lundi 20 janvier 2020

Une légende est née

Merci à Nats Éditions.

J'adore la savane et les éléphants, alors je ne pouvais qu'aimer ce petit texte. En tant que public acquis, je me suis plongée dans ma lecture avec plaisir et ai suivi les aventures d'Hippolyte avec énormément de joie : ce petit éléphant a du courage et de l'ambition, et il lui en faut pour mener à bien sa mission ! Si le dénouement est plutôt évident, la plume de l'auteure m'a tout de même bien portée, et je pense que cette histoire va plaire aux enfants.

Les illustrations ne sont pas en reste : colorées et très mignonnes, elles collent bien au texte et dépeignent quelques moments forts de l'aventure d'Hippolyte. Les regarder fait du bien au moral et donne envie de se retrouver dans cette savane avec ces éléphants. Et j'ai même vu passer un « chat ». Et j'aime les chats. Et j'aime bien ce petit jeunesse, que je vous recommande !
« Une légende est née » est disponible sur

samedi 18 janvier 2020

Tu me plais

Voici un titre étrange qu'il m'a été donné de lire. Ma sœur ayant bien aimé ce court récit, elle me l'a laissé pour que je l'engloutisse en peu de temps. Dommage, d'ailleurs, qu'il ne soit pas plus long !

La mise en place du récit est faite dans une rame de je ne sais plus quelle ligne du métro parisien, et les trois quarts des événements se déroulent dans ce même lieu. Deux personnages y sont mis en évidence, et l'on apprend peu à peu à les connaître via des flashbacks de moments clefs de leur vie.

Il faut attendre environ le quart du roman pour réaliser l'étendue de l'horreur de la situation présentée. À partir de là, tout s'enchaîne sans le moindre temps mort et on frissonne pour savoir ce qu'il va advenir !

Il faut savoir, tout de même, que le style est particulièrement atypique. L'auteur est très descriptif, et même si le terme n'est pas le bon, je dirais presque « classique ». Le narrateur omniscient passe d'un point de vue à l'autre, relatant tous les petits détails qui ont mené à ce moment précis, et interpelle même le lecteur en le faisant participer, lui demandant comment il voit la finalité de l'histoire.

Clairement étonnant et particulièrement acéré, ce style m'a déroutée au début, pour finalement me charmer. En plus, à la fin du roman, un QR-Code permet d'obtenir un chapitre supplémentaire, qui donne une nouvelle fin à l'intrigue, pour ceux qui seraient trop déçu/horrifié/content de la première ! Bref, un roman et un auteur à découvrir !
« Tu me plais » est disponible sur
 

jeudi 16 janvier 2020

Lésions intimes

Merci aux Éditions Taurnada.

J'ai mis pas mal de temps à me lancer dans ce roman, et pourtant le résumé était très attrayant. Et en plus, cette maison d'édition a tendance à proposer des thrillers vraiment très tops, donc je ne vois pas trop ce que j'ai attendu pour le lire... Peut-être d'avoir du temps ?

Quoi qu'il en soit, j'ai beaucoup aimé ce texte, et pourtant il y a eu des passages assez difficiles concernant Nathalie, notre héroïne, capitaine de police et vraiment très badass dans son genre. De sombres secrets se cachent dans les prémisses de sa vie, et c'est au cours d'une enquête qu'ils se manifestent sous une forme plutôt improbable.

Tout au long du texte, je me suis interrogée sur ce qui avait bien pu se passer, mais aussi sur comment elle allait démêler les nœuds de cette affaire. Si au final en lisant le dénouement on réalise que c'est logique, pourtant au début on se demande de quoi il s'agit. En effet, on ne s'imagine pas que de telles choses, aussi énormes, aient pu être occultées si simplement.

Ce texte est vraiment très fort et nous offre une enquête bien conçue, très prenante et dont on a envie de vite connaître la fin. Mais une fois que c'est fini, comme d'habitude, on voudrait que ça ne soit pas encore fini ! Auteur à suivre !
« Lésions intimes » est disponible sur
 

mardi 14 janvier 2020

Digital way of life

Un petit mot sur cette courte nouvelle que nous offre Estelle Tharreau sur le site de son éditeur. Il s'agit d'une nouvelle issue d'un ensemble de petits textes dystopiques qu'elle a écrit en se basant sur des faits de la réalité qu'elle a imaginés dans le futur. Dans ce texte, on découvre ce qu'est l'hyperlexie.

Ce texte est magique. Il se passe dans un cabinet médical : une mère vient consulter pour son fils, à plusieurs moments de sa vie, et très vite on se rend compte qu'il y a un souci, que ce n'est pas le fils qui a un problème, mais plutôt tous les gens autour de lui. Il veut lire, connaît beaucoup de mots, à tel point que plus personne ne le comprend, et chacun veut le faire rentrer dans le moule.

Ce récit est complètement décalé et donne vraiment envie de découvrir plus de petits textes comme celui-ci. Basé sur l'ironie, il fait aussi comprendre que notre monde change, et pas forcément dans le meilleur sens. Il faut donc être bien vigilant à rester en dehors du moule décrit dans Pathologique.

Estelle Tharreau a récidivé avec une petite nouvelle gratuite sur son univers dystopique complètement décalé ! Cette fois, on se retrouve dans un monde où chacun prône la réalité virtuelle... ou virtualité réelle, tout dépend du degré de dépendance des différents personnages. Encore une fois, j'ai été captivée par l'histoire mise en place, et je déplore tellement que l'auteure n'ait pas décidé de développer chacun de ses personnages : il y avait tellement à faire ! Bon, et puis je suis gourmande, aussi !

Cette fois, la dystopie rejoint le thriller... voire même l'horreur. La gradation est telle qu'on est apeuré, puis effrayé, et enfin terrorisé par ce qu'il va advenir des personnages. Tout au moins de ceux qui survivent... car forcément, cette dystopie devient apocalyptique. Mais je ne vous en dis pas plus : lisez !


Encore une super nouvelle d'Estelle Tharreau. Cette fois-ci, elle s'attaque à la justice. Enfin, plutôt à une justice très particulière qui fait voter les jurés sur un programme qui calcule tout pour simplifier la vie des juges. Bien sûr, on voit très vite les dérives du système, et l'on comprend que cela va partir en vrille... et pas qu'un peu !

J'ai adoré la chute de cette nouvelle. Bizarrement, tout le long, je m'y attendais, mais sans toutefois oser y croire. Alors, forcément, à la fin, j'étais à la fois ravie et horrifiée. J'ai apprécié le texte du début à la fin, et je me suis demandé à plusieurs reprises où l'auteure allait chercher tout ça... et aussi, pourquoi ne développe-t-elle pas plus ses histoires ? Car, oui, c'est divertissant... mais moi, j'en veux plus !

dimanche 12 janvier 2020

Souffle de vie

Merci à Olivia Sunway.

J'avais adoré la trilogie Au nom de l'Harmonie de cette auteure, alors quand j'ai su qu'un spin-off arrivait, j'étais vraiment très enthousiaste. Replonger dans ce monde fantastique, avoir des nouvelles des personnages avec lesquels j'avais adoré passer du temps, cela annonçait un moment de plaisir. Et c'est ce que j'ai eu.

Dès le début, j'étais dans l'histoire. Peut-être est-ce parce que j'étais très enthousiaste de retrouver cette histoire ? Non ! Car c'était juste génial. J'ai tout de suite adhéré au personnage de Vicky, qui d'emblée nous indique qu'elle a eu un coup de foudre et ne lâchera rien tant qu'elle n'aura pas eu Morgan. Mais c'est sans compter sur des événements pas vraiment ordinaires.

On découvre la vie de Vicky petit à petit, et j'avoue avoir eu quelques frayeurs pour elle. Son don n'est pas vraiment le plus simple à porter, et elle n'est pas aidée, car Alex (oui, vous avez bien lu !) est juste horrible avec elle... Heureusement, Nathan (oui, vous avez bien lu aussi !) remonte le niveau sur les quelques rares moments où on le voit.

Ce qui est cool, c'est que le spin-off parle vraiment de l'histoire de Vicky, de sa sœur et de Morgan, mais on a des petites références à Mélinda et son triangle amoureux, sans pour autant qu'il y ait de grosses interactions à ce niveau. Cela reste secondaire, et qu'on ait lu ou pas la première trilogie, finalement, cela importe peu. Et puis cela fait du bien de les revoir, même si c'est de loin.

En bref, cette nouvelle histoire a tout pour me plaire. Elle est intéressante, on veut voir comment Vicky va s'en sortir, on a des petits clins d'œil à la trilogie d'origine... et on a un cliffhanger de malade qui donne envie de lire la suite, tout de suite. Oups ?
« Souffle de vie » est disponible sur
 

vendredi 10 janvier 2020

Ma maman est gendarme

Merci à Nats Éditions.

Après Mon papa est gendarme, c'est au tour des mamans gendarmes d'être mises à l'honneur chez Nats Éditions. Les auteurs ont eu bien raison de continuer sur leur lancée tant ce petit album est sympa.

Tout comme le premier opus, j'ai beaucoup aimé la description de la vie de gendarme, sans compter qu'ici il s'agit d'une maman, donc les implications pour l'enfant sont un peu différentes. Les mamans héroïnes, ça existe aussi, et ça permet de montrer aux enfants que c'est bien aussi, même si parfois c'est difficile.

Les illustrations sont sympathiques et bien mises en avant par une mise en page un peu particulière, qui m'a assez plu. En bref, voici encore un petit album éducatif qui fait du bien à lire !
« Ma maman est gendarme » est disponible sur
 

mercredi 8 janvier 2020

Siobhan, fille d'Odin


Merci à Angélique Malakh.

Après avoir beaucoup aimé l'univers particulier de l'auteur dans La prophétie de l'Union, je suis très contente de retrouver ce monde particulier dans ce tome 0 de Siobhan, fille d'Odin. Cette fois, il s'agit d'un autre aspect qui nous est présenté, avec d'autres personnages et une autre partie de la mythologie si propre à l'auteur.

Nous est présentée dans ces quelques pages Siobhan, une jeune femme amnésique que l'on surnomme le Fléau. Prête à tout pour venger sa mère, elle est devenue une sorte de mercenaire qui laisse beaucoup de morts derrière elle. Sa méthode de meurtre nous est d'ailleurs présentée lors de l'exécution d'un contrat : Siobhan donne de sa personne, jusqu'au bout, pour arriver à ses fins.

L'histoire est crédible, et j'avoue que j'en attends plus. Cette nouvelle est une mise en bouche, et j'espère pouvoir découvrir la suite assez rapidement pour me faire une idée plus précise de l'intrigue et découvrir un peu mieux ce personnage au caractère fort.

Toutefois, là où j'ai pu voir une évolution, c'est dans le style. Ce livre est plus mature que dans le dernier texte que j'avais lu de l'auteur. Plus affirmée, l'auteur va droit au but et nous met en condition très rapidement. J'ai bien apprécié de pouvoir lire un texte aussi bien construit ! En bref, une nouvelle aventure commence !


Merci à Angélique Malakh.

J'ai découvert cette saga grâce au tome 0 de la saga, nous présentant de manière très efficace Siobhan, cette fille d'Odin qui ne reculera devant rien pour venger sa mère. Forcément, dans ce premier tome, j'attendais d'en savoir plus sur ce personnage, avec une mise en place à la hauteur d'un premier tome dont l'histoire nous promettait déjà quelques bons moments !

Je ne suis pas déçue par ma lecture. Siobhan se révèle bien plus complexe que ne le laissait supposer la préquelle, et elle confirme par contre être un personnage qui fera tout pour arriver à ses fins. Et elle aura bien à faire pour s'incruster parmi ses cibles et se faire respecter dans le coin.

L'histoire est dans la continuité de ce qui avait été introduit dans la nouvelle, et finalement on n'a peu de surprises de ce côté-là, si ce n'est pour les détails et les conditions dans lesquels se retrouvent Siobhan. J'ai suivi avec grand plaisir ses péripéties, et j'avoue avoir eu très peur sur les derniers chapitres. Cela ne pouvait pas s'arrêter ainsi !

Je ne lis que peu de bit-lit en ce moment, mais j'ai beaucoup apprécié de redécouvrir l'univers d'Angélique Malakh. J'ai maintenant très hâte de pouvoir lire la suite de cette série !
 
« L'arrivée du fléau » est disponible sur
 
« Dissonance » est disponible sur
 

lundi 6 janvier 2020

Les folles nuits d'Albert Duqueyrois

Merci à Nats Éditions.

Souvent, chez cet éditeur, nous avons droit à des histoires portant sur l'histoire, et c'est vraiment super sympa. Avec ce titre, on y plonge la tête la première... tout comme Albert.

Le petit a peur de son prof d'histoire et n'ose plus participer en classe... jusqu'à ce qu'il commence à faire des voyages dans le temps et qu'il se retrouve à devoir vivre des aventures toutes plus folles les unes que les autres, en incarnant des personnages vivant dans ces différentes périodes. Il y a des situations bien comiques, d'ailleurs !

Concernant les illustrations, je les trouve jolies mais un peu tristes au niveau des couleurs. J'aime le côté vif qui rappelle le dynamisme de la jeunesse, et là l'illustrateur a plutôt pris le parti d'utiliser des couleurs un peu « vieillies »... pour nous rappeler l'histoire peut-être justement ?

En tout cas, ce fut un moment de lecture agréable, et ce titre permet de bien passer un bon moment tout en voyageant littéralement dans le temps... N'hésitez pas !
« Les folles nuits d'Albert Duqueyrois » est disponible sur

Articles tendances