vendredi 9 octobre 2015

A kiss in the dark

Cat Clarke
2014
Lorsqu'Alex et Kate se rencontrent, l'attirance est immédiate.
Il a de l'humour, un beau visage et un brin de timidité : tout ce que Kate recherche chez un petit ami.
Elle est jolie, craquante, avec un irrésistible soupçon de naïveté : Alex ne peut résister à son charme.
L'un des deux cache pourtant un lourd secret qui va non seulement peser sur leur amour naissant, mais aussi menacer leur vie...

Cat Clarke est un auteur que j'ai découvert il y a quelque temps déjà, et ouvrir un de ces romans correspond toujours à la promesse de se prendre une claque gigantesque. Les thèmes qu'elle traite sont toujours très forts, et très bien mis en place, avec une émotion à fleur de peau. Ça a aussi été le cas dans ce roman, mais c'est clairement le moins bon de ceux que j'ai lus.

Première raison : ce résumé... Pourquoi vouloir cacher le secret alors que celui-ci nous est révélé à la fin du chapitre 2 ? C'est un non-secret, et finalement le fait de savoir donne encore plus envie de découvrir l'histoire. Car ce n'est pas du mystère qui vous attend dans ce roman, mais plutôt l'oppression de savoir si les personnages vont savoir aller au bout, s'ils vont finalement arrêter de mentir et ouvrir les yeux ! Alors, si vous avez peur du spoiler, ne lisez pas plus bas...

La deuxième raison qui me fait dire que ce roman est moins bon que les précédents : Alex. Ce personnage est insupportable de niaiserie et de stupidité. Je ne la comprends pas. Elle n'a aucune once de courage en elle et laisse les choses se faire : Kate pense qu'elle est un garçon, alors elle fait tout pour qu'elle y croit. Non mais, dans quel monde vit-elle ? Celui des Bisounours ? Je peux comprendre qu'un manque affectif peut pousser à l'extrême les idées des gens, mais je n'y ai pas cru une seconde. Son personnage est aussi peu crédible qu'elle est intéressante.

Par contre, Kate, c'est une autre histoire ! J'ai adoré sa réaction, et je me suis surprise moi-même à lui trouver des excuses, et à la prendre en pitié... jusqu'à ce qu'elle se venge. Bien sûr, elle s'est laissé entraîner elle aussi dans les mensonges, mais le personnage était crédible, et même si je ne cautionne pas du tout son attitude, je la comprends mieux. Du coup, la seconde partie du roman a été plus agréable à lire, et plus intéressante également.

Moins d'Alex, plus de Kate. Et une fin qui m'a surprise et que j'ai beaucoup aimé, car elle ne ressemble à aucune des fins des livres de Cat Clarke.

4 commentaires: