mercredi 26 janvier 2022

Les contaminés


Vous êtes jeune, adepte de sensations fortes et avez toujours rêvé d’une aventure à vous couper le souffle ? Bienvenue dans le nouveau jeu de téléréalité le plus stupéfiant de l’année. Débarqué sur l’oasis paradisiaque d’Isla Grande, vous pourrez profiter à souhait de sa végétation luxuriante et de ses paysages merveilleux en dormant à la belle étoile. Trois maîtres du jeu seront là pour vous accueillir et s’assurer que vous soyez mis dans le bain dès le départ. Deux équipes s’affronteront, la vôtre et celle des résidents de l’île… Attention, ici, tout est vrai ! Dans ce jeu, aucun artifice n’est utilisé, et nos caméras restent allumées 24 h sur 24 pour ne pas risquer de perdre un seul instant.
Les contaminés
Yves-Marie Clément - 2014



Merci aux Éditions Scrinéo et à Livraddict.

En lisant le résumé, je me suis fait une joie immense de lire ce roman. Le résumé est extrêmement accrocheur, mystérieux. Je me suis imaginé que j’allais être au plus proche des participants, que je découvrirai peu à peu avec eux les mystères de cette île et les mystères du « jeu » dans lequel ils se retrouveraient. Je m’imaginais un monde dystopique avec des horreurs et un complot extraordinaire que les joueurs devraient déjouer. Mais je n’ai rien eu de tout cela…

Dès les premiers chapitres, le ton est donné. Nous savons qui est l’ennemi, nous savons quelle est la particularité de l’île, nous savons pourquoi les participants ont été recrutés. Aucun mystère n’entoure ces événements, et c’est bien dommage. Je pense qu’il y avait vraiment matière ici à nous faire frissonner, à nous faire imaginer les pires horreurs, sans tout nous dévoiler dès le départ. En somme, l’idée est bonne, mais très mal amenée. Je me suis même demandé si un petit secret était caché, dans les recoins de la fin du roman et, bien que je me sois délectée de l’explication du professeur, je trouve que cela ne vaut pas un petit complot qui me créerait une petite crise d’hypertension.

De même, en ce qui concerne les personnages. Ils sont sympathiques, certes, mais pas vraiment recherchés… Laalia et Bambou, les seules filles du groupe de quatre, semblent être les seules qui ont un minimum de personnalité, les garçons attendant et regardant les filles s’activer pour les sauver.

Je ne me suis pas sentie proche des personnages, et je n’ai pas eu peur pour eux. Pourtant, il y avait de quoi faire, notamment au niveau de Bambou, ou même Laalia. J’ai bien cru à un moment que Laalia allait rejoindre le camp adverse, mais non… Même pas un gros retournement de situation qui aurait pu permettre de donner un peu de tonus à l’histoire. Quant aux méchants, même pas peur ! Les Maîtres du Jeu sont des guignols, mais remplissent bien leur rôle. Les autres, je n’en dirai pas plus. Ils remplissent aussi leur rôle, même s’ils auraient pu être bien plus effrayants.

En bref, c’était un roman dont j’attendais beaucoup. Le résumé m’avait réellement accrochée, et j’espérais vraiment vivre un moment de lecture terrifiant et original. Finalement, c’était un moment de lecture commun, pas détestable car on se laisse porter par les événements, mais pas incroyable non plus.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire