mardi 12 juin 2018

Josey Kowalsky


Merci à Taurnada Éditions.

J’ai lu des avis divers sur ce titre de Mehdy Brunet. D’aucuns disaient qu’il était excellent, palpitant ; d’autres, plus proches de moi, me disaient avoir été déçues. Je pense que ces dernières en attendaient trop de ce texte, que j’ai pour ma part beaucoup aimé. Il faut dire que j’ai lu le résumé il y a très longtemps et qu’il patientait dans ma liseuse, depuis un moment, attendant le bon moment pour être lu. Comme quoi cela paie d’attendre !

Dès le prologue, le ton est donné. Je m’attendais à une histoire un peu moins vengeresse, et un peu plus « du bon côté de la barrière », mais finalement c’est une très bonne chose, car c’est original. Seul souci, nous savons dès la première page que la femme et la fille de Josey n’ont pas survécu à leurs ravisseurs – et ne me parlez pas du résumé, je les oublie systématiquement après avoir pensé « je veux lire ce livre » ! Par chance, nous ne savons pas comment elles sont mortes. Pas encore.

Mais nous le savons très vite, car Sans raison... se dévore. J’ai tourné les pages tellement vite que j’ai fini ce roman bien plus rapidement que je l’avais imaginé. Entre action, rebondissements, vidéos sordides et la vengeance du clan Kowalsky, on n’a pas de quoi s’ennuyer. Les personnages sont à peu près justes, et j’ai trouvé Josey assez convaincant dans son rôle de père/époux vengeur, même s’il était par moment très peu réfléchi et assez brut. Mettons ça sur son choc post-traumatique. Et comme son père est, lui, plus sensible et sensé, du coup cela contre-balance un peu.

Par contre, côté suspense, on n’est pas encore trop servi. On apprenait les choses un peu trop rapidement à mon goût, hormis pour la raison de ce massacre. Celle-ci n’arrive que très tard, dans l’épilogue. Par contre, elle est peu développée, car en quelques pages toutes les informations nous sont divulguées de manière assez brute… et sur le coup j’ai eu une réaction tellement bizarre : « tout ça pour ça ? ». Ce n’était pas vraiment de la déception, mais avec ce qu’il s’est passé dans ce roman, je m’attendais à quelque chose de bien plus énorme !

Néanmoins, hormis ce petit bémol sur l’épilogue, j’ai vraiment beaucoup aimé cette histoire, qui m’a apporté un peu d’air frais dans une période de lecture de thrillers assez… chaotique. Une histoire que je recommande vraiment, et qui en plus se lit vite !


Merci à Taurnada Éditions.

Je ne devais pas avoir les yeux en face des trous à la lecture du résumé. Je n'avais absolument pas réalisé que l'on parlait des personnages de Sans raison, que ce texte était une suite à ce livre que j'avais beaucoup aimé. Du coup, en commençant ma lecture, je m'interrogeais. Je me disais que je connaissais ces noms, ces attitudes, de quoi parlait l'auteur. Et ça a fait tilt ! Je retrouvais Kowalski et Ackerman. Quelle bonne nouvelle !

Comme pour le premier tome, on entre directement dans le vif du sujet, et l'histoire est un peu différente, plus classique. Bien sûr, on a besoin de Kowalski car c'est une quête perdue, mais cette fois on espère que l'issue sera un peu moins noire. Car Ackerman l'a contacté pour retrouver son frère jumeau, qui a vraisemblablement été kidnappé.

Entre torture et mystères, ce tome nous en fait voir de toutes les couleurs, pour notre plus grand plaisir. Tantôt sombre, tantôt amusant, il met en avant la relation d'amitié naissante du flic et du fugitif, qui apprennent à se connaître et à s'apprécier un peu plus, lors de cette course effrénée pour la vie.

Le style est similaire au tome 1, mais agrémenté d'un peu plus d'expérience, toutefois en ai-je l'impression. Je n'ai pas vu de fausses notes, et si dans le premier tome, j'avais été un peu déçue par la finalité, ici je suis plutôt très contente. Une chose en particulier était évidente, mais j'ai quand même douté à un moment, et c'est bon signe, c'est que l'auteur brouille mieux les pistes. Et ça me plaît ! Du coup, je n'ai qu'une chose à ajouter : à quand la suite ?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles tendances