lundi 29 juin 2015

Sang blanc

Noémi Krynen
2015
Alors qu'une série de meurtres teinte de rouge la si belle campagne enneigée du Vercors, Édouard, dentiste, revient dans son village après la mort de ses parents. Il y retrouve Renaud, un vieil ami d'enfance, et se lie avec Anna, une jeune serveuse. Édouard pensait connaître ses parents, mais il n'est pas au bout de ses surprises... Ce séjour qui ne devait être qu'une simple formalité administrative va peu à peu glisser vers l'abîme du passé et bouleverser définitivement son avenir...

Avant toute chose, je souhaite remercier la Masse critique de Babelio et les Éditions Taurnada pour la découverte de ce roman. C’est le second roman de cet éditeur que je lis, et je suis une nouvelle fois conquise par la qualité des écrits proposés.

Cette histoire n’est pas un thriller comme un autre. Elle commence de manière tellement « contemporaine ». Édouard se rend à Rencurel suite au décès de ses parents dans un banal accident de la route. Sur le chemin, nous apprenons à connaître ce personnage assez particulier. Il semble en effet avoir du mal à exprimer ses émotions. Pourtant, il était en froid avec son père, donc on peut aisément en déduire qu’il est tout à fait apte à les ressentir.

Le ton est donné et la focalisation se fait sur ce personnage plutôt que sur l’affaire qui est en cours dans la région. Un homme a été sauvagement assassiné, mais c’est secondaire, et j’avoue que la présentation du fait était divers assez bien menée. Néanmoins, on peut se poser des questions, au début, quant à l’implication de notre personnage principal : en effet, rien a priori ne le relie à ce meurtre. Il vient s’occuper de paperasse, revoit d’anciens amis dont il ne se souvenait pour certains même pas, rencontre une serveuse avec qui il finit par se rapprocher... Alors, quel rapport ?

C’est vers le milieu du roman que l’on comprend. Non pas car nous le devinons, mais parce que cela est écrit en toutes lettres ! J’étais à la fois ravie de découvrir l’intrigue sous-jacente et d’imaginer ce qui allait bien pouvoir arriver à Édouard, mais en même temps, j’en ai été frustrée. Pourquoi tout révéler si tôt ? Je ne dis pas qu’il n’y a pas eu d’autres révélations ensuite (et même plusieurs auxquelles je ne m’étais pas attendue !), mais je trouve dommage de faire une si grosse révélation si tôt !

Heureusement, à partir de ce moment, tout s’est enchaîné. Péripéties sur péripéties, révélations coups de poing, et un style extrêmement fluide. Rien à faire, il m’était impossible de reposer le livre, tant j’étais embarquée dans l’histoire. Le personnage d’Édouard est fascinant, et les figurants qui gravitent autour de lui n’étaient pas en reste.

Mon seul regret, finalement, est que ce livre n’ait pas été plus long, plus poussé, plus terrible et terrifiant encore, car en sortir revenait à rentrer chez soi après une balade extrêmement agréable : on n’a pas envie que cela s’arrête, tout simplement.

En partenariat avec

4 commentaires: