lundi 5 août 2013

Nos étoiles contraires

John Green
2012
Hazel, 16 ans, est atteinte d'un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l'évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades.
C'est là qu'elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d'Hazel, qui a peur de s'impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d'amour commence... les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.


Si vous avez aimé, mon avis va être très difficile à lire pour vous. Ce roman n'est ni laid, ni beau. Il ne laisse pas insensible, mais il ne m'a pas touchée non plus. J'en ressors avec un mal de tête, abrutie de trop de détails philosophiques absolument pas essentiels à l'histoire. J'ai trouvé l'histoire intéressante, le rythme bon, la dynamique parfaite.

Mais le rendu général est plat et beaucoup trop pessimiste. Dans ce livre le cancer, c'est la mort. Mais la vie, elle, est occultée. En bref, avec un tel sujet, je pensais vraiment avoir une boule au ventre, les yeux humides et la peur de tourner les pages. Mais rien, pas une larme, pas un mouchoir. Ni chaud, ni froid. Ce roman ne restera définitivement pas dans ma mémoire...

6 commentaires:

  1. Je n'ai pas pleuré mais j'ai quand même eu un nœud au ventre avec une telle histoire mais je comprends ton ressenti c'est qu'il manque quelque chose : la vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça! Il manque la vie!

      Supprimer
  2. Ahh bah moi, il a été mon coup de coeur! Nous ressentons chacune tout ça d'une façon différente, c'est ce qui va enrichir nos discussions concernant les livres

    RépondreSupprimer
  3. Dommage que tu n'aies pas trop accroché ni été émue... personnellement, je l'ai trouvé bien joli, même si je n'ai pas pleuré !

    RépondreSupprimer
  4. Je trouve aussi ce roman trop pessimiste :/

    RépondreSupprimer