dimanche 13 octobre 2013

Des fleurs pour Algernon

Daniel Keyes
1966
Algernon est une souris de laboratoire dont le traitement du Pr Nemur et Dr Strauss vient de décupler l'intelligence. Enhardis par cette réussite, les deux savants tentent alors, avec l'assistance de la psychologue Alice Kinnian, d'appliquer leur découverte à Charlie Gordon, un simple d'esprit employé dans une boulangerie. C'est bientôt l'extraordinaire éveil de l'intelligence pour le jeune homme. Il découvre un monde dont il avait toujours été exclu, et l'amour qui naît entre Alice et lui achève de le métamorphoser. Mais un jour, les facultés supérieures d'Algernon déclinent. Commence alors pour Charlie le drame atroce d'un homme qui, en pleine conscience, se sent retourner à l'état de bête...


Ce roman est bouleversant et tout simplement révoltant. Charlie, Q.I. de 63 au début du livre, participe à un projet scientifique visant à le rendre intelligent, à l'instar d'une petite souris nommée Algernon.

Le livre est donc composé de la succession de ses comptes-rendus. Au début, bourrés de fautes, très simplistes dans l'écriture, et ne connaissant pas la ponctuation, la tournure de ses écrits se développent en même temps que l'intelligence de Charlie. Jusqu'à ce que Charlie devienne un véritable génie, 185 de Q.I. et comprenant alors que, toute sa vie, il a dû subir sans le savoir moqueries, méchanceté, comportements cruels et puérils. Mais en sachant tout cela, en étant intelligent, est-il plus heureux ?

Cette recherche du bonheur et ce changement d'attitude et de manière de penser sont vraiment stupéfiants. Enfin, j'ai aussi beaucoup apprécié cette façon qu'avait Charlie de s'identifier à Algernon, cobaye comme elle, malheureux de se voir plus intelligent et pourtant toujours « dans une cage ». Un très beau roman, émouvant et qui fait réfléchir !

4 commentaires: