jeudi 5 février 2015

Mourir sur Seine

Michel Bussi
2013
Un meurtre... huit millions de témoins.
Sixième jour de l´Armada 2008. Un marin est retrouvé poignardé au beau milieu des quais de Rouen ! Quel tueur invisible a pu commettre ce crime impossible ? Quel étrange pacte semble lier des matelots du monde entier ? De quels trésors enfouis dans les méandres de la Seine sont-ils à la recherche ? Quel scandale dissimulent les autorités ? Une implacable machination... qui prend en otage huit millions de touristes, une course effrénée contre la montre avant la parade de la Seine.


Tout d’abord, je souhaite remercier l’édition spéciale de la Masse critique, ainsi que les Editions des Falaises, pour l’envoi de ce livre.

Quel plaisir de retrouver Michel Bussi ! J’ai une certaine affection pour cet auteur et ses ouvrages. Chacun d’entre eux est un plaisir, et je ne me lasse pas de tous les découvrir les uns après les autres. Comme toujours, dès les premières pages, j’ai été captivée. Le style est percutant d’entrée, et on ne peut que se plonger dans l’histoire. Et pourtant, j’avais un peu peur. Je ne savais que vaguement ce qu’était l’Armada, et je me suis demandée si je n’allais pas être perdue. Mais avec Bussi, tout est toujours décrit de manière très claire, et toutes les informations sont données, de manière disséminée et au moment opportun, pour que même les plus ignorants du contexte ne soient pas perdus.

C’est ce que j’apprécie avec cet auteur : la simplicité de lecture. Tout est limpide, que ce soit la description du contexte, mais aussi celle de l’action. On s’imagine chaque scène au travers des mots de l’auteur, comme s’il ne nous donnait pas des pages à lire, mais un écran retransmettant ce qu’il a imaginé. Mais ce n’est pas tout ! Ce que j’aime aussi, c’est le côté surréaliste qu’il met en place dans chacun de ses romans. Je l’attendais, et ici, il s’agit (entre autres) d’un homme qui, trois heures après sa mort, vivait encore. J’aime, c’est beau !

Bien sûr, vous imaginez bien que ce n'est pas « que ça » ! Tout ce qu’il y a autour ne démérite pas. Il y a toute une histoire, je dirais même presque une « mythologie » autour de l’intrigue mise en place. J’ai adoré la façon dont les événements se démêlaient, dont les mystères se résolvaient. Presque cinq cents pages que je n’ai pas vu passer, tellement chaque scène présentée a son importance. Rien n’est laissé au hasard, que ce soit au niveau des personnages, ou de l’intrigue, ou même des retours en arrière.

J’ai même été prise au piège. Dès le départ, j’ai eu une hypothèse sur un des personnages. Je ne vais pas mentir, c’était pourtant très gros, mais l’auteur l’a clairement fait exprès pour nous perturber : tous les détails étaient là pour orienter notre réflexion. Je ne peux pas révéler de quoi il s’agit car cela spoilerait tout le monde. Mais je me suis encore fait avoir par Bussi, dont le talent tient définitivement du génie.

En bref, cette histoire est du pur Michel Bussi. Une impression de surréalisme, une histoire captivante, des personnages qui ont une réelle personnalité, et des centaines de pages remplies de mots pour donner un pavé imposant : tous les ingrédients sont là pour nous faire passer des heures de pur plaisir.

En partenariat avec

12 commentaires:

  1. Grybouille a aussi adoré cette lecture :) !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas étonnant, c'est encore du très bon Bussi !

      Supprimer
  2. Bien envie de lire ce troisième polar de Michel Bussi!

    RépondreSupprimer
  3. ça y est je vais l'avoir ma maman me le prend pour mon anniv! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yeah super !!! Tu me diras ce que tu en penses ! Moi, j'ai adoré !

      Supprimer
  4. Il faut vraiment que je découvre cet auteur :) Ta chronique donne très envie :)
    Bonne prochaine lecture :)
    Bisous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, car c'est un auteur vraiment génial ! Commence par N'oublier jamais ou Un avion sans elle ;)

      Supprimer
  5. j'ai beaucoup aimé ce livre ci ;) mon préféré de Bussi je pense

    RépondreSupprimer
  6. Aahhh mon dieu un Bussi hihihihi!

    RépondreSupprimer