vendredi 11 mars 2016

L'assassin qui rêvait d'une place au Paradis

Jonas Jonasson
2016
L'Évangile selon Dédé
Après trente ans de prison, Johan Andersson, alias Dédé le Meurtrier, est enfin libre. Mais ses vieux démons le rattrapent vite : il s'associe à Per Persson, réceptionniste sans le sou, et à Johanna Kjellander, pasteur défroqué, pour monter une agence de châtiments corporels. Des criminels ont besoin d'un homme de main ? Dédé accourt ! Per et Johanna, eux, amassent les billets. Alors, le jour où Dédé découvre la Bible et renonce à la violence, ses deux acolytes décident de prendre les choses en main et de le détourner du droit chemin...

Un grand merci à la Masse Critique de Babelio et aux éditions Presses de la Cité.

Cela faisait un moment que j’entendais parler de Jonas Jonasson et de ses romans complètement loufoques et décalés. Du coup, lorsque la possibilité de découvrir cet auteur m’a été offerte, je l’ai saisie sans hésiter. Je ne regrette pas du tout, car je me suis amusée comme une petite folle lors de cette lecture.

Alors, il faut quand même avouer que c’est un univers particulièrement déjanté et que, tout de suite, j’ai compris qu’il fallait envisager les choses aux douzième, voire… soixante-dix-huitième degré ! Sincèrement, qui pourrait penser qu’un Dédé le Meurtrier soit aussi bête pour se faire arnaquer dans une entreprise de cassage de bras, puis comme prédicateur d’une église, pour finir ensuite comme Père Noël donateur ? Vous, oui ? Pourquoi pas !

Ce livre regroupe tout ce que l’on peut souhaiter avoir : de la folie, de l’humour et une bonne dose de je-m’en-foutisme qui permet de sourire, s’évader, et se sentir bien. Si vous lisez ce livre, vous n’y croyez pas, mais vous êtes heureux de voir la bêtise de ces personnages auxquels vous finissez fatalement par vous attacher. Je l’aime bien le petit Dédé, qui veut arrêter de faire du mal aux gens et donner tous ses sous à la Croix Rouge. Si ce n’est pas un message de paix, ça, c’est quoi ?

Le style est déluré, l’histoire tellement grosse qu’on pourrait crier au scandale et à la supercherie, mais c’est un excellent moment que j’ai passé en compagnie de Dédé, Per et Johanna. Même si cette dernière, je l’ai trouvée bien pire que Dédé. Niveau moralité, zéro pointé. Mais bon, on lui pardonne car c’est un peu grâce à elle que toute cette folie a pu être lancée ! Bref, un bon moment. Foncez !

En partenariat avec


1 commentaire:

  1. Quelle santé, Merry ! Pour ta peine, un petit poème pour t'encourager:

    Battements


    Le vent
    Lèche les volets d’osier
    La nuit
    Résonne comme un tambour
    Ô voile flûté
    Quel souffle a frôlé
    Mon âme ?

    Le vent
    Fruit du péché
    A sans nul doute
    Cette nuit
    Affalé les grands arbres
    Ceux que j’aimais

    Bourrasques trempées
    Telles des larmes versées
    Le vent a pourchassé
    Jusqu’au milieu
    De cette nuit sourde
    Mes plus intimes pensées

    Brice (http://brice-milan.jimdo.com/poesies/)

    RépondreSupprimer