narrateur quant à tous les faits de société, allant de la politique aux simples jeux télévisés. Tout y passe, tout est critiqué, et que l’on soit d’accord ou non, ses pensées sont tellement bien expliquées et illustrées qu’on ne peut qu’apprécier notre lecture du début à la fin.
Alors, oui, j’ai passé un bon moment avec Hugo, même si je dois avouer que... j’ai parfois eu envie de l’étrangler !


mardi 16 février 2021

2097, mémoires de mon père


Le monde tel que nous le connaissons aujourd'hui n'existe plus : montée des eaux, épuisement des ressources, pollution généralisée, affaiblissement du Gulf Stream, surpopulation, effondrement des grandes Démocraties occidentales ont permis la toute puissance de groupes économiques internationaux.
Davos, 2097 – Dans une chambre d'hôtel visiblement luxueuse, un père écrit à son fils, ce seront ses dernières paroles : une confession intime, violente, dans un vieux cahier jauni. Il ne lui reste alors que douze heures à vivre ! Le puzzle prend forme sous nos yeux quand cet homme de quarante-sept ans se souvient... Chaque heure qui passe est un chapitre où les souvenirs s'emboîtent les uns aux autres pour former l'histoire d'une société devenue inhumaine, d'un héros tour à tour victime et bourreau, qui doit sa survie et sa perte... à un cœur hors du commun ! Ce même cœur réveillera en lui une véritable émotion intransigeante et une prise de conscience l'amenant inévitablement à une révolte qui changera le cours de l'histoire...

2097, mémoires de mon père
Jérôme Bezançon - 2014



Merci aux Éditions Atria et Livraddict.
Je vais être honnête, je ne peux pas dire avoir apprécié. Ce roman m’a mise mal à l’aise, car il présente tous les mauvais côtés et les travers de l’être humain, sans non-dit, sans exceptions. La violence y est omniprésente – j’ai versé des larmes face à cet enfant sacrifié –, le sexe y est brutal, la drogue y est nécessaire. Tout ce qui est décrit y est ignoble, horrible, inhumain.
Mais, bien sûr, il s’agit du but de l’auteur. Du moins, c’est ce que je pense et ce que j’interprète. Nous montrer ce que la folie humaine est capable de faire, ce à quoi l’on pourrait arriver si nos gouvernements ne se reprennent pas. Quoi de mieux que de mettre l’être humain devant son futur ? Pour cette partie, c’est réussi. Je suis écœurée, ça a donc bien fonctionné.
De même, pour le style et l’intrigue, bravo. J’ai vraiment eu l’impression d’avoir affaire à un témoignage d’une personne vivant dans ce monde de dépravation. J’ai détesté cet homme pour ce qu’il a fait, et j’ai eu pitié pour ce qu’il a dû endurer. Mais je ne l’ai pas admiré, bien que je conçoive qu’il n’ait pas eu le choix.
Mais j’avoue que, au milieu de tout ce « grand n’importe quoi » que sera notre potentiel futur, je me suis retrouvée perdue. Je n’ai pas tout compris à ce monde-là, car Pierre – le grand-père, celui dont on lit les mémoires – n’est pas très explicite. Bien sûr, c’est normal, il s’agit de mémoires, et son fils Gabriel vivant lui aussi dans ce monde doit déjà en connaître les tenants et aboutissants.
Mais pour s’y retrouver, ce n’était pas très facile. Heureusement, le monologue de fin nous aide un peu, mais c’était un peu tard pour nous éclairer. En effet, dans ce flou complet, certaines scènes me paraissent bizarres car elles n’ont pas d’explications : pourquoi la mer monte-t-elle au début du roman, par exemple... Une conséquence du réchauffement climatique, peut-être ? Pourquoi ne pas l'avoir étayé ?
Voilà, je ne vais pas mentir, je déteste être mal à l’aise lors de mes lectures. Quand je lis un roman, j’aime rêver, et sortir de mon quotidien, et là, ce monde était plutôt un cauchemar ! Mais j’en comprends tout à fait le message et j’adhère complètement à la pensée de l’auteur, même si cela m’a un peu perturbée.


vendredi 12 février 2021

Enigma


Contrairement aux apparences, Théo, le surdoué, et Véra, la sportive, sont jumeaux. Depuis la mort de leur mère, ils vivent avec leur père, auteur de science-fiction. Lors d’une randonnée dans le Dakota, ils découvrent les cadavres de deux hommes. Les suivaient-ils ? Pourquoi ? Est-ce une bonne idée de subtiliser l’étrange appareil électronique de l’un d’eux ? Quand leur maison au Texas est incendiée, leur père agressé et qu’ils sont pourchassés, ils comprennent qu’ils sont pris dans un terrible engrenage…
1. Prédictions
Johan Heliot - 2014



Encore un livre que j'ai emprunté à la bibliothèque ! Sauf que je n'ai pas pu partir qu'avec lui : ma bibliothécaire m'a forcée, sous la menace, à prendre la trilogie ! Bon, OK, en fait il n'y avait pas de menace... mais bon, j'ai été contrainte et forcée quand même ! Il m'a fallu énormément de temps pour peser le pour et le contre de prendre la trilogie ou rien. Genre, une seconde. Tout ça.
Je n'ai pas encore lu les tomes 2 et 3 (normal), mais en tout cas ce premier tome était génial. Super palpitant et très prenant. Tout allait à cent à l'heure, on passait d'une péripétie à un rebondissement, j'avais l'impression que rien ne s'arrêtait. Au niveau de l'action, j'ai eu ce que j'attendais : il n'y avait pas de temps mort.
Et l'histoire ! Il y a du suspense, et pas qu'un peu ! Je me suis demandé tout de suite qui était cet Enigma et comment ces deux enfants pouvaient avoir un lien avec toute cette affaire. Évidemment, une révélation nous est faite... mais... je sens qu'il y a beaucoup plus ! Je sens qu'il y a un grand mystère derrière tout ça et qu'il va falloir attendre jusqu'au tome 3 pour découvrir le fin mot de l'histoire.
Bon, ben... c'est pas tout ça, mais je retourne à mes livres, si je veux savoir vite ce qu'il va se passer !






Jumeaux américains, Véra et Théo débarquent à Paris sur les traces de leur mère Enigma, hackeuse et lanceuse d’alerte poursuivie par les services secrets de plusieurs pays.
Mais dès leur arrivée, ils sont séparés et leur père enlevé. Enigma persuade Véra de la suivre dans les Landes chez sa grand-mère, où elle découvre que sa mère a été responsable du projet Twin-Spirit, un programme qui la concerne directement ainsi que son frère...

2. Connexions
Johan Heliot - 2015



Cela fait un moment que j'ai lu ce tome 2. J'ai totalement oublié de le chroniquer, et ce n'est pas malin. Car je ne me souviens plus trop de ce qui s'est passé, juste que j'avais bien aimé ! Ce livre est dans la continuité du premier : c'est une bonne suite, mais c'est aussi... une suite. Je m'explique.
Avec les suites, ce n'est jamais facile : on retrouve toujours le même schéma, à moins qu'il ne s'agisse d'une histoire coupée en parties dont on a fait des tomes. Ici, c'est la continuité de l'histoire, mais on retrouve tout de même le même schéma : les enfants et le père sont ensemble au début, puis il arrive un événement qui déclenche l'action. Ensuite, Véra et Théo sont eux aussi séparés pour vivre l'aventure chacun de leur côté. Il fallait s'en douter... mais heureusement, ça ne retire rien au plaisir que j'ai eu à découvrir cette histoire.
Car l'auteur va plus loin dans son univers, et intègre tous ces éléments de connexion bien sympathiques, ce qui donne une autre dimension au texte. Cette fois, les jumeaux sont séparés, mais ils apprennent à utiliser cette capacité pour s'entraider et survivre à ces nouvelles épreuves. Bien entendu, avec tout ça, on a le droit à de nouveaux mystères et une fin en apothéose, qui cette fois donne l'impression que les tomes 2 et 3 n'en étaient qu'un coupé en deux. Du coup, j'ai vraiment hâte de découvrir la suite !
Et en plus de tout ça, il faut savoir que l'intrigue est très prenante et que le rythme est toujours plus soutenu. J'ai eu l'impression que je vivais une course folle... avec les jumeaux. Je ne savais pas qu'on pouvait faire autant de sport en lisant un livre. Parfait pour perdre des kilos après les fêtes. Tentez le coup !






Jumeaux américains télépathes, Véra et Théo ont été séparés. La jeune fille et sa mère, une hacker redoutée, sont prisonnières du Conseiller qui supervise les activités illégales du groupe BEST. Il les transfère par jet privé à Baïkonour au Kazakhstan, direction l’espace, afin de connecter le super ordinateur à un satellite.
Théo, lui, tente de regagner Paris pour reprendre contact avec les services secrets américains et retrouver son père…

3. Machinations
Johan Heliot - 2015



Je le disais dans le tome 2, j'avais l'impression que ce tome 3 serait plus une suite que le tome 2 ne l'a été pour le premier. J'ai eu raison. En même temps, c'était facile pour moi de le deviner, car la fin du tome 2 était juste insoutenable. Une énorme révélation et Véra qui se retrouvait dans une situation juste horrible. Et puis, cette rupture de connexion...
En lisant cette suite et fin, j'ai eu l'impression que l'auteur redistribuait les cartes. Les mystères sont révélés et sont plus effrayants encore que ce que l'on pensait, et on se demande pendant tout le livre si Théo arrivera à retrouver Véra. Je vous jure, jusqu'à la dernière page j'ai douté. Pourtant, c'est un roman jeunesse, ça ne peut normalement que se finir bien, mais j'ai douté... peut-être car l'auteur m'a prouvé qu'il pouvait vraiment partir où il le voulait sans se soucier des codes.
Dans ce titre, je retiens cette tension permanente vis-à-vis de Véra. Je ne savais pas ce qui allait vraiment lui arriver, et je l'admirais de la voir se dépatouiller de tous ses problèmes. Et il y a autre chose que je retiens : leur père. Découvrir (attention, divulgâchage) sa nouvelle personnalité, les secrets qu'il y a autour de son personnage... c'était juste tellement bon ! J'avais l'impression de me retrouver dans un roman d'espionnage !
Tout ça pour dire que cette trilogie a vraiment un petit quelque chose de sympa pour passer un bon moment. Certes, l'éditeur aurait pu regrouper les trois tomes en un seul, car ça n'aurait finalement pas fait un si gros pavé, mais cela se lit plutôt bien ainsi également. Cela permet de faire une pause si l'on a envie d'une lecture un peu différente entre les deux... ou pas... car comment résister à la découverte de la fin !


mercredi 10 février 2021

Un service explosif


Comme tous les mardis, Harold passe la soirée avec Léa, dans leur restaurant favori. Pourtant, cette fois, ce moment d’ordinaire agréable sera gâché par une nouvelle serveuse – portant de détestables baskets bleues –, qui, en plus de fournir un mauvais service, renversera le contenu d’une assiette chaude sur Léa. Certain qu’elle l’a fait exprès, Harold s’énerve, exige qu’on licencie la malheureuse – mais mignonne – Elsa.
Dès lors, un affrontement s’engage entre nos deux protagonistes, source d’une cascade de malentendus et de situations rocambolesques impliquant des trahisons, un passage aux urgences, des tongs par moins cinq degrés et même un entretien d’embauche le jour de la Saint Valentin...
Y a-t-il de la place pour l’amour, dans tout ça ?

1. Un service explosif
Iman Eyitayo - 2019



Merci aux Éditions Plumes Solidaires.
Merci un titre d'Iman Eyitayo que j'ai adoré. Un service explosif est, comme son titre l'indique, vraiment explosif. Au début, je me demandais un peu qui était le personnage principal, vers où allait l'autrice. Mais, au final, il est vite apparu que la nouvelle joue sur ça : tout est dans les apparences, on ne sait pas ce qui est avéré, ce qui est inventé ou supposé. Du coup, même le lecteur est laissé dans le flou.
L'autrice maîtrise très bien son texte et nous emmène où elle le veut, quand elle le veut. On ne découvre le pot-aux-roses que lorsqu'elle veut bien qu'on comprenne, appuyant sur les révélations grâce au rythme utilisé. En plus de tout ça, on peut ajouter une plume toujours aussi agréable, et on ne peut passer qu'un bon moment. Mais un peu trop court, le moment ! Car j'aurais vraiment voulu en avoir plus !






Harold et Elsa ont survécu à leurs diverses rencontres explosives, jusqu’à un fameux 14 février qui a tout changé... et les a poussés dans les bras l’un de l’autre. Ils entreprennent alors de se découvrir, de partager leur quotidien, de se donner une chance.
C’est sans compter sur quelques difficultés notables, sources de tensions, de situations rocambolesques et d’incompréhensions : entre leurs personnalités différentes, leurs familles pour le moins envahissantes, et leurs activités professionnelles, arriveront-ils à trouver de la place pour l’amour ?
Survivront-ils à ce démarrage explosif ?

2. Un démarrage explosif
Iman Eyitayo - 2020



Merci aux Éditions Plumes Solidaires.
J'avais adoré le premier tome de cette saga de nouvelles, et j'attendais donc avec impatience cette suite. Mais maintenant, je vais avoir quelques soucis, car je me sens obligée de tuer l'autrice. On ne fait pas un tel cliffhanger, non ! C'est interdit par le monde mondial de la Terre ! Je ne suis pas d'accord, je ne valide pas. Je refuse, et je considère donc que ce livre n'existe pas. Jusqu'à la sortie du tome 3.
L'histoire est dans la continuité de la précédente. On retrouve Elsa et Harold dans les débuts de leur relation, et l'on est surpris par la perspicacité du jeune homme et par la tournure que prennent les événements. On a l'impression que cette histoire d'amour ne peut que durer et est en train de se construire des bases très solides. Alors, forcément, quand les premiers soucis arrivent, on ne comprend pas tout et on est frustré de notre lecture. Car tout commençait si bien, et tout finit encore une fois par exploser...
Même si je râlais en début de chronique au sujet de cette fin, je dois avouer qu'elle est parfaitement bien trouvée. Elle nous permet de continuer à en vouloir encore plus. Autrement dit, à rester des addicts en manque. Bravo, Iman, de faire de nous de tels êtres dépendants ! Je ne te félicite pas !






Après un démarrage plus qu’explosif, un nouvel imprévu vient chambouler la dynamique déjà fragile du couple : Elsa se voit obligée de quitter Paris en urgence, laissant un Harold dévasté derrière elle.
Avec la distance, leurs émotions à vif et leurs familles toujours aussi envahissantes, réussiront-ils à trouver un équilibre ? Leur relation survivra-t-elle à ce nouveau défi ?

3. Un séjour explosif
Iman Eyitayo - 2021



Merci aux Éditions Plumes Solidaires.
Troisième opus de cette saga de nouvelles que j'aime tant ! Après un démarrage très explosif du couple Elsa et Harold, il fallait que la suite soit tout aussi explosive et stressante. Ce fut le cas encore une fois. J'ai cru que j'allais moi-même faire exploser leur vie en allant les voir et les taper pour qu'ils arrêtent un peu leur cinéma. Enfin, surtout Harold. Mais qu'il est bête !
Bon, j'arrête de divulgâcher. De toute façon, sans lire, vous ne pouvez rien comprendre. Cette suite est à la hauteur des deux tomes précédents et permet même d'élever à un niveau supérieur la relation d'Elsa et Harold. On se doute que rien ne se passera comme prévu, vu que la famille s'en mêle (plus ou moins volontairement), d'un côté comme de l'autre, ce qui risque de les éloigner.
J'ai trouvé très ingénieuse la façon qu'avait l'autrice de mettre en avant la relation à la famille des deux protagonistes. Cela permet de voir ce qui peut fonctionner pour notre petit couple, et ce qui est voué à l'échec dès le début. En tant que lecteur, on comprend tout de suite où ça va aller, mais on espère, jusqu'à la dernière page, que cela n'arrivera pas, qu'il y a une solution.
Et finalement, on ne peut qu'être d'accord avec cette dernière scène, cette décision difficile à prendre mais qui est logique, au vu de tout ce qu'on nous a raconté avant. L'autrice est très habile et a su m'embarquer dans son histoire au point de me faire compatir. Mais je ne vous dirai pas pour qui je compatis. Ça, c'est à vous de le découvrir en lisant la saga !


Articles tendances