mercredi 2 mars 2016

Yesterday's gone #1 – Le jour où le monde se réveilla désert

Auteur Sean Platt & David Wright
Titre Yesterday's gone
Année 2016
Genre Thriller, Science-Fiction
Pages 239p.

C'est à 2h15, en pleine nuit, que cela s'est produit. Mais ce n'est qu'au réveil qu'ils s'en sont rendu compte. Le monde déserté. Vidé de sa population. Famille, proches, voisins, tous ont disparu. Volatilisés. Ils ne sont qu'une poignée, disséminés à travers le pays...
Rencontrez Brent Foster, à la recherche de son fils et de sa femme dans un New York de cauchemar. Luca, le petit garçon qui suit son instinct, protégé par un étrange totem. Charlie qui a cru, l'espace d'un instant, que cette Terre déshumanisée serait un monde meilleur ou encore Boricio, le serial-killer qui va devoir trouver sa place entre les proies et les prédateurs...

Sans surprise, j’ai aimé. Ce titre a un résumé plus qu’alléchant, et les dystopies un peu apocalyptiques me plaisent en général énormément car elles ont cet avantage certain de me plonger dans un monde inimaginable, où tout est à découvrir et où tout est à refaire. Il n’y a, selon moi, pas de meilleurs moyens pour créer et entretenir le suspense. Encore faut-il que les explications soient crédibles, me direz-vous. Mais ici, pas de souci, c’est bien le cas !

Dans ce titre, le monde se réveille désert. Près de 99 % de la population a disparu mystérieusement à 2h15 et les quelques personnages survivants cherchent à découvrir où sont leurs proches, qui a survécu, comment survivre dans ce nouveau monde, où même la technologie semble faire défaut. Nous suivons donc plusieurs personnages qui ont chacun leurs appréhensions et leur appréciation du monde : du petit garçon qui suit l’arc-en-ciel en compagnie de son chien indien, au fugitif profitant de l’occasion pour se sauver, en passant par le père de famille tout ce qu’il y a de plus normal, nous avons de quoi découvrir des points de vue différents.

Toutefois, il y a un petit mais : cette quantité de personnages est difficile à appréhender. Je ne vais pas mentir : je me suis mélangée dans cet amas de protagonistes, et je suis bien incapable d’associer en un clin d’œil les noms avec les personnages. C’est plus souvent le contexte qui me permettait de me situer, et j’ai regretté, à un moment, de ne pas avoir pris de notes car j’étais un peu dans le flou.

Cet aspect un peu négatif est toutefois assez rapidement gommé, car finalement nous sommes pris dans l’histoire relativement facilement. Ce titre ne comporte en effet aucun temps mort, et à chaque chapitre (donc chaque personnage), il se passe quelque chose qui attire encore un peu plus notre attention. Le défaut obligeant à attendre parfois plusieurs chapitres pour savoir ce qu’il advient d’un personnage devient donc très vite une qualité transformant ce roman en un pages turner très efficace.

De plus, cette saga est une série à cliffhangers : chaque chapitre possède son petit cliffhanger, et chaque épisode se termine sur un cliffhanger qui nous pousse à lire l’épisode suivant. Ainsi, à la fin de ce tome 1 (composé des épisodes 1 et 2), nous avons deux gros cliffhangers (dont le premier est vite rassasié), mais aussi, heureusement, des réponses à nos questions ! Chose assez surprenante, car le principe est normalement de nous tenir en haleine, les auteurs ont ici décidé de nous laisser des indices, pour que l’on soit encore plus accro à l’histoire. Je ne sais pas si je vais remercier les auteurs de me mettre dans un tel état de stress… mais par contre, je peux vous dire que j’ai hâte de lire le tome 2… tout en redoutant les cliffhangers auxquels je vais encore devoir faire face !

Yesterday's gone
 

4 commentaires:

  1. On a un avis assez similaire ! :)
    Pareil j'ai dû attendre la bonne moitié de l'épisode 2 avant d'à peu près mémoriser qui était qui ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça me rassure de voir que je ne suis pas la seule dans ce cas :p En tout cas, vivement la suite !

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Il faut te laisser tenter, alors ! Il est génial :-)

      Supprimer