dimanche 7 février 2016

Tu me plais

Jacques Expert
2015
Quand, par une succession de hasards, Vincent se retrouve assis face à Stéphanie sur la ligne 1 du métro parisien, la scène a tout d’une belle rencontre. La jeune femme tombe immédiatement sous son charme ; lui, semble fasciné par le galbe et la finesse de son cou. Mais ce coup de foudre pourrait bien se révéler fatal... Car, sous ses airs enjôleurs, Vincent dissimule de terrifiantes pulsions. Hasard de l’existence ou force du destin, comment sauver Stéphanie des griffes de ce funeste séducteur ?

Voici un titre étrange qu'il m'a été donné de lire. Ma sœur ayant bien aimé ce court récit, elle me l'a laissé pour que je l'engloutisse en peu de temps. Dommage, d'ailleurs, qu'il ne soit pas plus long !

La mise en place du récit est faite dans une rame de je ne sais plus quelle ligne du métro parisien, et les trois quarts des événements se déroulent dans ce même lieu. Deux personnages y sont mis en évidence, et l'on apprend peu à peu à les connaître via des flashbacks de moments clefs de leur vie.

Il faut attendre environ le quart du roman pour réaliser l'étendue de l'horreur de la situation présentée. À partir de là, tout s'enchaîne sans le moindre temps mort et on frissonne pour savoir ce qu'il va advenir !

Il faut savoir, tout de même, que le style est particulièrement atypique. L'auteur est très descriptif, et même si le terme n'est pas le bon, je dirai presque "classique". Le narrateur omniscient passe d'un point de vue à l'autre, relatant tous les petits détails qui ont mené à ce moment précis, et interpelle même le lecteur en le faisant participer, lui demandant comment il voit la finalité de l'histoire.

Clairement étonnant et particulièrement acéré, ce style m'a déroutée au début, pour finalement me charmer. En plus, à la fin du roman, un QR-Code permet d'obtenir un chapitre supplémentaire, qui donne une nouvelle fin à l'intrigue, pour ceux qui seraient trop déçu/horrifié/content de la première ! Bref, un roman et un auteur à découvrir !

2 commentaires: