jeudi 4 juin 2015

Goût d'éternité

Auteur Hina Corel
Titre Goût d'éternité
Année 2014
Genre Science-Ficton, Thriller
Pages 31p.

Des éruptions solaires virulentes endommagent les appareils de la station orbitale Argos. Une équipe d'astronautes est envoyée par la Confédération afin d'aider aux réparations. À son arrivée, la station spatiale est étrangement déserte...

Voilà ce que fait la frustration... Elle m’emmène sur un coup de tête à dévorer une nouvelle d’Hina alors qu’elle n’était pas prévue si tôt. Mais voilà, cela fait un mois que j’ai commandé Ankh, et je n’en pouvais plus. En mode accro, il me fallait lire quelques lignes de cette auteur. Par chance, il me restait cette nouvelle dans un coin !

C’est cette fois à un mélange de thriller et de science-fiction que s’attaque Hina Corel, et ce pour mon plus grand plaisir. Deux genres qui me plaisent énormément et qu’elle maîtrise avec brio. Plus d’excuse pour ne pas nous faire un pavé thriller !

Cette histoire est sympathique et met en place Sarah, capitaine d’un vaisseau qui doit se rendre sur Argos suite à des éruptions solaires qui ont coupé toutes les communications. Et ce qu’elle va y trouver est... effrayant. Très difficile de ne pas en dire plus tout en vous donnant envie de découvrir cette intrigue, mais je ne peux tout révéler ici car cela gâcherait votre plaisir.

Disons qu’en peu de pages, l’auteur arrive à créer tout un univers, dont le moindre détail compte. Chaque élément a son importance et peut nous permettre de comprendre de quoi il retourne et nous guider vers la solution du mystère. Mais évidemment, la subtilité et la plume de l’auteur nous en empêchent et nous font suivre les événements avec intérêt jusqu’à arriver jusqu’à la conclusion, absolument incroyable et attrayante, qui ouvre notre horizon à une intrigue encore plus gigantesque que l’on aurait pu le penser. Elle est belle cette fin, et nous permet de nous perdre dans un imaginaire assez agréable, mais tout aussi horrifiant.

En bref, une petite histoire, bien trop courte à mon goût, mais qui ouvre une porte à la réflexion et à l’imagination.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire