mardi 22 juin 2021

L'île


Sur son île, Andrew, qui a fui la pression de son ancienne vie, coule des jours tranquilles. Jusqu'au moment où un ancien collègue et ami vient lui rendre visite avec la ferme intention de le ramener avec lui.
Andrew ignore alors que son existence va être bouleversée et que lui, qui n'aspire qu'au calme, va être entraîné dans une folle aventure.

L'île
Sonia Bessone - 2021



Merci à Nats Éditions.
Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un livre de Sonia Bessone. J'aime en général beaucoup tous ses textes, et je pense que je les ai absolument tous lus. Du coup, ça montre que j'aime, mais ça me permet aussi de voir quelques petites liens amusants entre les différents romans.
En effet, d'un roman à l'autre, j'ai repéré des petites similitudes entre les personnages : des tics de langage, des humeurs ou des comportements. Loin de m'énerver, je trouve ça amusant de retrouver dans plusieurs des livres de Sonia des éléments similaires. Il faut juste que ce ne soit pas systématique, mais là j'ai retrouvé Nayati, par exemple.
Dans le fond, cette histoire présente des thèmes vraiment difficiles et plutôt durs. Pourtant, l'autrice a choisi de les traiter avec légèreté et simplicité. Ainsi, des larmes on passe au rire, les pensées noires ne durent jamais longtemps, et les sourires sont toujours gagnants. C'est une façon de voir les choses un peu différentes de ce que j'ai l'habitude de lire dans ces thématiques, mais pourquoi pas ! Après tout, un livre doit nous permettre de nous évader et de passer un bon moment, pas de pleurer !
C'est ce que j'ai eu avec ce texte. Un moment simple, agréable. Une écriture fluide qui nous porte le temps de quelques pages et nous permet d'oublier notre quotidien. J'ai envie d'aller sur cette île, moi. Car visiblement, la vie y est plus simple et plus belle...


dimanche 20 juin 2021

Le jour où j'ai appris à vivre


Et si tout commençait aujourd'hui ?
Imaginez : vous vous baladez sur les quais de San Francisco un dimanche, quand soudain une bohémienne vous saisit la main pour y lire votre avenir. Amusé, vous vous laissez faire, mais dans l’instant son regard se fige, elle devient livide. Ce qu’elle va finalement vous dire… vous auriez préféré ne pas l’entendre. À partir de là, rien ne sera plus comme avant, et il vous sera impossible de rester sur les rails de la routine habituelle.

Le jour où j'ai appris à vivre
Laurent Gounelle - 2014



Cela faisait un moment que je souhaitais lire ce roman. Le résumé est alléchant et mystérieux ; la couverture est superbe et donne l'impression que la lecture du roman va nous permettre de nous élever vers les cieux, en quelque sorte de nous apprendre à vivre.
Et effectivement, tout dans ce roman nous conduit vers ce but. Nous suivons ici Jonathan, qui a appris par une bohémienne qu'il allait mourir. De cette rencontre, le personnage se lance dans des réflexions sur le sens de la vie, et sur ce qu'il souhaite réellement faire du reste de sa vie. Profiter des autres, ou bien être altruiste, et donner autant qu'il le peut dans le temps qui lui est imparti ?
Le message de ce livre se ressent à chaque page, et nous fait nous sentir bien lors la lecture. Observer Jonathan œuvrer pour donner à des inconnus des miettes de plaisir ou de bonheur éphémère est une bouffée d'air pur ! Peu importent les défauts de la personne, ses actions rachètent absolument tout le reste.
Pendant ma lecture, un sentiment de sérénité ne m'a pas lâchée. Et le style de l'auteur y est clairement pour quelque chose. Fluide, efficace, il ne tourne pas autour du pot, et arrive à nous faire prendre conscience que l'homme peut se surpasser pour les autres, quand il sait qu'il est perdu.
En bref, un roman qui nous fait nous poser les bonnes questions et qui reste positif de la première à la dernière page. Un peu de philosophie par-ci, quelques conseils cachés par-là, une petite revanche contre ceux qui tentent de profiter des altruistes. Tout est savamment dosé. Un roman à lire !


vendredi 18 juin 2021

Fais-le pour maman


Au début des années 70, Sébastien, sept ans, vit seul avec sa mère et sa sœur adolescente, Valérie. Leur mère arrive tant bien que mal à joindre les deux bouts, malgré ses deux emplois qui lui prennent tout son temps et toute son énergie. Une dispute de trop avec sa fille qui dégénère, et c’est le drame familial. Valérie survivra à ses blessures mais la police ne croit pas à la version de la mère accusant son petit garçon d'avoir blessé sa sœur. La mère prendra cinq ans de prison. Des années plus tard, et grâce à ses parents adoptifs, Sébastien mène une vie « normale », alors que sa sœur vit dans un institut spécialisé et que sa mère n’est jamais reparue après sa sortie de prison. Sébastien est devenu un père et un médecin exemplaires. Jusqu'à de mystérieux décès d’enfants parmi ses patients et avec eux, le retour funeste des voix du passé...
Fais-le pour maman
François-Xavier Dillard - 2014



Sitôt commencé, sitôt achevé. Ce livre fait partie de ces livres très particuliers qui vous envoûtent dès les premières lignes. Vous commencez à le lire, et d’un seul coup le monde qui vous entoure n’existe plus. Vous perdez toute notion de la Terre qui tourne, des drames ou des joies que le monde peut apporter. La seule chose qui compte, c’est votre livre, et ce qu’il s’y joue.
Non pas que vous aurez de grandes surprises (encore que !), car on nous présente le pourquoi du comment dès le départ. On nous présente ce petit garçon auquel la mère demande d’avouer que c’est lui qui a poignardé sa sœur, qui se révèle ensuite particulièrement cruelle avec son petit frère. Ces faits très poignants nous hantent et nous suivent lors de toute notre lecture. Et l’on retrouve Sébastien adulte, qui tente de se refaire une vie amoureuse, qui commence à comprendre que rien n’est terminé.
Comment vous en parler sans trop en dire, pour ne rien dévoiler de cette intrigue si finement menée ? Comment, sans rien vous en dire, puis-je vous convaincre que ce livre est hallucinant, m’a fait frissonner, m’a fait attraper une couverture et la serrer si fort que j’en avais les jointures blanches tellement j’étais captivée et horrifiée par ma lecture ? Comment vous expliquer qu’après avoir terminé ma lecture, je me suis retrouvée à faire une nuit blanche, tellement les images que provoquait ce livre me poursuivaient, tellement mon cerveau avait besoin de se rejouer chaque scène pour réaliser l’impensable.
Oui, ce livre m’a perturbée à ce point. Cela faisait très longtemps que je n’avais pas eu peur de cette manière. Tout se joue ici dans la psychologie des personnages, dans les relations qu’ils entretiennent, dans les drames concernant chacun d’entre eux. Seul, personne ne peut comprendre, car chacun a sa vision des choses. Mais ensemble, la lumière se fait, car il nous suffit de recouper les impressions.
C'est un livre qu’il vous faut absolument lire, et que je dois moi aussi relire, car j’ai besoin de vérifier que j’avais pourtant repéré chacun des détails composant cette histoire hallucinante et qui auraient dû me guider vers la solution. D’ailleurs, pour être honnête, cette solution m’avait effleurée. Plusieurs fois. Mais à chaque fois je l’ai balayée, en me disant : « non, pas possible. » Mais dans cette histoire, tout est possible…


mercredi 16 juin 2021

Mélodie de l'eau


Superbes, intrépides, dangereuses... c'est le genre de filles que l'on envie, le genre de filles que l'on veut détester. Étrangères dans une ville pour l'été, Penn, Lexi et Thea ont capté l'attention de tout le monde, mais c'est Gemma qui capte la leur. Elle est celle qu'elles ont choisie pour faire partie de leur groupe.
Gemma Fisher semble tout avoir : elle est insouciante, jolie et en train de tomber amoureuse de son voisin. Il n'a toujours été qu'un ami, mais, cet été, ils ont décidé d'amener leur relation à l'étape suivante. Puis, une nuit, la vie ordinaire de Gemma change pour toujours. Penn, Lexi et Thea l'invitent à faire la fête avec elles à la crique et, le lendemain matin, elle s'éveille sur la plage, se sentant assommée et nauséeuse, et sachant que quelque chose est différent.
Soudainement, Gemma est plus forte, plus rapide et plus belle que jamais. Mais ses nouveaux pouvoirs viennent avec un prix terrifiant. Lorsqu'elle découvre la vérité, elle est forcé de choisir entre demeurer avec ceux qu'elle aime ou entrer dans un nouveau monde débordant d'appétits sombres et de secrets inimaginables.

1. Éveil (Wake)
Amanda Hocking - 2012



Un roman d’Amanda Hocking ne peut jamais rester très longtemps dans ma PÀL tant je suis fan de cette autrice. Elle a toujours les idées qu’il faut, celles que l’on n’imagine pas, et a une imagination plus que débordante. C’est donc avec un énorme plaisir que j’ai à nouveau fait une folie en me procurant son dernier né.
Cette histoire est exactement celle qu’il me fallait en ce moment. Elle met en scène des créatures dont je veux lire des histoires actuellement. On est ici loin des vampires, des loups-garous ou autres bestioles de ce type. Mais je craignais la façon dont ces créatures allaient être traitées par cette autrice.
Finalement, je n’ai pas été déçue ! La malédiction est inédite et, lors de ma lecture, je ne m’attendais pas à un tel enchaînement d’actions. Le déroulement m’a laissée pantoise, car je ne savais jamais prévoir où allait m’emmener l’autrice. C’est ce que j’aime, avec elle. Elle trouve toujours le moyen de me surprendre, et ce même à la troisième saga.
Ce livre est un très bon premier tome. Il pose les bases solides d’une histoire qui promet énormément de rebondissements et de suspense. Les personnages principaux sont intéressants et creusés, et Gemma, l’héroïne, est particulièrement courageuse, et un peu trop fille sage. Ces aventures vont la changer ! J’ai eu également un petit coup de cœur pour sa sœur protectrice, que j’ai trouvée très attachante, et qui, mine de rien, promet d’être particulièrement importante dans la suite.
Par contre, au niveau des autres personnages, je n’ai pas eu vraiment de coups de cœur. Je les ai trouvés... sans surprise. Les garçons sont séducteurs, gentils et attentionnés. Les méchantes sont cruelles et sans pitié. Bref, je n’ai pas été vraiment convaincue par leur lumière et leur profondeur. Et les dialogues peu recherchés ne m’y ont pas réellement aidée.
En bref, un très bon premier tome pour une série qui va encore me donner des palpitations. J’ai très envie de connaître la suite, et je pense ne pas résister longtemps à la lecture du prochain tome !


lundi 14 juin 2021

Ensemble


Jade accumule deux emplois, elle travaille en librairie la journée et serveuse le soir, dans un restaurant où Jackson, récemment libéré de prison, vient d’être engagé comme plongeur. Deux personnages que tout oppose, deux personnalités différentes, mais une attirance réciproque.
Quand un lourd secret détruit votre vie à petit feu et que vous ne pouvez en parler à personne. Quand une erreur antérieure resurgit d’un coup dans votre vie et que vous devez y faire face. La culpabilité, la trahison, les remords et la solitude dans laquelle vous vous enfermez deviennent très durs à vivre.
Le passé va-t-il avoir une incidence sur leur avenir ?

Ensemble
Marine Sheridan - 2014



Merci à Marine Sheridan.
Je vais être franche, ce n'est absolument pas mon style de lecture habituelle. C'est donc avec un peu d'appréhension et beaucoup de curiosité que j'ai commencé ma lecture. Et dès les premières pages, je me suis rendue compte que j'aimais énormément le style fluide de l'autrice. Elle est très directe dans ses propos – parfois trop, pauvre de moi ! – et ne passe pas par quatre chemins pour nous raconter son histoire. De ce fait, il n'y a pas de longueurs dans ce texte, et on le lit vraiment très rapidement.
L'histoire est intéressante. Le début, la rencontre et le petit jeu entre les personnages, m'a énormément plue. En plus, je dois avouer que j'étais très intriguée par le « secret » de chacun des personnages. Toute cette partie, jusqu'à ce qu'ils se déclarent leur amour, m'a bien intéressée. Ensuite, j'ai eu un petit moment de flottement, car la romance n'est pas vraiment mon truc. Il y avait du bonheur, beaucoup de bonheur, et des scènes plutôt explicites, qui même si elles sont bien écrites, m'ont un peu moins percutée. C'est une question de sensibilité, évidemment, et je ne critique pas du tout ces passages.
Par contre, ce que j'ai adoré, c'est lorsque les problèmes ont commencé à débarquer. Je ne suis pas sadique, mais j'aime quand un petit drame se joue par derrière, et l'arrivée de l'élément perturbateur – que j'avais très envie de baffer au passage, et de lui faire avaler ses « j'ai besoin que tu m'aides » – m'a permis de me replonger dans un type de lecture qui me parle bien : du suspense, de l'action, des frissons. J'ai eu peur pour Jade et j'ai même été étonnée que l'autrice aille si loin dans les faits ! J'ai adoré, littéralement, de voir ce qu'elle pouvait imaginer pour ses pauvres personnages.
Alors, bien sûr, par rapport à ce que j'aime, j'aurais aimé que ce dernier tiers soit un peu plus long, car c'est ce que je préfère, mais je vais être claire concernant ce roman : il est vraiment excellent. Très bien construit et réellement intriguant, surtout sur la dernière partie ! En bref, une réussite !


samedi 12 juin 2021

La trilogie de braises et de ronces


Avant de rencontrer Élisa, Hector de Ventierra était un Garde Royal... À quinze ans, Hector est la plus jeune recrue de la Garde, le corps d'élite du royaume. Et son premier jour est un désastre. Tout le monde pense que l'unique raison de sa présence est qu'il est proche du roi Alejandro, et non parce qu'il le mérite. Mais Alejandro confie à Hector une mission secrète, une mission qui lui donne l'occasion de prouver à tout le monde – y compris à lui-même – qu'il est digne d'être un Garde Royal. Hector doit s'introduire dans l'ancienne Forteresse du Vent pour rapporter quelque chose de si important que le sort du royaume en dépend. Ce qu'Hector découvrira dans la Forteresse mettra à l'épreuve son amitié avec le roi. Et le préparera à devenir le guerrier sans peur et le fidèle commandant sur lequel Élisa pourra s'appuyer.
0.5. Le garde royal (The king's guard)
Rae Carson - 2013



Je ne pense pas que j'aurais pu résister plus longtemps à l'appel de cette saga. On la voit partout, tout le monde en parle, et en plus on me la recommande personnellement ! Alors, je me suis lancée, en commençant par le tome 0.5, petite nouvelle introductive. Enfin, pas tant que ça.
Car, après avoir lu cette nouvelle, j'ai lu le résumé du tome 1 – oui, on me recommande une saga, et je ne lis même pas le résumé pour me décider, je me lance directement – et je me rends compte que cela n'a rien à voir. À commencer par le genre. Il semblerait que la saga soit de la fantasy. Cette nouvelle est plutôt d'un genre épique et ne présente rien de surnaturel. Non pas que cela me gêne, j'ai juste été surprise, car je ne m'y attendais pas. J'aime les deux genres, donc cela ne me gêne pas !
Concernant l'univers en lui-même, je dirais une chose : ouah ! Alors, oui, ça n'a très certainement rien à voir avec la saga, vu que cela se passe, si j'ai bien compris, seize ans auparavant, mais j'ai trouvé que l'autrice créait une ambiance assez incroyable, avec des personnages étoffés, ayant une réelle personnalité, et cela en une centaines de pages seulement. L'histoire quant à elle est remarquablement complète et détaillée, malgré le format court, et l'on ne s'ennuie pas une seconde en suivant Héctor dans sa quête.
Cette nouvelle m'a réellement mis l'eau à la bouche. J'ai bien envie d'en savoir plus en ce qui concerne les personnages (s'ils apparaissent dans la suite), et sur ce qu'il adviendra de la famille royale... Et là, je brûle de dire à qui je pense, mais ce serait divulgâcher... Alors, vous ne saurez rien !






À seize ans, Élisa est devenue malgré elle l'Élue et l'unique porteuse de la Pierre Sacrée. Bien qu'elle porte le joyau à son nombril, signe qu'elle a été choisie pour une destinée hors normes, la princesse Élisa a déçu les attentes de son peuple : la population de son royaume ne voit en elle qu'une jeune fille paresseuse, inutile et enveloppée... Le jour de ses seize ans, son père l'envoie dans un lointain royaume afin de retrouver son futur mari, un bel homme de vingt ans son aîné. Mais ce dernier refuse finalement de la reconnaître comme sa femme. Dévastée par la tristesse, Élisa décide alors de prendre son destin en main et de découvrir quelle est sa mission. Alors qu'une armée menée par des êtres aux pouvoirs effrayants s'apprête à envahir et détruire son nouveau royaume, et que chacun à la cour tente de la manipuler, Élisa prend conscience que, non seulement sa vie, mais aussi le monde entier sont en danger. Comment une jeune fille qui ne connaît rien aux arcanes politiques, et tout aussi ignorante des choses de l'amour, pourrait être l'Élue qui sauvera l'humanité ? Élisa doit découvrir au plus vite l'histoire mystérieuse et les pouvoirs de la Pierre Sacrée, avant que l'ennemi ne vienne lui dérober le joyau qui orne son ventre et la prive de son héroïque et tragique destinée...
1. La fille de braises et de ronces (The girl of fire and thorns)
Rae Carson - 2011



Encore un titre que je devais lire depuis un moment. Il est dans ma PAL depuis des siècles, au moins, et c’est pour me motiver que ma partenaire blogueuse, Johanne, me l’a fait sortir de ses étagères. Elle ne voulait pas qu’il prenne trop la poussière, et je ne la comprends que trop bien.
Je ne m’attendais pas à une telle histoire. J’ai été tout de suite emballée par l’intrigue mise en place même si je ne comprenais pas vraiment l’intérêt du joyau exactement. Était-ce parce qu’Élisa allait accomplir de grandes choses qu’elle l’avait, ou bien était-ce parce qu’elle l’avait qu’elle allait se sentir obligée d’accomplir de grandes choses ou que son entourage allait l’encourager dans ce sens ? Il s’agit de la grande question que je me suis posée, mais je n’étais pas seule : c’était aussi le cas d’Élisa elle-même.
Outre cette réflexion purement philosophique, c’est un monde typique de fantasy qui nous est présenté. Des royaumes, des guerres entre différents partis, des complots, et des rebelles. Rien de vraiment original, et rien de vraiment magique dans tout ça, mais la présentation qui en est faite est agréable, et on a le temps de comprendre les positions de chacun, de découvrir les intérêts des uns et des autres, et surtout de s’attacher aux personnages.
D'ailleurs, ce n’est pas forcément aux personnages principaux que l’on s’attache, tant les personnages secondaires ont de l’importance. Cosmé, Humberto, ou encore Hector, ont une telle personnalité, que je me suis sentie plus proche d’eux que d’Élisa, qui se pose un peu trop de questions à mon goût. Il lui a fallu du temps pour accepter de se bouger un peu pour aider les autres, plutôt que de se morfondre sur sa petite personne. Heureusement, elle est bien entourée et ouvre les yeux à temps pour enfin réagir. Et quand elle réagit, on comprend pourquoi le Destin l’a choisie.
Ce que j’ai déploré, toutefois, c’est un peu cette importance qu’a le Destin. On pourrait presque croire que rien n’est dans les mains des gens, dans cette histoire, mais que tout est décidé d’avance, et c’est bien triste car cela a tendance à nous donner une opinion un peu plus négative concernant les choix des uns et des autres.
Ensuite, peut-être que certains vont me prendre pour une idiote, mais... c’est le titre du roman que je n’ai pas compris... Les braises, oui pourquoi pas, quand la Pierre Sacrée se réveille et la réchauffe, ou lors du final... Mais les ronces ? Je cherche toujours... Est-ce pour la suite ?
En bref, l’intérêt que j’ai porté à cette histoire et le style particulièrement accrocheur m’ont convaincue et j’ai aujourd’hui très hâte de découvrir la suite. Ce n’est clairement pas du repos qui attend Élisa, et j’ai bien envie de savoir ce que le Destin lui réserve !


jeudi 10 juin 2021

La trilogie des gemmes


Elle est le Rubis, la douzième, l'ultime voyageuse. Avec elle, le Cercle est refermé, le secret est révélé. Un secret qui remonte à la nuit des temps.
Gwendolyn est une lycéenne comme les autres. Bon, d'accord, elle voit des fantômes dans les couloirs de son lycée, mais d'abord elle n'en voit qu'un, et puis personne n'est parfait. Pour le reste, c'est le grand ordinaire, avec des profs barbants, une mère exigeante, des frères et sœurs casse-pieds.
Mais lorsqu'elle se retrouve soudain projetée au début du siècle dernier, Gwendolyn panique. Ça ne dure pas très longtemps, mais quand même ! Elle qui se croyait banale s'avère être marquée du sceau des veilleurs du temps. De ceux qui voyagent à travers les âges pour accomplir de mystérieuses missions.
De quoi sortir du train-train quotidien..

1. Rouge rubis (Rubinrot)
Kerstin Gier - 2009



Un suspense haletant et des voyages dans le temps ! Que demander de plus ? J'ai dévoré ce livre. L'autrice nous peint une histoire mystérieuse à souhait et entraînante de la première à la dernière ligne. Évidemment, on comprend rapidement qui est Gwendolyn, mais je suis tout de même restée scotchée. J'ai vraiment hâte de lire la suite et de découvrir les événements futurs... ou passés !






Longtemps, Gwendolyn pensa être une lycéenne comme les autres. Bon, d'accord, elle voyait des fantômes dans les couloirs de son lycée ; mais d'abord elle n'en voyait qu'un, et puis personne n'est parfait. Pour le reste, rien à dire. Jusqu'au jour où Gwendolyn comprit : elle n'était pas une lycéenne comme les autres. Marquée du sceau des Veilleurs du temps, elle doit désormais voyager à travers les âges, fermer un Cercle auquel elle ne comprend rien, partir à la recherche d'autres Veilleurs dans le passé, et affronter un comte du XVIIIème siècle, soi-disant immortel. Et puis quoi encore ? Tout ce qu'elle voudrait, elle, c'est que son (beau) Gideon l'embrasse pour de bon. Est-ce vraiment trop demander ? Elle est le rubis, la douzième, l'ultime voyageuse. Avec elle, le Cercle est refermé, le secret révélé. Un secret qui remonte à la nuit des temps.
2. Bleu saphir (Saphirblau)
Kerstin Gier - 2010



Quel plaisir de me replonger dans l’univers de cette saga ! Après un premier tome qui m’avait énormément enthousiasmée, il me fallait vite lire la suite des aventures de Gwendolyn et Gideon, pour avoir la réponse à toutes mes questions.
Quels seront leurs nouveaux voyages dans le temps ? Parviendront-ils à retrouver le chronographe volé par Lucy et Paul ? Gideon va-t-il enfin se comporter de manière correcte avec Gwen ? Gwen va-t-elle réussir à percer le secret qui l’entoure et dont on la tient volontairement éloignée ? Bien que certaines questions restent non résolues, certaines trouvent au moins un début de réponse.
L'histoire évolue, pas forcément assez vite à mon goût car j’ai trouvé quelques longueurs sur certains points. Par exemple, au sujet de la magie du corbeau. Je ne comprends pas que l’on continue à en faire le grand mystère non résolu des veilleurs. On sait très bien quel est le don de Gwen, nous le voyons en continu depuis le début de la saga ! (d’ailleurs, petite mention très spéciale au gargouillot, que j’ai adoré ! Il m’a fait exploser de rire à plusieurs reprises !) Mais pourquoi le cache-t-elle ? Quel intérêt ? À moins qu’un développement ultérieur ne soit fait à ce propos dans la suite du roman, je trouve qu’il y a ici de l’encre gâchée...
Par contre pour le reste, j’avoue que je suis très demandeuse ! Le mystère entourant le vol du chronographe par Lucy et Paul me titille au plus haut point. Je veux vraiment découvrir pourquoi ils l’ont volé, et quel est le lien entre eux et Gwen. Certains indices nous sont donnés, certes, mais l’histoire n’a pas vraiment avancé de ce côté-ci. Ce sera sûrement pour la suite !






Gideon confie à Gwen qu'il ne l'aime pas, et sans son amie Leslie et son ange gardien, elle déprimerait. Ceux-ci lui rappellent qu'elle doit absolument découvrir ce que complote le comte de Saint-Germain. Gideon comprend qu'en voulant fermer le cercle de douze, le comte cherche autre chose qu'un remède aux maux de l'humanité.
3. Vert émeraude (Smaragdgrün)
Kerstin Gier - 2010



C’est avec plaisir qu’aujourd’hui j’achève une nouvelle saga, que j’ai beaucoup appréciée. Ce titre clôt l’aventure de Gwendolyn, le rubis pouvant voyager dans le temps.
Et j’avoue avoir eu quelques surprises, surtout au niveau style. L’humour et la qualité sont de plus en plus présent au fur et à mesure de chacun des tomes de cette saga. L’autrice se lâche pour notre plus grand plaisir, et pas qu’au travers de Xemerius, notre petit démon préféré qui adore donner son propre commentaire caustique sur chaque scène de la vie de Gwendolyn. Cette dernière n’est pas non plus en reste, et son avis toujours très aiguisé m’a fait pouffer de rire plus d’une fois.
L’histoire entre Gwendolyn et Gideon a aussi été particulièrement touchante et, si j’ose dire, il était temps que cela passe à un niveau supérieur. Bref, je ne peux qu’applaudir. Par contre, tout ne m’a pas surpris concernant Gwendolyn. Mais, c’était prévu. Cela faisait deux tomes que je voyais arriver quelques révélations. Et tout m’a été servi, même si cela n’a pas été présenté comme je m’y attendais.
Pas de déception du coup, même si j’aurais aimé que certaines parties soient un peu plus étoffées pour nous offrir un peu plus de suspense. Toutefois, la scène du « combat final », ou plutôt de la révélation finale, m’a énormément plu, car je ne m’attendais pas à ça, concernant le comte.
Bref, des surprises, du plaisir, et une lecture fort agréable du premier au dernier tome. C’est une saga que je ne regrette pas d’avoir découverte, car elle est à la fois drôle, originale, et sympathique. Je pense que certains personnages vont me manquer !


mardi 8 juin 2021

La Voie des Oracles


La Gaule, au début du cinquième siècle après Jésus-Christ.
Cerné par les barbares, minés par les intrigues internes et les jeux malsains du pouvoir, l'Empire romain, devenu chrétien depuis peu, décline lentement.
Dans une villa d'Aquitania, perdue au milieu des forêts, vit Thya, seize ans, fille du général romain Gnaeus Sertor. À cinq ans, elle a manifesté pour la première fois des dons de devin. Mais dans l'Empire chrétien, il ne fait plus bon être oracle, et à cause de ce secret qu'elle doit garder, Thya est devenue une adolescente solitaire, à l'avenir incertain.
Lors d'une des visites en Aquitania, Gnaeus tombe sous les coups d’assassins à la solde de son fils Aedon qui souhaite s'emparer de son siège au sénat. Il est ramené à la villa entre la vie et la mort, et Thya cherche dans ses visions un moyen de le sauver. Son don lui permet d’apercevoir la forteresse de Brog, dans les montagnes du nord, là où, autrefois, Gnaeus a obtenu sa plus grande victoire contre les Vandales. Elle comprend alors qu'elle doit s’y rendre et s’enfuit dans la nuit.
Sa route sera pavée de rencontres, Enoch, un jeune et séduisant barbare, ou encore un faune, un être surnaturel issu du monde païen, et Thya va évoluer et découvrir un monde en mutation qui n'est pas exactement celui que lui décrivait son père…

1. Thya
Estelle Faye - 2014



Tout d'abord, je souhaite remercier Livraddict, ainsi que Scrineo, pour l'envoi de ce partenariat.
Je vais commencer par la couverture, car c'est elle qui m'a avant tout tapé dans l'œil ! Ne trouvez-vous pas qu'elle est magnifique ? J'ai beaucoup aimé le stylisme autour des cheveux de Thya, et la toge romaine qui met tout de suite dans l'ambiance quant au contenu du livre. J'ai craqué en voyant cette couverture et je n'ai lu le résumé que d'un œil très rapide, presque en diagonale. Je savais juste que cela changerait de mes lectures habituelles. Et je n'avais pas tort.
Pour changer, ça m'a changée ! Déjà, c'est la première fois que je lis un roman qui se passe dans le monde romain. Des oracles, des devins, des maisons romaines, des patriciens... Tout cela m'a rappelé mes cours de latin, et ce n'était pas pour mon déplaisir. J'ai vraiment eu l'impression d'être en train de lire une histoire originale de cette période, tant les détails de la vie romaine sont bien respectés, tels que je m'en souviens de mes leçons. Une vraie réussite.
où j'ai été surprise, c'est sur le côté gaulois de l'histoire, lorsque le surnaturel se mêle à la vie de tous les jours. Quand j'ai vu apparaître le faune ou les dieux païens dans ma lecture, je me suis demandée où je me trouvais ! J'aurais dû lire le résumé plus attentivement ! Mais j'ai adoré ce décalage et cette opposition entre le paganisme et la chrétienté.
Je ne sais pas si toutes les références historiques sont vraies, mais cela se lit tellement bien que l'on se prête au jeu et que l'on prend pour argent comptant tout ce que nous raconte l'autrice. Un délice. Car il faut tout de même dire qu'elle a un style réellement prenant et dynamique. Dès les premières pages, je me suis sentie tirée dans l'ouvrage et je me suis mise à tourner les pages de manière frénétique. L'histoire était vraiment captivante.
Les personnages sont sympathiques, même si Thya est un peu une tête à claques parfois. Mais on lui pardonne, la pauvre, vu tout ce qui lui arrive ! En plus, elle apprend à évoluer dans un monde qu'elle découvre, alors on a tendance à vouloir l'encourager. Ce n'est pas comme Enoch, qui lui s'amuse un petit peu trop à ses dépens. Mais on l'apprécie quand même ce jeune homme... Surtout quand on voit son évolution !
Je mettrais un petit bémol toutefois sur ce livre – eh oui, il y en a un ! Ce tome enclenche bon nombre d'intrigues parallèles à l'intrigue principale, et pas une seule n'est terminée ici. À la fin de ma lecture, tout est en suspens, et nous n'avons que très peu de réponses quant aux questions posées concernant l'histoire de Thya. On n'entend plus parler de certains personnages au bout d'un moment, et on s'imagine qu'on les retrouvera dans d'autres tomes ; d'autres sont séparés, et on ignore comment ils se retrouveront, que va-t-il arriver à Thya, à son père ?... De plus, les derniers chapitres de ce livre sont somme toute assez fouillis, car l'autrice veut nous révéler certaines choses mais sans tout révéler... J'ai trouvé ça un petit peu maladroit.
Je ressors donc de cette lecture ravie, car j'ai adoré ce premier tome par son côté frais et original, mais aussi frustrée, car le côté « tome 1 » n'est pas du tout subtil, et nous donne l'envie de lire la suite immédiatement. Sauf que la suite n'est pas parue... Alors, je vais devoir trouver un moyen de survivre à mon attente...


dimanche 6 juin 2021

Quatre pas dans les nuages


Adam et Rose, un couple de retraités, vivent paisiblement dans le Minnesota, avec l’ennui pour compagnon. Un soir, sur un coup de tête de Rose, ils volent une vieille camionnette et partent en direction de la Californie.
Durant leur périple, ils feront des rencontres inédites et revivront un passé semé d’embûches et de rebondissements, de la Seconde Guerre mondiale à l’aboutissement de leurs rêves d’Amérique.

Quatre pas dans les nuages
Christophe Cassagne - 2021



Merci aux Éditions Plumes Solidaires.
Je ne savais rien de ce titre quand je l'ai commencé, et je me demandais dans quoi j'allais m'embarquer. Pourtant, dès le début, je me suis sentie très à l'aise dans ma lecture. Le style est agréable et fluide, les personnages intéressants. Aucune raison de paniquer, ma lecture ne pouvait être qu'agréable. Et ce fut le cas.
Si au début j'ai pensé qu'il s'agirait d'un road trip d'Adam et Rose pour s'échapper de leur maison de retraite — ce qui m'a par ailleurs bien fait sourire —, j'ai très vite découvert que ce voyage avait un double but bien précis : d'abord, arriver à destination ; puis nous expliquer tout le chemin parcouru. Et j'ai juste trouvé tout ça magnifique.
C'est à coups de flashbacks que l'on découvre la vie du couple, et c'était vraiment dingue : tout ce qu'ils ont vu, vécu ! Ce n'est pas une vie banale, c'est une vie extraordinairement bien remplie, riche d'expériences et de péripéties. Une vie qui ne laisse pas indifférent et qu'on leur envie pour certains aspects... mais pas tous, car d'autres m'ont tellement fait frissonner.
Cette vie d'aventure est juste incroyable, et nous permettre de découvrir tout ça au travers de cette dernière « aventure » qu'est ce départ de la maison de retraite est très beau. C'est un parallèle magnifique qui permet de voyager, de rire, de pleurer, d'avoir peur, d'espérer. Jusqu'à ce final si beau, si simple, mais aussi bouleversant.
Merci pour ce texte, il fait du bien.


vendredi 4 juin 2021

Douze ans, sept mois et onze jours


Une cabane perdue dans les forêts du Maine. C'est là que Walden est abandonné par son père. À partir de maintenant, le garçon va devoir se débrouiller pour survivre dans les bois. Avec pour seule richesse quelques boîtes de conserve, un livre de Thoreau et une carabine. À la fin de chaque journée, Walden note son âge sur une écorce de rondin. Douze ans, sept mois et quatre jours, au moment ou commence son apprentissage pour le moins étrange...
Douze ans, sept mois et onze jours
Lorris Murail - 2015



Merci à la Masse critique de Babelio et aux Éditions Pocket Jeunesse.
C'est un livre assez atypique et vraiment sympathique que j'ai eu entre les mains. La couverture était mystérieuse et inquiétante, le résumé très attirant et alléchant. Alors, j'avais très hâte de le découvrir, bien évidemment. Et même si le texte était un peu trop jeunesse à mon goût, j'ai bien apprécié ce moment de lecture.
Certains diront peut-être qu'ils n'ont pas vraiment ressenti ce côté jeunesse. C'est vrai qu'avec Jack, le père, on ne le ressent pas du tout. Mais avec Walden, c'est autre chose. J'ai trouvé ce jeune garçon vraiment peu mâture et même parfois pleurnichard dans ses réactions. Je n'ai pas du tout accroché avec lui. Certes, se retrouver seul dans une cabane au milieu de centaines d'hectares de forêt n'est pas vraiment une situation dans laquelle on peut se montrer courageux tout de suite.
Mais ses réflexions étaient trop peu réfléchies à mon sens, et cela jurait fortement avec le Walden de la fin de l'histoire. Il y avait un trop gros décalage. C'est en ce sens que j'ai trouvé ce roman un peu trop jeunesse, car il était un peu approximatif, et là où un lecteur assidu s'en rend compte immédiatement, un jeune, lui, ne s'en formalisera pas.
Du coup, toute la première partie concernant Walden m'a semblé un peu longue d'emblée. Voir évoluer ce garçon sans vraiment savoir ce que cherche son père, et le voir imaginer des théories assez folles était amusant, mais un peu longuet. Là où j'ai été surprise et où j'ai été follement amusée, c'est lorsque l'on en vient à l'histoire du père, à l'explication.
Jamais je n'ai imaginé une telle histoire en commençant ce roman ! C'était un vrai plaisir d'être étonnée à ce point. De là, plus une trace d'ennui, bien au contraire. Ma lecture s'est accélérée, et je voulais arriver à la fin de ma lecture, je voulais savoir ce qui allait advenir du père et du fils. Que de mystères !
Une idée vraiment originale et une mise en place sympathique. Même si la longueur du début m'a un peu gênée, cela s'oublie vite et on se plaît à suivre l'histoire dès la seconde moitié du roman, tant l'intrigue devient incroyable. Bref, un moment atypique que je vous conseille !


Articles tendances