lundi 21 avril 2014

Rémiges de cendre

Julien Chatillon-Fauchez
2014
L'univers est un lieu étrange, et Atarashi Hiroshima l'une de ses composantes. Planète dévastée par un hiver nucléaire, elle est morte pour toute vie depuis des siècles. Seules ses richesses minières attirent désormais les prospecteurs, qui font fi des radiations.
Pourtant, dans le silence ouaté des cendres irradiées, Atarashi Hiroshima préserve une confidence de l'univers.


Tout d’abord je tiens à remercier le forum Mort-Sûre, ainsi que les Editions voy'[el], pour m’avoir permis de découvrir cette petite nouvelle.

Cette chronique va être très difficile à écrire. Cette nouvelle fait en effet une petite vingtaine de pages sur ma liseuse, et le contenu est donc condensé à l'extrême. Comment vous en parler sans trop vous en dire, sans trop vous révéler l'histoire?

Pour commencer, sachez qu'il s'agit d'une petite nouvelle de science-fiction. Si vous vous décidez à lire ce roman, oubliez la Terre, et voyez beaucoup plus large. Laissez-vous transporter dans un monde bien plus grand: l'univers. Des planètes lointaines habitées par les terriens. Des planètes que ces mêmes terriens ont dévastées et détruites de sorte à les rendre inhabitables, hostiles, vides, sauvages, magnifiques.

Imaginez-vous aussi des personnes, dans des siècles à venir, dont le seul but est de continuer à engendrer du profit au détriment de ces astres qu'ils ont détruits. Atarashi Hiroshima est l'une d'elle. Elle a été détruite par la radioactivité. Toute vie y a été décimée. Mais elle recèle toujours un secret, et elle imposera d'elle-même un choix à sa visiteuse.

Un vrai message passe dans cette nouvelle. L'espoir sincère que l'être humain puisse encore voir la beauté de ce qui l'entoure. Ce texte est vraiment très poétique et empreint d'une réelle sensibilité. Bien que trop court, j'ai beaucoup apprécié toute la sérénité qu'a dégagé cette lecture paisible.

En partenariat avec

2 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas du tout cette nouvelle , elle a l'air intéressent :)

    RépondreSupprimer