dimanche 14 juillet 2013

L'open space m'a tuer

Alexandre des Isnards
2009
Ils ont fait de bonnes études, occupent des postes à responsabilités dans des entreprises prestigieuses, auront demain les clés de l'économie française... et pourtant, les jeunes cadres sont au bord de l'explosion.
Dans les années 1980, ils étaient prêts à tout pour réussir. Aujourd'hui, ils prennent leurs RTT, refusent des promotions et pensent que la vraie vie est ailleurs. Passé l'enthousiasme des premières semaines, les jeunes recrues se heurtent aux dures réalités des nouvelles méthodes de management. Tendinite du Blackberry, malaises vagaux dus au stress, départs pour des ONG de surdiplômés : dans des saynètes truculentes, on découvre les souffrances et les désillusions de la génération open space.
Jusqu'à présent, elle continuait à faire bonne figure. Avec ce livre, elle décide d'ôter le masque.


Après Facebook m'a tuer, il fallait absolument que je lise l'autre témoignage du même genre : L'open space m'a tuer. Et travaillant depuis peu en open space, je me suis dit que le livre me permettrait de me préparer psychologiquement à ce qui m'attend !

Eh bien j'espère que mon open space continuera à faire exception ! Je ne veux pas me retrouver stressée, déprimée, à vouloir me réorienter dans un autre travail sans contraintes ! Ce témoignage démontre vraiment que les nouvelles entreprises et les nouveaux managers n'ont plus aucun scrupule, et sont prêts à tout pour se marcher les uns sur les autres.

Je tiens notamment à souligner que cet ouvrage fait aussi état en parallèle de la génération Y (« Why ? »), les jeunes cadres de ma génération qui sautent d'une entreprise à l'autre pour progresser, évoluer ou simplement trouver mieux ailleurs. Quand on voit ce qu'il se passe dans les entreprises de nos jours, on comprend mieux pourquoi !

Offert par
Cookies

2 commentaires:

  1. Arf mon dieu! Déjà qu'après avoir lu FB m'a tuer, j'avais fermé ma page!! Je ne voudrais pour rien au monde bosser en open space, mais nous n'avons pas toujours le choix malheureusement!

    RépondreSupprimer
  2. au secours!!! qu'es ce que j'ai eu raison de ne pas vouloir m'approcher d'un travail de bureau. mon taf est stressant mais le fait d'être toujours debout et de marcher décompresse pouhahahaha
    Je suis plus que contente que tu profite d'un poste qui fasse exception. (avec de quoi regarder ;))

    RépondreSupprimer