jeudi 16 août 2018

La prunelle de ses yeux


Une petite note sur ce nouveau texte d’Ingrid Desjours, qui m’a soufflée.

C’est la seconde histoire d’Ingrid Desjours que je lis sous ce nom – l’autre étant l’excellent Sa vie dans les yeux d’une poupée. Je passerais sur la saga Kaleb qui était tout aussi prenante et géniale, mais plus jeunesse… du moins sur les deux premiers tomes ! Encore une fois, l’auteur m’a surprise. Encore une fois, j’ai dévoré son roman.

Il m’en faut peu pour être conquise : une bonne intrigue bien ficelée, un texte fluide, des personnages intéressants, des péripéties à toutes les pages, du mystère en veux-tu en voilà. OK, il ne m’en faut pas peu. Je suis peut-être un peu exigeante (encore que j’en connais des pires que moi…), mais à chaque fois que j’ai lu un titre de cette auteur, j’ai tout eu, donc…

Cette fois, nous avons droit à une double histoire. L’une se déroule dans le passé et nous relate le contexte d’un drame ayant conditionné les événements se passant aujourd’hui. Les liens entre les personnages arrivent rapidement, mais l’on ne sait pas tout tout de suite – même si c’est ce que j’ai cru très vite. Des surprises nous sont révélées régulièrement lors de la lecture, et une en particulier m’a laissée bouche bée.

Je pensais que tout était clair comme de l’eau de roche, tout filait à une vitesse hallucinante, et la révélation m’a coupée dans mon élan. J’ai été tellement surprise, que j’ai même ralenti ma lecture, car ce n’était pas du tout ce que j’imaginais. Rassurez-vous, c’est revenu ensuite, je n’allais pas attendre trop longtemps non plus pour quitter le passé et découvrir la finalité du présent… car ce roman était trop addictif ! En bref, une nouvelle lecture d’Ingrid Desjours qui m’a beaucoup plu. Décidément, je devrais la lire plus souvent !


mardi 14 août 2018

Winston


Merci aux Éditions Fleurus.

J’ai flashé sur la couverture de ce roman. Une histoire avec un petit chat, ça se prend, tant j’aime les matous. Et quand j’ai lu le résumé, j’ai éclaté de rire. Cette lecture laissait présager un super moment, et il me fallait absolument plonger dedans.

Je n’ai pas eu tort. Ce texte est écrit du point de vue du chat. Et pas n’importe quel chat ! Monsieur Winston Churchill est un chat de race, un british shortair qui ne mange que des plats cuisinés et qui ne se mélange pas avec les chats de gouttières de la cour de l’immeuble, non. Le canapé est bien plus confortable. Mais le monde de Winston va changer radicalement à l’arrivée de Kira dans sa vie.

Elle lui apprend la vie d’un chat « normal », les promenades, la pâtée pour chat (hmm, ça pas trop longtemps hein !). Et un jour, ils échangent leur place. Ça tombe bien, ils pourront apprendre l’un de l’autre et leur amitié grandira de manière très forte.

Ce texte m’a fait énormément rire car il propose des situations très cocasses et vraiment déjantées. Mais le récit reste cohérent et nous présente une vraie enquête d’espionnage nationale ayant pour but de sauver Kira et sa mère. Le sujet est donc sérieux mais traité de manière légère grâce à des personnages attachants.

J’ai adoré ma lecture et ai lu ce roman en très peu de temps. Et vous savez quoi ? C’est un tome 1 ! J’ai hâte de découvrir la suite !


dimanche 12 août 2018

Héros de l'Olympe

Il était temps. Et voilà ! Après avoir adoré la saga Percy Jackson au point de ne plus savoir apprécier la moindre lecture ensuite, j'ai enfin commencé la saga suivante, Héros de l'Olympe, pour découvrir les nouveaux héros : Jason, Piper et Leo (tiens, c'est drôle, Piper et Leo !). Cette saga met en place de nouveaux personnages, mais tout en s'intégrant parfaitement dans la continuité logique de la première saga. Les points de vue changent, la nouvelle prophétie est différente, mais mon intérêt est toujours aussi important.

Dans ce titre, il nous faut suivre une histoire sans Percy, car il a disparu. Un bon moyen de nous obliger à faire connaissance avec les nouveaux venus, mais également à lancer une intrigue autrement plus impressionnante que la première. Si j'ai assez vite compris ce qu'il en était, j'ai toutefois adoré voir cette nouvelle aventure, et découvrir ces trois nouveaux demi-dieux. Je ne vais pas vous mentir, j'ai senti l'absence de Percy (on s'attache !), mais on le mentionne souvent, ses amis s'inquiètent, et on continue en se disant qu'on finira par le revoir.

L'histoire mêle ici deux mythologies, et j'avoue avoir été assez surprise, même si je n'aurais pas dû être étonnée. On parle bien de mythologie greco-latine, non ? Bref, je me suis amusée tout le roman à faire les liens entre les dieux, à apprécier la façon dont l'auteur a intégré les Romains parmi les Grecs. Il n'y a pas à dire, il n'y a pas de fausse note. Surtout quand cette fin arrive, et que l'on prend conscience de l'enjeu. Et ça, c'était juste tellement bon !


Quel énorme plaisir que de retrouver enfin Percy Jackson. Cette saga, Héros de l’Olympe, me plaît énormément, mais il m’avait quand même trop manqué dans le tome 1. Quel suspense pour savoir enfin ce qu’il était devenu, comment il s’en sortait à Camp Jupiter !

Et j’avoue que le livre commence sur les chapeaux de roues. Percy se bat avec des gorgones, et recherche le camp des Romains. Honnêtement, j’aurais préféré qu’il cherche tout de suite la Colonie des Sang-Mêlés, histoire de ne pas perdre de temps, mais bon, on doit faire avec. Très vite, il fait la connaissance de Frank et Hazel, deux demi-dieux très sympathiques et très mystérieux. Sans surprise, ils feront partie des Sept de la nouvelle Grande Prophétie, donc je me suis très vite attachée à eux… surtout qu’Hazel est la sœur de… Nico !

J’ai adoré revoir ce personnage que j’avais adoré dans la saga Percy Jackson. Très mystérieux, on sent qu’il a toujours un rôle important à jouer, même s’il reste en retrait et fait cavalier seul. Mais là, j’avais envie de lui mettre une baffe, vis-à-vis de son comportement envers Percy. Il va y avoir discussion, je le sens !

L’histoire de ce tome est géniale. La quête est particulièrement intéressante et la façon dont elle est menée ne l’est pas moins. Frank mène sa troupe d’une main de maître, mais tous ont leur importance dans l’histoire, et l’on voit les qualités de chacun dans l’aventure. Et en plus, Percy a su bien surprendre ses compagnons de voyage, et j’étais juste béate de voir comment ils réagissaient face aux prouesses et à l’audace de cette tornade de demi-dieu.

Maintenant, j’ai hâte de voir la suite. Les retrouvailles de Percy avec ses amis, la suite de la quête, les interactions qui vont se créer entre lui et les petits nouveaux. Que de bonnes choses en perspective !


J’adore cette saga. Chaque nouveau tome est un plaisir, et étrangement je trouve toujours des créneaux pour lire, même quand je suis surbookée, dès qu’il s’agit d’un Percy Jackson. Et puis, celui-là, particulièrement…

Enfin, Percy et Annabeth se retrouvent dans ce tome. Les retrouvailles étaient mignonnes et m’ont fait sourire comme une adolescente. Leur couple est vraiment super, et pas du tout gnan gnan, ce qui fait énormément de bien ! Voilà pour le petit moment fleur bleue. Pour le reste : les sept sont partis en quête tous ensemble, et c’est parfois très électrique !

Trois Romains, cinq Grecs, cela ne peut faire que des étincelles, et j’ai trouvé les quelques rivalités mises en place très intelligentes et amusantes. Outre Percy et Jason qui se disputent inconsciemment la place de leader, on a aussi (et surtout) Franck et Léo qui ont du mal à ne pas se chamailler.

La quête avance, mais j’ai trouvé ça un peu disparate. Certes, le fil conducteur est déjà d’aller sauver Nico (y a intérêt, car j’adore ce personnage), mais on sent qu’hormis cela et la marque d’Athéna, ça reste un peu flou. Entre nous, vu le nombre de péripéties, je n’en tiens pas rigueur à l’auteur car je ne me suis pas ennuyée une seule seconde.

Par contre, cette fin… je vais mourir. Il me faut la suite au plus vite. Je ne vais pas y survivre !


C'est les vacances, alors comment résister à un petit Percy Jackson ? Cette seconde saga me transporte autant que la première, c'est dire à quel point je suis accro… mais alors, ce tome-là… un bijou !

Ce tome ne pouvait que me plaire : la maison d'Hadès, avec ce dieu que j'aime particulièrement, et surtout la promesse de beaucoup de passages avec Percy et Annabeth, comme un petit goût de passé, comme un petit rappel de la première saga. Ils sont en plus en fâcheuse posture, alors j'avais très envie de savoir comment cela allait se passer pour eux !

Ils ont le droit à presque la moitié du livre, ce qui m'a remplie de plaisir ! Même si j'adore les nouveaux personnages, j'ai une affection particulière pour les anciens : Percy, Annabeth et Nico. Et quand je n'avais pas le droit à un passage dans le Tartare, j'avais souvent du Nico, qui était bien présent dans ce tome et qui nous a fait une petite révélation… surprenante ! J'apprécie tellement la finesse avec laquelle l'auteur traite ce personnage attachant !

Une nouvelle fois, l'histoire suit son cours, et l'on ne peut pas se reposer dans ce tome non plus. De péripéties en surprises, l'auteur ne nous laisse pas le temps de respirer, et en un rien de temps, le livre était terminé. Et maintenant, je sais que je vais attaquer la suite. Le problème, c'est qu'après c'est fini… Il n'y en a plus… Je devrais lancer quelques malédictions sur l'auteur pour qu'il se décide à nous faire une suite fissa ! Qu'en dites-vous ?!


vendredi 10 août 2018

L'origine des mondes


Merci à France Missud.

Super, et je pèse mes mots. Cette lecture a été incroyable. Je suis entrée dans l'histoire très vite, et si j'arrivais encore à poser le livre pour des choses vitales (manger, dormir, travailler...) lors de la première moitié de ma lecture, vers le dernier tiers, je ne pouvais plus le lâcher. La pression va crescendo, le rythme est juste affolant au bout d'un moment, et l'on veut en savoir toujours plus sur ce monde incroyable.

Mais quel monde ? L'histoire commence sobrement. Éloïse et son petit frère sont sur le point de perdre leur mère, achevée par un cancer, et ne s'imaginent pas du tout que leur vie va basculer. Sa mère laisse en effet des indices à Éloïse pour qu'elle retrouve son père, qu'elle n'a jamais connu, ou presque. Je ne peux pas vous en révéler plus (ordre de l'auteur, elle pourrait me fouetter, sinon), mais là, Éloïse va découvrir un monde juste exceptionnel. Tout y est différent tout en étant très proche de ce que l'on connaît. Sur fond d'écologie et d'apprentissage du respect de la nature, Éloïse va réapprendre à vivre plus sainement, et plus « incroyablement ».

Par contre, j'ai trouvé Éloïse vraiment tête à claques. L'héroïne est loin d'être parfaite, et elle avait du boulot pour contrer son immaturité, et embrasser sa nouvelle vie. D'erreurs en plaintes, elle va se retrouver dans diverses situations, certes horribles, mais qu'il faudrait qu'elle apprenne à gérer avec plus d'élégance. Son entourage l'aide, pourtant, mais elle semble être hermétique à leurs conseils. Alors, j'ai préféré en apprendre plus sur les autres, qui sont plus simples, plus sains. Tous évoluent dans ce livre, et ça fait plaisir de voir de vrais sentiments chez nos personnages.

J'espère que cela vous donne envie, car même si je ne peux pas en révéler plus, j'ai très envie que vous découvriez cette histoire. Les thèmes abordés sont contemporains, et l'on en entend parler en ce moment, il faut bien protéger notre Terre, après tout. Les personnages vont évoluer et apprendre de nouvelles choses, et j'aurais bien aimé, pour ma part, vivre le même genre d'aventures qu'eux. Et puis ce final m'a arraché un sourire... Vivement la suite !


mercredi 8 août 2018

Les chroniques d'Isulgaar


Merci à Nats Éditions.

Ce roman, ce n’est pas de la fantasy ordinaire. Il s’agit ici d’un roman de dark fantasy réellement bien écrit et avec une histoire particulièrement prenante. Peu de magie ponctue cette lecture, et l’on préfère ici suivre les personnages de différentes contrées sur une période relativement longue.

Les personnages sont assez particuliers. Entre Erbin, courageux mais ayant un sort réellement peu enviable, Warkhan le roi du Nord à l’attitude paradoxale, Jéduh et Malvor et leurs conspirations respectives pour tenter de prendre le pouvoir, nous n’avons pas de quoi nous ennuyer. Mais c’est l’enchaînement des événements, plus que les personnages, que je retiendrais. Car d’une petite touche à droite, on obtient d’énormes effets à gauche, et cette évolution est parfaitement maîtrisée par l’auteur.

Toutefois à mon sens, le petit point problématique reste le côté violent de certains passages, notamment lors d’une scène qui m’a donné des palpitations tellement je me l’imaginais bien ! Bravo à l’auteur pour nous faire rentrer à ce point dans son récit, et bravo à mon cœur d’avoir réussi à survivre à ce choc !

Enfin, j’aurais aimé avoir un peu plus d’informations sur cette neige noire. Elle n’apparaît qu’à la fin du roman, alors que son titre nous laisse penser que l’on entendrait parler d’elle un peu plus. Évidemment son rôle est crucial, d’après ce que j’ai compris du final. Mais cela reste des suppositions de ma part, et maintenant, il ne me reste plus qu'à attendre la suite, pour savoir si j'ai raison !

Bref, un très bon roman de dark fantasy, qu’il vaut mieux ne pas mettre entre toutes les mains néanmoins, vu la violence que l’on y retrouve, car l’auteur est réellement très (trop ?) doué pour nous faire vivre son histoire !


lundi 6 août 2018

Réseau(x)


Une petite note sur ce roman que j'ai vu passer de nombreuses fois sur les blogs que je parcours. Eh bien, pour tout vous dire, je suis déçue. Je m'attendais à un texte qui m'embarque du début à la fin, qui ne me laisserait pas de répit et que je ne pourrais pas lâcher, mais ce ne fut pas le cas.

Je ne dis pas que l'histoire est mauvaise, loin de là. Elle est bien ficelée et est suffisamment complexe pour que l'auteur puisse en profiter pour nous emmener où il veut. Seulement, il y a trop de personnages, et je n'ai pas pu m'identifier à un seul d'entre eux. Je ne les appréciais pas spécialement, et dans ce cas je n'arrivais pas à m'inquiéter pour eux ou vouloir savoir ce qui allait leur arriver. J'étais trop passive.

À la limite, le personnage qui m'a le plus plu, c'est Fanelli. Son histoire personnelle est sympa, et ce flic avait un petit quelque chose qui me donnait envie de poursuivre. D'ailleurs, j'étais plus dans l'histoire quand il était là. Mais comme il y avait beaucoup de personnages, il y avait un gros roulement, et sur des moments il était beaucoup là, tandis qu'à d'autres il disparaissait complètement... Du coup, mon intérêt venait et repartait.

Le texte est bien écrit, l'intrigue est intéressante, mais je n'ai pas su m'y projeter. Je pense que ce titre plaira davantage à d'autres qu'à moi, et je l'espère car j'ai quand même ressenti de belles qualités dans l'écriture et le travail produit par l'auteur. Alors, ne vous arrêtez pas à mon avis, et si vous avez déjà été tenté par Réseau(x), allez-y !


jeudi 2 août 2018

Bon retour en enfer


Avant toute chose, je souhaite remercier l'auteur pour m'avoir permis de découvrir cette histoire, mais aussi pour sa patience : j'ai fini par le lire, je l'avais promis !

J'ai beaucoup aimé ce texte, qui avait un côté frais et innocent vraiment très appréciable. En le lisant, je sentais que j'avais sous les yeux un roman d'une personne qui a pris le temps de nous faire découvrir au mieux une de ses premières histoires (en tout cas, c'est l'impression que j'en ai eu).

Du coup, on retrouve des petites maladresses, notamment sur les dialogues des personnages, parfois trop formels ou qui manquent de naturel, mais aussi au niveau de la continuité des événements. Tout s'enchaîne à mon sens un peu trop facilement pour les personnages, et l'action se joue grâce à des coups de hasard. Mais cela ne m'a pas du tout déplu, car le roman a rempli son office : il m'a permis de m'évader de mon quotidien.

Au final, j'ai aimé suivre l'histoire de Laure, qui a un passé complexe et qui tente de retrouver sa place dans son village. L'auteur a mis l'accent sur ce personnage de manière tout à fait logique. Tout tourne autour d'elle, et, évidemment, tout le livre se passe avec elle en personnage central, qui a raison et qu'il faut suivre pour découvrir la vérité.

La vérité a été habilement dissimulée par l'auteur. Des fausses pistes ont été mises en place de sorte que l'on ne découvre pas le pot-aux-roses. J'avais ma petite idée, pour ma part, dès le début du roman. Mais j'ai ensuite douté, car je me suis laissée endormir par les fausses pistes. Et voilà ! Au final, j'avais tout de même raison, ouf !

En bref, ce texte est un bon petit roman policier pour passer le temps. Il ne faut pas le lire en cherchant la petite bête quant au style ou à l'enchaînement des actions, mais bien pour un outil de loisir permettant de s'évader. Ainsi, vous vivrez un moment sympa.


lundi 30 juillet 2018

Toutes sortes d'étoiles


Merci à Nats Éditions.

J’aime beaucoup avoir la tête dans les étoiles, alors un petit texte sur des étoiles est toujours sympathique à lire, surtout quand on apprend des choses, comme dans celui-ci. La petite héroïne sait tout des étoiles et improvise un petit cours à ses parents, avec tellement d’entrain qu’elle en oublie de manger.

C’est mignon, et les illustrations s’accordent parfaitement avec le texte. Je les ai trouvées très colorées et vraiment vivantes. Simplement, il me manque une petite chute à cette histoire : il ne s’agit que d’un moment de vie, sans réel fil conducteur autre que celui d’étaler les connaissances de la petite, et j’avoue que cela me perturbe un peu. Mais c’est pas grave, ça arrive !


jeudi 26 juillet 2018

L'impasse


Avant tout, merci aux Éditions Taurnada de m'avoir permis de relire un nouveau texte d'Estelle Tharreau. J'avais tellement aimé Orages qu'il me fallait découvrir un autre texte de cette auteur !

Quel plaisir de retrouver la plume d'Estelle Tharreau. Je savais que j'allais passer un bon moment, et je ne me suis pas trompée. Le début commence avec une mise en place des personnages. Il y en a beaucoup, il faut l'admettre, et je me suis de temps en temps un peu mélangé les prénoms, mais au final, avec le contexte et l'histoire de chacun, on finit par s'y retrouver.

Chacun des personnages est très travaillé pour nous faire frissonner ou nous faire compatir. Leurs histoires personnelles sont tellement importantes qu'elles prennent le pas sur tout le reste. Mais bien évidemment, on ne sait pas tout. Petit à petit, on découvre que ce que l'on voyait en surface nous cachait bien des choses, que ce qu'on croyait au premier abord était bien plus complexe.

Et petit à petit, on rentre dans la vraie histoire des personnages, leur petit « Dallas » personnel, qui fait qu'un drame se produit, et qu'il y a derrière cette histoire des personnes en souffrance qui ont besoin de liberté. David aura à faire des choix, dans tout ça ! Et j'ai trouvé qu'il réagissait vraiment bien !

Comment vous parler de ce livre sans tout vous révéler ? Car si je dis quoi que ce soit, vous pourriez découvrir le pot-aux-roses, et ce n'est pas le but. Le but, c'est que vous le lisiez. Vite !


mardi 24 juillet 2018

Le masque du silence


Merci à Anyway Éditions.

Je pense que ce livre se démarque par son originalité. Déjà, à la lecture du résumé, je trouvais que l’idée était là, que l’histoire ne serait pas comme tous les titres du même genre que j’ai pu lire jusqu’à présent. Et je ne me suis pas trompée : il y a une vraie intrigue derrière ce tome, et vous ne pouvez pas savoir ce qui vous attend, car la mythologie est de plus en plus vaste au fur et à mesure de l’avancée de l’action. Ainsi, lorsque vous faites la connaissance d’Hélène, elle vous explique ce en quoi consiste son monde, et petit à petit vous en découvrez un peu plus.

Les concepts sont sympathiques ; le principe de la SE, la politique et les acteurs sont tous très intéressants, et je ne me lassais jamais d’apprendre toujours plus comment évoluait ce monde. En plus, l’histoire d’Hélène s’inscrit très bien dans le contexte, et l’on n’a pas un écart entre le personnage et l’univers. Elle prend sa place comme il le faut, même si au début elle a un peu de mal à l’accepter. Les péripéties et l’action sont également au rendez-vous, alors de ce côté j’étais vraiment satisfaite.

Un de mes personnages préférés reste incontestablement Fasolasi. Ce chat est juste incroyable ! Je l’adore, même si j’avoue avoir eu des réminiscences d’une autre histoire mettant en scène un chat, fidèle compagnon d’une célèbre sorcière. Mais je vais passer sur cette coïncidence, car j’adore ce matou. Ce que j’ai moins aimé, c’est la narration. J’ai trouvé qu’Hélène y allait trop loin dans les digressions, les noms d’oiseaux, les insultes et j’en passe. Un peu, ça va ; là, c’était exagéré, et j’ai même eu l’impression qu’il y en avait de plus en plus au fur et à mesure de l’histoire. Hormis m’énerver, cela n’apportait rien.

Pour le reste, rien à dire. Le style est clair et percutant, et je ne pouvais pas vraiment lâcher le roman tant l’histoire me plaisait. Ce fut donc pour moi un plaisir, et j’espère pouvoir découvrir la suite rapidement !


Articles tendances