dimanche 22 octobre 2017

Passeurs


Merci à Nats Éditions.

Nooooon ! Mais non, comment peux-tu nous faire ça, Lucille, quelle fin ?! ce n’est pas possible !! La suite, vite maintenant ! Arghhhh, je me meurs !!! Hum, oui pardon, je me laisse un peu trop aller. Et puis commencer par la fin, ce n’est jamais une bonne idée. Retour en arrière. La découverte de Passeurs est une véritable surprise explosive et hallucinante. Quand vous lisez ce résumé, vous avez une idée de ce qu'il va se passer, mais vous ne pouvez pas imaginer l'ampleur de ce à quoi vous allez être confrontés ! Et c’est une bonne chose car votre étonnement n’en sera que meilleur !

Imaginez un monde… Oui, non je ne vous ferai pas le coup. Il faut que vous lisiez ce roman pour le découvrir, ce monde, car vous ne pouvez pas vous le figurer. Par contre, je peux vous donner quelques indices. Un groupe de Passeurs, des Oracles, un guépard qui parle et qui s’appelle Tan et qui passe son temps à taquiner notre héros, Jeff, des grenouilles qui se baladent dans les rues. Cela vous donne à peu près la mesure de la folie de l’auteur de Passeurs.

Ajoutez à cela une imagination débordante et sans limite, et vous vous retrouvez avec un livre explosif. D’ailleurs, je pense qu’il faudrait bien surveiller le roman, car il pourrait bien nous exploser à la figure si l’on ne fait pas attention. L’histoire est extrêmement bien menée, et le héros est tout à fait crédible. Il découvre un monde qui n’est pas le sien et commet toutes les erreurs possibles et inimaginables. Bien sûr, c’est pour se rendre utile, donc on lui pardonne, mais cela le rend tellement sympathique ! J’ai également un petit coup de cœur pour Tan (ah ! mince, je l’ai déjà dit) et Lyune. D’ailleurs, Lucille, toi et moi, va falloir qu’on ait une petite discussion !

Le style, enfin, est simple et direct. Parfois un peu trop simple, mais c’est tout ce qui fait l’efficacité du discours, et quand on sait qu’il s’agit d’un roman pour les jeunes, on comprend que l’auteur n’ait pas cherché à faire des fioritures. C’est d’ailleurs surprenant car un roman de fantasy n’est jamais si peu agrémenté de descriptions, et pourtant je l’ai vraiment trouvé typiquement « dans le moule », ce qui le rend accessible à tous. Même les réfractaires à ce genre pourront ainsi y trouver leur compte et apprécier pleinement cette intrigue atypique.

Et maintenant je peux en revenir à cette fin si sadique, cruelle, inhumaine, barbare, sanglante et insurmontable. Je veux la suite, Lucille, s’il te plaît, ne me fait pas languir plus longtemps, please, help me ! Aie pitié, le tome 2, là maintenant, viiiite !...


Merci à Nats Éditions.

Cette nouvelle lecture, je l’attendais avec énormément d’impatience !

Le tome 1 de Passeurs était explosif. J’avais découvert un nouveau monde de fantasy, plein d’humour et de rebondissement, mais aussi une façon originale de présenter la fantasy à un public plus large. Les codes étaient chamboulés pour que chacun puisse apprécier pleinement ce titre. Cette saga est juste parfaite pour moi, car elle m’a entraînée et j’avais ressenti une énorme frustration à la fin du tome 1, qui se termine de manière abominable.

La lecture de cette suite était donc plus qu’attendue, et je me suis régalée. Tellement que j’ai dévoré ce tome à une vitesse incroyable. Ou alors, c’est que le livre est bien trop court… Non, c’est ça, il est forcément trop court : je n’en ai jamais assez ! On retrouve donc Jeff quelques mois après les événements du tome 1. Quelques flashbacks nous renseignent sur les événements importants qui ont eu lieu, sans toutefois nous perdre dans une trop longue période intermédiaire.

Ce tome nous présente de nouveaux personnages (il vaut mieux, vu la manie de l’auteur a les… oups, je me tais !), et nous découvrons de nouvelles facettes de certains d’entre eux. Nous retrouvons également tous les personnages, et, pour certains, on parle au moins d’eux (forcément, vu que Lucille…) L’histoire est quant à elle intéressante et dans la continuité du premier tome, mais on sent que la dynamique est différente. Même si Jeff reste toujours très optimiste quant à son rôle à jouer (c’est Tan qui le dit !), on réalise vite qu’il n’est plus porté par les mêmes objectifs. L’évolution est là.

La fin du livre appelle quant à elle clairement un troisième tome. Et si j’ai été un peu moins choquée cette fois (mais quand même, t’es sérieuse, là, Lucille ?), elle est encore très difficile à supporter, et il est encore une fois insurmontable de lâcher cette histoire. Les prochains tomes devraient au moins faire trois mille pages, histoire que je puisse être suffisamment rassasiée de ce style explosif. Le message est passé ?!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles tendances