samedi 26 mai 2018

Alex Dueso


Quelle lecture, quel thème, quelle ambiance ! Alors, avant tout, sachez que je crie au coup de cœur intégral ! Ce livre m’a bluffée, et pourtant j’avais été en quelque sorte prévenue que j’allais m’attaquer à une bombe, mais je pensais qu’elle serait artisanale, et non nucléaire. Un roman incroyable qu’il faut absolument lire.

Pourquoi ? Deux raisons : la première, c’est parce qu’il est vrai. Il se passe en France, avec des flics qui doivent subir la pression d’en haut pour obtenir des résultats, la pression d’en bas car ils doivent supporter leurs enquêtes et le côté humain de celles-ci, la pression d’à côté avec des journalistes qui veulent tout savoir sur tout de leur activité, et qui en plus doivent aussi gérer leurs propres problèmes personnels. Avec tout ça, ils ont de quoi faire, les pauvres.

Ce titre m’avait été décrit comme « sans filtre ». C’est exactement ça. On observe la police dans ce qu’il y a de plus terrible. Même si cette division ne s’occupant que de crimes sexuels n’existe pas en France, on ressent quand même ce côté réaliste qui nous frappe de plein fouet et qui nous fait aimer ces flics qui donnent tout leur temps et leur santé pour tenter d’aider un peu quelques personnes, malgré toutes les barrières auxquelles ils doivent faire face.

Les personnages sont vrais, humains et on les plaint. On les comprend, on culpabilise de ne rien pouvoir faire pour les aider, et on les suit en les encourageant dans leurs tâches périlleuses. Je me suis sentie dans ce commissariat, avec eux, à investiguer pendant ces longs mois d’enquête vaine et hasardeuse.

La seconde raison qui doit vous pousser à lire ce livre, c’est qu’il est original. Il vous propose une enquête de viols pas comme les autres, où les victimes sont des hommes, et qui sont apparemment choisis au hasard. Rien que pour avoir osé nous proposer cette thématique, l’auteur mérite d’être lue ! Elle sort en effet des sentiers battus et nous offre une histoire inédite, originale, avec des personnages qui ont une personnalité, des secrets, des envies, des désespoirs.

Cette lecture, je m’en souviendrai longtemps. Elle n’est pas banale, et je comprends que toutes les chroniques que j’ai lues jusqu’à présent aient été aussi positives et enthousiastes. Je rejoins le lot et j’espère que vous déciderez de lire cette merveille aussi !


Quelle surprise ! J'ignorais, avant de découvrir le résumé du nouveau roman de Louise Mey, qu'elle avait prévu de faire une suite aux Ravagé(e)s. Ce fut donc une excellente surprise, car je savais que ça allait me plaire de replonger dans cet univers réaliste et très pessimiste.

Souvenez-vous, j'avais eu un coup de cœur pour le premier tome, car j'avais aimé cette atmosphère réellement particulière et l'inventivité dont avait fait preuve l'auteur pour nous scotcher à notre lecture. Cette fois, j'ai eu cette même ambiance, qui m'a un peu désarçonnée : il faut le faire, pour lire et surtout aimer du très pessimiste, on ressent vraiment tous les personnages à fleur de peau. C'est très spécial, hein !

Mais cela me donne l'impression que c'est la vraie vie, que l'auteur ne cherche pas à nous embrouiller ou nous arnaquer. Elle nous livre sa plume, ses émotions, et nous fait rentrer dans son récit, je dirai presque de manière très intime. Et retrouver Alex, dans cet état, m'a fait plaisir, mais m'a également rendue triste pour elle. Quelle vie !

L'histoire, quant à elle, m'a bien plu. Je ne vais pas mentir, sur le début du texte, je ne voyais pas trop où on allait. En effet, l'auteur relate le quotidien de la brigade, alors évidemment on a droit à tout un tas d'affaires sordides. Les flics ne se contentent pas de travailler sur un cas à la fois, car les criminels n'attendent pas qu'on ait fini une enquête pour commettre leurs méfaits... Cela ajoute au réalisme et nous donne la mesure de l'horreur que peuvent vivre ces policiers qui ne lâchent rien et tentent de faire au mieux avec pas grand-chose.

L'histoire est solide et est teintée d'un peu d'espoir. On se dit que de résoudre un cas de plus permet de se faire du bien et de se dire que parfois les choses peuvent s'améliorer un peu. Et cette fois, cette affaire permettait vraiment de se le dire, car il s'agissait de harcèlement. Au début, pas d'agression. Alors, peut-être que, cette fois, cela se passerait mieux... Détrompez-vous, cela va de mal en pis, et la fin m'a juste laissée comme deux ronds de flan. Je comprends la réaction d'Alex, vraiment !

En bref, c'est encore une fois un roman que j'ai adoré. Cette atmosphère me plaît énormément, et j'espère que l'auteur se décidera à faire de nouveaux tomes concernant cette brigade bien particulière. Pas trop souvent pour ne pas nous démoraliser trop... mais vite quand même, hein !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles tendances