jeudi 16 juillet 2015

L'antichambre des souvenirs - Livre II

Iman Eyitayo
2015
Lorsqu’on m’a annoncé que j’allais devoir revivre cinq moments de ma vie avant que mon sort ne soit décidé, j’ai pris peur, mais motivée par la volonté de retrouver mon mari, j’ai foncé.
Depuis, aussi difficile que cela ait pu être, j’ai traversé mes souvenirs un à un, sans relâche. Quitter l’Antichambre est devenu ma seule ambition, mon salut. Je ne m’attendais pas à faire une découverte déstabilisante en chemin…

Avant tout je souhaite remercier Iman Eyitayo, l’auteur, pour m’avoir permis d’enfin découvrir la fin des aventures de Dana. Il était temps !

Ceci est le livre II, et vous n’imaginez pas à quel point j’avais pu être frustrée à la fin du premier tome. Comment un auteur peut-il être aussi sadique et nous laisser en plan, comme ça, avec une bombe atomique et nucléaire qui explose tout sur son passage ? Non, non et non. C’était trop dur, invivable, intenable. Alors cette suite, je l’attendais de pied ferme, et j’avais la volonté d’être très sévère pour me venger.

Mais comment être sévère alors que ce que j’y ai lu m’a autant plu ? L’histoire a repris exactement où l’intrigue s’était arrêtée, et j’ai donc tout de suite été replongée dans le bain. Pas de temps mort, on retrouve Dana immédiatement et on la suit dans sa visite de sa vie passée. Peu d’étapes doivent encore être franchies, et on sent clairement la tension de l’héroïne.

Le style est toujours aussi agréable et l’histoire intéressante, même si j’ai senti comme une petite différence avec le livre I. Peut-être est-ce dû à ma mémoire imprécise, mais j’avais l’impression que le voyage dans les souvenirs était traité un peu différemment au niveau de la focalisation. En soit, ce n’est pas négatif, si ce n’est que j’ai perdu un peu de continuité, et encore, ce n’est peut-être qu’une impression.

J’ai d’ailleurs vite oublié ce fait en parcourant le roman : il est difficile de se focaliser sur autre chose que nos personnages, pour qui nous tremblons énormément. L’auteur sait jouer avec nos nerfs et nous offre une conclusion incroyable. Je ne pensais pas qu’elle aurait osé, et qu’elle parviendrait en même temps à nous triturer les méninges pour nous perdre dans son imagination. J’ai été vraiment atterrée de voir quel final elle a pu nous réserver.

J’avais été frustrée à la fin de ma lecture du livre I, et là je suis conquise. Mais je vais répéter ce que j’ai dit et pensé souvent en lisant ces romans : cette histoire est un tout absolument parfait. Les couper en deux était à mon avis une erreur, car hormis créer de la frustration, cela n’a pas apporté grand-chose. Il n’y a pas d’augmentation d’intensité dans le tome 2, on en reste au même plan, or une coupure laissait présager une suite bien plus forte en émotions que le début. Et puis, c’est agréable, pour une fois, de lire un one shot et de ce dire une fois fini : c’est fini, et c’était bien !

L'antichambre des souvenirs
1. Livre I
2. Livre II

En partenariat avec
Iman Eyitayo

2 commentaires: