dimanche 5 juin 2016

Conversations avec mon chat

Auteur Eduardo Jáuregui
Titre Conversaciones con mi gato
Année 2016
Genre Contemporain, Humour
Pages 352p.

Sara a presque quarante ans et des tas de problèmes... jusqu'au jour où elle rencontre un chat qui parle. Chaque matin, Sara se réveille avec la nausée. Enceinte ? Impossible, cela fait bien trop longtemps que son compagnon ne l'a pas approchée. Surmenée ? Plus probable. D'ailleurs, le matin même où elle doit présenter un dossier important au travail, elle se met à avoir des hallucinations : Sybille, un drôle de chat abyssin, vient frapper à sa fenêtre et lui parle. Et pas pour dire n'importe quoi ! L'animal lui pose des questions étonnamment sensées : est-elle vraiment heureuse ? Qu'attend-elle de la vie ? La psychatnalyse commence !

Merci à Babelio et aux Éditions Presses de la Cité.

Cette lecture est une véritable bouffée d’oxygène. Et pourtant, je ne dis que rarement cela quand il s’agit de romans de ce type, dont la vocation est a priori de nous permettre de prendre conscience de nous-même, de notre corps, de notre moral et de notre santé. Souvent, je lis ce genre de texte et je prends conscience de certaines choses, mais cela ne me fait rien changer dans mon mode de vie, et une fois le roman terminé, c’est oublié.

Là, je peux vous dire que ce roman a eu un impact sur ma vie. Aussi incroyable que cela puisse paraître, il m’a appris à relativiser à mon travail : je suis sous l’eau et je dois faire en une journée le travail de deux jours ? Tant pis, je prends quand même une pause dehors sous le soleil pour penser à autre chose et revenir plus efficace. Avant, je mangeais devant mon ordi et avançais mon travail en me mettant toute seule la pression.

De même, je me suis remise à marcher, et à profiter de ce moment de calme, même si parfois, j’en profite pour lire encore plus. Et le soir, je profite d’être chez moi et j’oublie le travail. Comme c’est agréable de se dire que chaque jour, on a ces moments-là où l’on peut se poser. Il y a quelque temps, je vous aurais dit que c’était la course sans cesse, comme si j’avais oublié de penser à moi.

Ça ne fait jamais de mal de se faire plaisir : c’est un peu la morale que je retiens de ce texte, et c’est ce que j’essaie d’appliquer dès que possible. Tout ne tourne pas autour des obligations. Le plaisir, le sport, la lecture, les loisirs sont des moments importants dont il faut vraiment profiter car cela permet de se sentir mieux tout au long de la journée. Même mon sommeil s’en ressent, grâce à la marche !

Du coup, j’ai un peu digressé, et je ne vous ai pas beaucoup parlé du roman. Plutôt de sa portée. Et je pense que c’est important, car finalement c’est le message. Sybille, la chatte qui parle, et Sara ne sont que des acteurs qui doivent nous guider vers le cœur même du roman : ce message. Mais sachez quand même qu’humour et péripéties sont quand même au rendez-vous, et que l’histoire présentée est intéressante, intelligente, et nous fait passer un très bon moment !

2 commentaires:

  1. Je note, je note d'autant plus que tu sais que je suis dans un cheminement complètement différent de ma vie, un virage à presque 90°.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, note-le car ce titre pourrait effectivement te correspondre !

      Supprimer