samedi 29 juillet 2017

Zoo

Auteur James Patterson, Michael Ledwidge
Titre Zoo
Année 2012
Genre Thriller
Pages 408p.

À Los Angeles, deux lions dévorent leur gardien. Dans l'État de New York, des chasseurs sont tués par des ours bruns. En Inde, un éléphant piétine à mort son cornac... Partout, les bêtes, sauvages et domestiques, se montrent brusquement d'une agressivité inouïe à l'encontre d'une espèce bien particulière : l'Homo sapiens. Seul le biologiste Jackson Oz a conscience de la menace : l'humanité court à sa perte. Bientôt la Terre ne sera plus qu'un vaste zoo sans cages, dont les animaux auront pris le contrôle.

Cela faisait longtemps que je voulais lire ce roman. Pour être honnête, c’est la série TV qui m’en a donné envie, car je l’avais trouvée assez bien faite. Alors, le livre ne pouvait que suivre, et je me disais que j’allais préférer.

Et pourtant, j’ai préféré la série, qui explore bien plus en profondeur la problématique. Dans le livre, on dirait que l’auteur ne fait que survoler certaines choses afin d’offrir une histoire le plus rapidement possible. Je trouve que tout est allé un peu vite, et le découpage y est pour quelque chose : si le début me semblait parfaitement coordonné avec la découverte d’une apocalypse en marche, la suite (après l’ellipse temporelle) m’a semblé un peu effleurée.

Mais n’allez pas croire que je n’ai pas aimé ! Au contraire, avec le recul, je me rends compte que l’histoire est juste différente de ce à quoi je m’attendais, et donc c’était inattendu. J’ai surtout aimé le début, avec ce voyage en Afrique, où les lions attaquaient Oz et où ce dernier a pu rencontrer Chloé. J’ai bien aimé l’ambiance entre ces deux-là dès les premières scènes en commun.

Oz est quand même particulier, comme mec. Entre son singe qui m’a fait mourir de rire (ou m’a rendue triste à certains moments…), son statut qui ne lui permet pas de démontrer au monde qu’une catastrophe arrive et son entêtement à prouver qu’il a raison, on se rend compte qu’il n’est pas banal, et qu’il est en mesure de faire quelque chose : prévenir les gens.

Toute cette phase de présentation du fléau, de la bataille d’Oz pour pouvoir avertir le grand public est ce que j’ai préféré. C’était sympa de voir des difficultés et une inconscience collective. Ce que j’ai moins aimé, c’est toute la partie où Oz se trouve en relation avec le gouvernement pour éradiquer le fléau. À chaque appel, j’avais l’impression qu’une catastrophe allait se produire et qu’on allait le faire taire. Et finalement, tout a coulé... Alors que ça aurait dû être l'anarchie ! Bon, j’avoue qu’il y avait quand même quelques rebondissements. Mais j’aurais aimé en avoir plus.

Ce que j’ai beaucoup apprécié, par contre, c’est cette fin ouverte. La solution est trouvée, mais prendront-ils tous la bonne décision ? J’aurais tendance à penser d’un point de vue réaliste que dans le monde de Zoo, nous serions perdus ! Mais ce n’est que mon avis !

Lu dans le cadre de

Lu dans le cadre de

4 commentaires:

  1. Un livre qui me tente, grâce à la série TV, comme toi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, tente le coup, mais attention, c'est différent ;)

      Supprimer
  2. J'ai aussi préféré la série, pour les mêmes raisons. Les premières scènes sont assez similaires mais c'est vrai que cette ellipse temporelle est dommage... Pour une fois que je n'aurai pas boudé 200 pages de plus ! :D

    RépondreSupprimer