vendredi 5 février 2016

Ta façon d'être au monde

Camille Anseaume
2016
Elles sont amies d’enfance. L’une est inquiète, rêveuse, introvertie ; l’autre est souriante, joyeuse, lumineuse. Ensemble, elles grandissent, découvrent la vie, l’amour. Jusqu’à ce qu’un drame bouleverse le monde qu’elles se sont bâti... Un roman poignant sur l’amitié, le deuil, et sur ce point de bascule irréversible qui sonne la fin de l’insouciance.

Un énorme merci à Fanny et à Kero pour ce partenariat et cette confiance renouvelée.

Je ne savais pas que ce titre allait sortir, et à vrai dire, c'est un autre titre que je visais ce mois-ci chez Kero. Mais quand j'ai vu cette couverture si épurée et ce résumé si accrocheur, je n'ai pas pu résister. Le pire, c'est qu'il fut ma première lecture des trois titres que j'ai reçus cette fois-ci, tant j'étais impatiente de me plonger dans cet univers et de découvrir cette auteur, que j'espère pouvoir relire !

Il n'y a pas à dire, le dépaysement avec mes lectures habituelles a été total. L'auteur m'a complètement entraînée dans son histoire, en présentant une intrigue intrigante, triste et accrocheuse à la fois. Découpé en deux parties, ce texte présente les deux pans de la vie de Justine : son enfance et son adolescence, en somme sa vie avant, puis ensuite sa reconstruction, sa vie après.

Tout est centré autour de cet événement et les deux parties du roman sont bien distinguées. La belle vie, l'insouciance au début, l'incompréhension par rapport à cette vie qui coule comme un fleuve tranquille. Puis ensuite, le drame, cette façon de se dire qu'on s'y attendait, que tout ne pouvait pas être tout rose, que quelque chose allait forcément arriver.

Cette construction m'a séduite au plus haut point et m'a portée. Je n'ai pas pu lâcher mon roman des mains tant il m'a captivée. Pourtant, ce texte a quelques défauts. On ne nomme Justine que très tard, et le fait que sa meilleure amie soit aussi présente dans l'histoire a parfois créé des confusions entre ce tu et ce elle. Le point de vue utilisait me perdait de temps en temps, mais la fluidité du texte me permettait de ne pas m'arrêter sur ce détail, et de continuer.

Les personnages sont justes et tellement agréables à suivre... Des amis prêts à tout pour vous soutenir, des personnes qui sont là, car il faut être là, qui disent ce qu'il faut, quand il faut, alors que pour tous, cette situation est complètement irréelle, fatale, terrible. Mais, alors que j'adorais ce titre, je me suis dit qu'il était impossible que je l'en aime encore plus. Pourtant, je me suis retrouvée bouche bée en lisant ce final auquel je ne m'attendais pas. Une fin absolument parfaite !

En partenariat avec


4 commentaires: