samedi 14 juillet 2018

Hunger Games


Ma toute première dystopie jeunesse. Avant ce titre, je n’ai lu que Fahrenheit 451, de Ray Bradbury, colosse dans la littérature SF, mais précurseur en ce qui concerne les dystopies. Je ne connaissais même pas ce mot, c’est dire. Quoi qu’il en soit, j’ai commencé ma lecture de Hunger Games avec beaucoup d’appréhension.

J’ignore pourquoi j’avais si peur, car le résumé était engageant et les critiques excellentes. Peut-être à cause de ce point de vue moral, qui ne respecte pas spécialement la vie humaine. En plus, on s’attaque à des enfants ! C’est quand même une hérésie.

Mais au final, j’ai adoré ce titre. Je l’ai lu en un rien de temps, et je n’ai même pas été troublée par l’éthique très particulière du Capitole. Ils sont cinglés, voilà ce que je me disais. Et comme on dit, si l’intelligence à ses limites, la connerie, elle, n’en a pas. Alors, soit. Laissons-les dans leur folie et concentrons-nous sur ces jeunes dans l’arène, et observons leur survie.

Katniss est indéniablement une héroïne que j’apprécie. Elle ne se considère pas comme une héroïne, a des faiblesses et les connaît. Mais elle a bon cœur. Elle aime sa sœur et veut la protéger, et elle trouve en Ru cette petite sœur de substitution qu’elle protège également, pour continuer son action. Quant à Peeta ! Elle ne cherche pas à se faire aimer, mais se retrouve entourée de personnes qui cherchent à l’aider, c’est quand même fou !

Et cette fin… J’avais le cœur qui battait à cent à l’heure, car je ne voulais pas… mais heureusement, ça s’est fini comme je le souhaitais ! Maintenant, plus qu’à se lancer dans la suite, et, franchement, après un tel tome, j’ignore ce que l’auteur peut bien nous réserver !


Après un premier tome incroyable, je me suis vraiment interrogée quant à cette suite. Allais-je vraiment me lancer dans un tome 2 qui reprendrait les mêmes codes, la même action générale ? Car, sérieusement, on parle d’un univers où des enfants sont envoyés dans une arène pour s’entretuer : de quoi allait donc parler ce livre ? D’enfants envoyés dans une arène. Et surtout, pour que ce soit une suite, il fallait qu’on voie souvent Katniss et Peeta. Et donc, il fallait qu’il soit dans l’arène.

J’ai eu très peur d’un copier/coller entre le début et cette suite. Je ne voulais pas que l’auteur nous refasse le coup de la surprise, mais bon, je me suis quand même lancée, et j’avoue avoir accroché autant qu’au premier malgré mes aprioris. Le début m’a captivée, car j’ai trouvé que Katniss était mise dans une position très difficile, et la découverte des autres districts m’a beaucoup plu.

Quant à l’arène – ben oui, ne nous le cachons pas, Peeta et Katniss y retournent –, elle était complètement folle. Cette fois, des alliances sérieuses se créent, et des surprises nous sont réservées jusqu’à la fin pour nous tenir toujours plus en haleine. J’ai beaucoup aimé l’idée de l’auteur en ce qui considère ses Jeux tout particulièrement. Et j’ai beaucoup aimé également le retournement de situation final qui casse un peu la monotonie du « on prend les mêmes et on recommence ». Le troisième tome, c’est sûr, ne se passera pas dans une arène.

Enfin, le style, il est accrocheur, et ça aide beaucoup quand on a des aprioris. Au final, j’ai aimé ce tome presque autant que le premier. Impossible de le trouver mieux que le tome 1, qui a joué sur un effet de surprise assez choquant pour nous embarquer. Là, on sait dans quoi on va. Mais on apprécie, et on en redemande. Vivement la suite !


Ce tome 3 est juste une apothéose et une très bonne fin à cette saga épique. Je savais que ce texte-ci me plairait, mais j’ignorais complètement ce qui m'attendait. Cette fois, il était plus qu’évident que Katniss ne se retrouverait pas plongée dans l’arène – et heureusement, car cela ferait un peu trop – et qu’on conclurait enfin l’histoire. Non pas que je n’aime pas cette histoire, au contraire, mais les sagas me fatiguent, et je préfère lire un gros pavé plutôt que plusieurs petits.

Du coup, cette fois, la rébellion est lancée et chacun doit s’organiser pour survivre. On retrouve une partie des personnages, et l’on est dans le flou dès le début, mais tout s’enchaîne parfaitement naturellement. On découvre une Katniss prête à aider à changer le monde et surtout protéger sa famille envers et contre tout. Sa relation avec Gale et Peeta est toujours aussi ambiguë et finit enfin par trouver une issue… Il fallait bien que l’auteur fasse un choix, dirons-nous !

J’ai été un peu déçue par rapport à un événement particulier, car j’ai ressenti un petit sentiment d’échec à ce moment-là : le but premier n’était-il pas d’empêcher ça ? Ah, bon… Un peu triste, donc, mais après tout, on ne peut pas gagner à tous les coups, et l’héroïsme de ce personnage ne peut pas être nié.

Enfin, le style est toujours au top. J’ai adoré la fluidité du récit et je me suis régalée en découvrant chacune des péripéties de ce combat final. Encore une fois, ce livre n’aura pas duré longtemps, car je n’arrivais pas à le reposer. Un véritable bonheur à lire et une excellente conclusion. Mais maintenant, il faut dire au revoir aux personnages, et trouver une autre dystopie à la hauteur de celle-ci… ce sera difficile !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles tendances