lundi 25 janvier 2016

La Forêt des Murmures

Aurélie Genêt
2016
Tout était sombre.
La forêt n'était plus que noirceur, tel un soir d'été quand un orage violent va s'abattre. D'ailleurs, le bruit qui se dégageait des feuillages agités malgré l'absence de vent assourdissait plus qu'un grondement de tonnerre continu.
Au milieu de cette obscurité surgissaient de partout des rubans d'or éthérés. Ils s'enroulaient autour des troncs, se détendaient, se tordaient en tous sens, laissant dans leur sillage des gerbes étincelantes.


Tout d'abord, je souhaite remercier Nats Éditions, pour m'avoir permis de découvrir ce titre en avant-première.

Je vais être honnête, le résumé ne me parlait pas du tout. Je ne voyais pas de quoi pouvait traiter cet ouvrage en le lisant, et c'est surtout la couverture qui m'a tentée : une histoire avec des licornes, c'est suffisamment rare pour être parcourue ! Après l'avoir lu, plusieurs choses me viennent en tête : pas assez de licornes, un style particulier qui m'a fait tiquer, une histoire incroyable, une intrigue entraînante. Je sais, c'est un peu le bazar dans mon cerveau...

Commençons par le genre : nous sommes ici dans un roman de fantasy, plus proche de la dark fantasy que de la fantasy jeunesse, tout au moins dans le style. Le contexte et le monde présenté ne sont pas sadiques comme dans Noire neige, par exemple, mais présentent clairement tous les codes de la fantasy, dans leur côté imaginaire, irréel et médiéval. De plus, nous sommes dans un monde à l'allure moyenâgeuse assez intriguant. En plus, le roman introduit cet aspect de phrasé particulièrement alambiqué – et dont je ne suis clairement pas fan – qui ne laisse aucun doute sur le genre.

J'ai été embarquée assez rapidement dans l'histoire d'Amadis. Du suspense et du mystère sont mis en place dès le départ de sorte à nous intriguer et nous faire nous questionner sur le personnage : qui est-il ? Car tout tourne autour de cette interrogation, qui est le nœud de l'affaire et le fil directeur de l'histoire. Amadis, le jeune campagnard, qui se découvre une filiation noble, et doit découvrir comment se comporter à la cour.

Nouvellement gentilhomme, il réalise que rien n'est simple, que la politique est affaire de tous, et qu'il doit vite s'adapter pour parvenir à ses fins. Il en oublie d'ailleurs bien vite les personnages du début (malgré quelques petites évocations) pour se mêler des affaires de François et ses cousins. Même si j'aurais aimé un peu plus de magie dans cette histoire, j'ai été conquise par les problématiques qui y sont présentées, et par les personnages magiques, inédits et particulièrement originaux.

En bref, La Forêt des Murmures est un titre assez particulier qui plaira à tout fan de fantasy. Toutefois, le style un peu trop travaillé de ce texte gênera sûrement les plus jeunes ou les lecteurs "pour le plaisir", qui se lasseront de décortiquer les phrases pour en comprendre le sens, au détriment de la fluidité du texte. Pour ma part, j'ai choisi de me concentrer sur l'intrigue, les complots et les valeurs humaines défendues, et cela me plaît !

En partenariat avec


4 commentaires:

  1. Il a l'air pas mal mais je ne sais pas si le style me plairait :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça peut faire mal, oui... Je n'ai pas spécialement apprécié, et pourtant j'aime la fantasy. Mais trop, c'est trop... :(

      Supprimer
  2. Je viens également de le finir et le style m'a beaucoup déranger, je le trouve pompeux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est le mot ! Pourtant, l'histoire est bien :-)

      Supprimer