dimanche 14 février 2016

Belle et Sébastien

Nicolas Vanier
2013
Cinquante ans après le feuilleton télévisé qui a passionné la France entière toutes générations confondues, Nicolas Vanier nous offre une version flamboyante de Belle et Sébastien, l’histoire d’amitié entre un orphelin et sa chienne des Pyrénées, au cœur de la Deuxième Guerre mondiale. Un monstre sanguinaire rôde dans les montagnes et tue les moutons. Le village entier cherche à l’abattre. Tous, sauf Sébastien, un gamin sauvage qui a grandi sous l’ombre des montagnes. Autour de lui, César, son grand-père taciturne, Angelina, sa sœur d’adoption, et Guillaume, le jeune médecin du village, tentent de vivre malgré l’occupation allemande et d’échapper à la surveillance malveillante du lieutenant Peter Braun. Quand, le soir de noël 1943, Guillaume, blessé, ne peut rejoindre la famille juive qui l’attend sur les hauteurs pour passer la frontière, c’est Angelina, Sébastien et Belle qui, au péril de leur vie, assurent le passage des fugitifs vers la liberté. C’est la rencontre d’un enfant solitaire et d’un chien sauvage. C’est l’histoire d’une amitié indéfectible au cœur de la Deuxième Guerre mondiale. C’est l’odyssée d’un garçon à la recherche de sa mère, d’un vieil homme à la recherche de son passé, d’un résistant à la recherche de l’amour, d’une jeune femme en quête d’aventures, d’un lieutenant allemand à la recherche du pardon. C’est la vie de Belle et Sébastien.

Voici un titre que je n’aurais jamais cru lire. Je connaissais l’histoire de Belle et Sébastien surtout par des « on dit », des « oh dans cette histoire, en fait, je te raconte… ». Un jour, j’ai vu le film de Nicolas Vanier. Et j’en suis restée scotchée. Je ne connais pas la série originale, mais ce film m’a plu. Il était simple, beau, avec des images absolument incroyables et un message magnifique. Alors, quand je suis tombée sur ce livre, je n’ai pas hésité.

Pour ceux qui voudraient une histoire un peu différente du film, passez votre chemin. L’histoire est la même, mais ajoute des descriptions des sentiments et humeurs des personnages, ces petits trucs qui passent plus ou moins bien à l’écran, selon le sentiment du téléspectateur. On va plus en profondeur, mais les dialogues sont, de mémoire, sensiblement les mêmes. Je me suis régalée de me replonger dans cette histoire, avec la plume agréable de l’auteur, qui nous fait passer d’un événement à l’autre si agréablement.

Je n’ai rien à critiquer au niveau du style : il va au but et est assez descriptif. Je n’ai rien à dire au niveau des personnages, qui sont tous très bien calibrés, mais en même temps déjà connus. Ce livre est en somme superbe, mais il y a une chose qu’il n’a pas pu retranscrire : les magnifiques images de la montagne enneigée (ou non), de Belle… Le livre et le film étant équivalents pour tout, sauf pour ça, si vous avez l’occasion de choisir entre lire le livre et regarder le film, une fois n’est pas coutume, je conseillerai plutôt de regarder le film. Parfois, il ne sert à rien d’imaginer quand la nature est si belle en réalité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire