mercredi 25 janvier 2017

Quand la nuit devient jour

Auteur Sophie Jomain
Titre Quand la nuit devient jour
Année 2016
Genre Drame, Contemporain
Pages 238p.

On m’a demandé un jour de définir ma douleur. Je sais dire ce que je ressens lorsque je m’enfonce une épine dans le pied, décrire l’échauffement d’une brûlure, parler des nœuds dans mon estomac quand j’ai trop mangé, de l’élancement lancinant d’une carie, mais je suis incapable d’expliquer ce qui me ronge de l’intérieur et qui me fait mal au-delà de toute souffrance que je connais déjà.
La dépression.
Ma faiblesse.
Le combat que je mène contre moi-même est sans fin, et personne n’est en mesure de m’aider. Dieu, la science, la médecine, même l’amour des miens a échoué. Ils m’ont perdue. Sans doute depuis le début.
J’ai vingt-neuf ans, je m’appelle Camille, je suis franco-belge, et je vais mourir dans trois mois.
Le 6 avril 2016.
Par euthanasie volontaire assistée.

Je vais être honnête, j’ai lu ce livre parce que je trouvais la couverture très jolie. Elle m’évoquait une histoire triste, mais porteuse d’espoir. Le résumé, lui, je viens de le découvrir… Je pense que je me serais aussi lancée en le lisant, car il est particulièrement surprenant, mais je suis bien contente d’avoir plongé dans l’histoire sans rien en savoir.

J’ai trouvé le premier chapitre très long. Il visait à poser les bases, et comme je ne savais pas ce que je lisais, je me demandais un peu dans quoi j’étais tombée. C’est la fin du premier chapitre qui m’a permis de réaliser l’énormité de cette histoire. Et ensuite j’ai compris que j’allais pleurer…

Du début au milieu du livre, c’est ma curiosité qui m’a portée. Très franchement, j’avais du mal à comprendre Camille car je n’ai jamais vécu, de près ou de loin, cette situation. La dépression à tendance suicidaire est un vrai inconnu, et j’ignore si le côté lisse de Camille est donc véridique ou non. Je suis partie du principe que oui, car l’auteur semble très documentée sur le sujet. J’ai été effarée d’imaginer que cette maladie puisse prendre de telle proportion. Mais malgré ça, je n’ai pas réussi à vraiment compatir pour Camille.

C’est le Dr Peeters qui m’a vraiment marquée. La vision qu’il a d’elle, sa présence, son comportement tout au long de sa présence au centre. Tous ces éléments m’ont touchée, et c’est par ses yeux à lui que j’étais triste, car c’était ses sentiments à lui qui m’ont interpellée. Je me suis demandé comment je pourrais agir, à sa place à lui. Il m’a tiré des larmes alors qu’il semblait tellement « au-dessus de ça », et j’avoue avoir été à la fois emballée et horrifiée à la conclusion. Pour lui, et, enfin, pour elle.

Ce texte était vraiment très beau et très triste à la fois : le style m’a portée et j’ai découvert au travers de ce drame des personnages complexes qui se débattent avec des événements qu’ils ne contrôlent pas toujours. Ce fut une lecture très particulière, mais que je ne regrette pas.

6 commentaires:

  1. Il a l'air trop beau et pourrait me plaire, il me plairait de le lire ! :D

    RépondreSupprimer
  2. Un roman que j'aimerai beaucoup lire. Il a l'air très touchant, ta chronique le confirme d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il est très touchant ! Lis-le, tu verras bien ;)

      Supprimer
  3. Wow quelle belle chronique tu nous a pondu là Merry !!! J'adore la plume de cette auteure, alors il va de soit que je veuille la découvrir mais tout comme toi, je ne connaissais rien de l,histoire avant de lire ton avis. Merci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hey, merci :-)
      Allez, lis-le, que je sache ce que tu en penses :p

      Supprimer