vendredi 8 novembre 2013

Les hasards sont assassins

Hubert Ben Kemoun
2004
Stanislas de Saint-Avril, un jeune homme de 23 ans passionné par les enquêtes policières, décide de passer les examens pour entrer dans la police, mais il échoue, selon lui, à cause du psychologue. Il décide donc de lui rendre une petite visite... A quelques kilomètres de là, vit un jeune garçon, Fabrice, qui, sans le savoir, va se mêler à la tourmente.


Je tiens à remercier chaleureusement Pocket Jeunesse et la Masse Critique de Babelio pour m'avoir permis de découvrir cet ouvrage.

J’ai lu ce roman en un rien de temps ! L’histoire est en effet vraiment prenante, dès les premières lignes. Dans ce roman nous suivons deux personnages « principaux ». Stanislas tout d’abord, clairement psychopathe et imbu de sa personne, s’est vu refuser l’entrée à l’école de police. Pour lui, il n’y a qu’un coupable : le psychothérapeute qui l’a évalué inapte pour ce métier. Alors, très illogiquement, il décide de le tuer pour pouvoir devenir policier. Puis le hasard aidant, il se retrouve emmêlé dans un cercle infernal qu’il considère comme une opportunité magnifique. Oui, je le pense dérangé, mais c'est ce qui est fascinant.

Fabrice, le second personnage, est quant à lui un adolescent en pleine crise. Vu que ses parents ne comprennent rien à sa vie et ses envies, il décide de se venger. Mais il ne s’attendait pas à croiser la route de Stanislas... Je vous laisse imaginer la suite ! Le hasard est omniprésent dans ce roman : il a permis un enchaînement d'événements tous plus terrifiants les uns que les autres. Ce roman est terrible car il nous peint deux personnages qui veulent se venger et qui ne s’imaginent pas jusqu’où leurs actions vont les entraîner. Ajoutez à cela une écriture dynamique, et vous obtenez un roman qui se dévore. Alors, ce n’est  donc pas un hasard si je l’ai lu aussi rapidement !

En partenariat avec

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire